L.Romanoff´s interview

 

 

CROATIAN  ENGLISH   ESPAÑOL FRANÇAIS  GREEK  NEDERLANDS  POLSKI  PORTUGUÊS EU   PORTUGUÊS BR  ROMANIAN  РУССКИЙ

What part will your country play in World War III?

By Larry Romanoff, May 27, 2021

The true origins of the two World Wars have been deleted from all our history books and replaced with mythology. Neither War was started (or desired) by Germany, but both at the instigation of a group of European Zionist Jews with the stated intent of the total destruction of Germany. The documentation is overwhelming and the evidence undeniable. (1) (2) (3) (4) (5) (6) (7) (8) (9) (10) (11)

READ MORE

Saturday, May 7, 2022

FR — LARRY ROMANOFF — Quelques vérités à connaître sur la Chine — March 28, 2022




 

Quelques vérités à connaître sur la Chine

Par Larry Romanoff,  le 04/04/2022

 

1960 -- The rural workforce turned their attention from the fields to factories

 

 

Des miliciens passent en formation devant la place Tiananmen lors du défilé militaire marquant le 70e anniversaire de la fondation de la République populaire de Chine, à l'occasion de sa fête nationale, à Pékin, en Chine, le 1er octobre 2019. (Photo : Thomas Peter/Reuters)

 

CHINESE   ENGLISH   FRENCH   NEDERLANDS

 

Il semble qu'à chaque fois que le sujet de la Chine est abordé, nous sommes inondés d'observations, de déclarations et de conclusions très étonnantes, qui semblent presque toutes provenir de l'espace. Il n'existe certainement pas d'autre sujet sur cette planète sur lequel autant de personnes sont si mal informées et arrivent à des conclusions aussi irréalistes.

 

Nous avons un dicton qui dit qu'après avoir passé un mois en Chine, vous pourriez écrire un livre ; après un an en Chine, vous pourriez écrire un chapitre ; dans cinq ans, vous pourriez écrire un paragraphe, et après cinq ans, vous pourriez écrire une note sur une carte postale - sur la nourriture. Ce dicton est presque devenu une légende urbaine, mais il est essentiellement vrai. Je me souviens encore du jour où, marchant dans une rue du centre-ville de Shangai après avoir séjourné dans le pays pendant environ un mois, j'ai ressenti une illusion d'une clarté si extrême que je me suis dit : "Je pourrais écrire un livre sur cet endroit". Je ne peux pas expliquer les processus mentaux ou sociologiques qui se combinent pour provoquer cette illusion initiale de compréhension et de clarté, ni les forces qui la démantèlent si efficacement et progressivement pour aboutir à une situation où plus on passe de temps en Chine, moins on la comprend.

 

Et pourtant, après avoir vécu en Chine pendant près de 20 ans, je me trouve constamment mis au défi et "corrigé" par des personnes qui ne sont jamais allées en Chine, qui n'ont manifestement jamais lu quoi que ce soit d'utile sur le pays et qui ne connaissent peut-être même pas un seul Chinois. Pourtant, ce manque total de connaissances n'est apparemment pas un obstacle à l'énorme quantité de pontificats philosophiques sur "comment ça se passe vraiment en Chine".

 

J'ai souvent pensé que je pourrais me lever et parler de la Chine pendant une heure et que mon public (composé de Canadiens et d'Américains) resterait assis, la bouche ouverte et le visage vide, pendant toute cette heure. Ils n'auraient rien à dire et aucune question à poser, car ils seraient incapables d'imaginer un ensemble de circonstances culturelles dans lesquelles les événements que je rapporte pourraient exister dans leur monde. La déconnexion serait presque totale. J'ai récemment écrit un article intitulé "Comprendre la Chine" qui contient quelques éléments culturels du type ci-dessus [1].  Vous pourriez avoir envie de le lire ; il est bref et intéressant.

 

Mais pour le reste, pour une "compréhension" de la Chine, je serais tenté de dire "ne vous en donnez pas la peine". Ne vous donnez pas la peine d'essayer de comprendre la Chine, car cette compréhension est probablement hors de votre portée. Cela me rappelle l'Anglais qui disait qu'après 25 ans de mariage, il "commençait seulement" à comprendre sa femme française. C'est la même chose. La Chine est une civilisation millénaire, dont les origines des traditions et des pensées se perdent dans la nuit des temps. L'Italie et la Grèce ont une touche de cette saveur ; les autres nations occidentales pas tellement, et les États-Unis et le Canada n'ont vraiment rien. Ce n'est pas facile à expliquer, mais c'est pourtant vrai.

 

Nous sommes lourdement pénalisés par les médias occidentaux juifs dans chacun de ses aspects, parce que les médias nous donnent une image de la Chine qui est presque 100% fausse ou du moins très trompeuse, ceci par idéologie et pour des raisons personnelles. Nous ne pouvons pas surmonter cela sans une quantité démesurée de temps et d'efforts.

 

Je dirais qu'en général, il y a très peu de choses disponibles en langue anglaise sur la Chine, sur son histoire ou sa culture, qui soient exactes ou utiles, et les langues européennes ne sont pas beaucoup mieux loties. Il y a quelques exceptions - les écrits d'Anna Louise Strong (2) (3), et les traités de certains auteurs, pour la plupart obscurs, qui ont réussi à donner une représentation plus ou moins fidèle de la Chine de leur époque.

 

N'oubliez pas que les Juifs khazaris ont activement participé à la destruction de la Chine (opium, vol de banques, destruction politique et sociale, guerres massives et génocides culturels les plus méprisables, entre autres) pendant environ 200 ans et que les Américains n'étaient pas loin derrière eux. Ainsi, presque tout ce qui a été écrit par les Juifs ou les Américains a toutes les chances d'être de la camelote, car les uns et les autres étaient plus déterminés à effacer leurs péchés qu'à présenter une image précise de n'importe quel sujet ou aspect de la Chine.

 

Les encyclopédies juives se vantent de ce que l'opium en Chine était "entièrement une affaire juive" et que Sassoon refusait que des non-juifs y participent. Et les Américains, en plus d'une demi-douzaine d'invasions militaires, avaient leur département du Trésor, leur chère FED appartenant aux juifs, J. P. Morgan et Citibank (4) (5) ; il y a bien d’autres secteurs concernés, tous coopérant au pillage de la carcasse pendant qu'ils étaient occupés à encourager une guerre civile massive par l'intermédiaire de Zhang Jie Shi (Chiang Kai-Shek pour vous) et T. V. Soong, s'affairant à détruire tout semblant de gouvernement, d'économie et de société. Les deux partis ont échoué à cause de Mao Tze-Dong et, bien sûr, ils le détestent amèrement jusqu'à ce jour.

 

Sur quelques expulsions récentes

 

Tout le monde sait que les Hébreux ont été expulsés d'innombrables pays depuis au moins les 500, voire 800 dernières années. Ce que la plupart des gens ignorent, c'est que ce processus ne s'est jamais vraiment arrêté. L'une des premières mesures prises par Castro après le succès de sa révolution au début des années 1950 a été d'expulser tous les juifs de Cuba [par le biais des lois de réforme agraire et urbaine, les expropriant en masse, alors qu’ils tenaient toute la richesse immobilière et sucrière du pays]. C'est pourquoi ce pauvre petit pays est soumis à des sanctions barbares et presque homicides depuis près de 70 ans. La ville de Nagasaki et le pays du Japon avaient également expulsé tous les juifs avant la Seconde Guerre mondiale, ce qui est presque certainement la raison pour laquelle les deux villes bien connues ont été choisies par Bernard Baruch (un juif) comme cibles des bombes atomiques (la "bombe de l'enfer juif", au cas où vous ne le sauriez pas, développée par des juifs à 99,5%) (6).

 

Hitler voulait expulser tous les juifs d'Allemagne vers Madagascar (sa "solution finale"), mais il a échoué parce que les juifs ont réussi à faire entrer les États-Unis dans la guerre.

 

De même, la première action de Mao, lorsqu'il a pris le pouvoir après avoir gagné la soi-disant "guerre civile" de la Chine (qui n'était pas contre les autres Chinois mais contre les juifs et les Américains), a été d'expulser tous les juifs de Chine, en confisquant (comme l'a fait Castro [ensuite, en brisant l’empire du jeu, de la drogue et de la prostitution de Meyer Lansky]) tous leurs biens mal acquis liés à l'opium, qui comprenaient tout Shanghai et les succursales continentales de la HSBC. Mao avait expulsé tous les étrangers, mais les juifs étaient certainement la cible. Toutes les publications juives que j'ai vues nous disent seulement que les Juifs ont quitté la Chine "en toute hâte" après la guerre, sans préciser la cause exacte de cette "hâte". Les Juifs détestent la Chine depuis lors, et sont à l'origine de l'isolement, des embargos commerciaux, de la campagne de haine médiatique ininterrompue et de bien d'autres choses encore dirigées contre la Chine depuis cette époque.

 

« Shanghai a sauvé 40 000 Juifs d'Hitler »

 

Shanghai n'a rien fait de tel. Les populations à l'intérieur et à l'extérieur de la Chine (mais surtout à l'intérieur) sont abreuvées par les Juifs de récits fictifs sur la façon dont les "merveilleux Chinois au grand cœur" ont accueilli tous ces Juifs fuyant les persécutions en Allemagne. Autant de récits de bons souvenirs des Shanghaïens aimant les Juifs. Mais ce n'est pas exactement ce qui s'est passé. Shanghai comptait déjà un important contingent de riches Israélietes de l'opium et, comme la ville était entièrement sous le contrôle de l'armée impériale japonaise à l'époque, c'est là que les Japonais ont envoyé tous les Juifs lors de leur expulsion du Japon. Ni Shanghai ni la "Chine" n'ont eu leur mot à dire, et les "merveilleux Chinois chaleureux" n'ont même pas su ce qui s'était passé. Quelques juifs ont pu venir par voie terrestre à travers la Russie et la Sibérie ou par bateau, mais ils étaient peu nombreux et leurs laissez-passer de transit étaient destinés aux États-Unis, pas à la Chine. Il convient de noter que les "merveilleux Chinois chaleureux" ne se sont pas très bien débrouillés avec leurs nouveaux maîtres juifs. Les histoires que vous avez peut-être entendues à propos de panneaux à Shanghai indiquant "Interdit aux chiens et aux Chinois" sont vraies, et ces panneaux ont été érigés par les Juifs, pas par les Japonais.

 

Mao Tze-Dong : Tuer des Chinois et noyer des chatons

Mao Zedong

 

C'est l'expulsion des Juifs de Chine avec la haine amère de Mao qui en a résulté, ce qui a conduit à 70 ans d'histoire de la haine de la Chine et de Mao en particulier. Certains d'entre vous seront peut-être surpris d'apprendre que Mao n'a en fait jamais "tué" personne. Toutes ces histoires sont de la littérature haineuse juive engendrée par leur ressentiment d'avoir à quitter la Chine avec encore un peu de chair sur les os. C'est la cause de la grande famine en Chine vers 1960, lorsque les Juifs européens ont utilisé les services de l'ONU pour lancer un embargo alimentaire mondial sur la Chine, alors que ce pays souffrait de plusieurs années de catastrophes naturelles et connaissait une grave pénurie alimentaire. En utilisant les Américains comme armée privée des banquiers (et exécuteur génocidaire), le monde entier est resté sans réaction pendant trois ans , à regarder environ 20 millions de Chinois mourir de faim. Pas un seul pays n'a osé donner de la nourriture à la Chine, ni lui en vendre à quelque prix que ce soit [7].

 

Ce sont les Juifs khazaris européens qui ont tué tous ces millions de Chinois, pas le président Mao, et ils ont même eu le culot de surestimer progressivement leur travail jusqu'à 80 millions de morts. Voilà une indication des penchants naturels sauvages et inhumains des Juifs khazaris européens - les Rothschild, Sassoon, Kadoory, Sebag-Montefioris, Lehman, de' Medicis, Mendelssohn, Bleichroeder, Warburg, Lazar, et une centaine d'autres noms dont vous n'avez jamais entendu parler.

 

Ce sont les Juifs qui ont créé toutes les histoires de la famine en Chine due à la "mauvaise gestion" des stocks de nourriture par Mao, et les histoires sur la façon dont l'homme a tué ou exécuté des millions de son propre peuple - sans raison apparente puisqu'il était en train de guérir le pays et de tenter de le reconstruire en rassemblant tout le monde. Il a réussi. Sans Mao, la Chine n'existerait pas aujourd'hui.***

 

Le communisme de la Chine

 

De même, toutes les histoires que vous avez entendues sur le communisme chinois, le Grand Bond en avant, la Révolution culturelle, la politique de l'enfant unique, et bien d'autres choses encore, sont le résultat de la tentative des Juifs de dissimuler leurs dernières "contributions" au "progrès" de la Chine.

 

Au cas où vous ne le sauriez pas, le communisme était une entreprise juive à 99,985%, depuis Marx et Engels. En Russie, les Juifs ont réussi à exterminer non seulement la famille royale russe, les Romanov (Romanoff) et pratiquement tout le clergé, mais aussi plus de 30 % de la population russe totale, y compris l'ensemble de la classe moyenne et des propriétaires, sans parler du pillage de l'argent, de l'or, de l'art, des icônes et du trésor royal de toute la nation, lors de leur départ.

 

Les Juifs européens khazaris - la liste habituelle des suspects - ont été entièrement responsables de l'introduction du communisme en Chine. Les bolcheviks juifs ont envoyé un émissaire - Grigori Naumovich Voitinsky (de son vrai nom Zarkhin, un juif russe) dans l'espoir de reproduire en Chine la destruction de la Russie. Voitinsky a échoué dans sa mission et a été expulsé, de sorte que la vision juive du communisme n'a jamais pris racine en Chine. Le plan pour la Russie (et tous les pays européens) était d'avoir seulement un petit cadre de Juifs contrôlant la nation entière de paysans-bétail pour les servir. C'est le projet qui a été présenté à la Chine et qui a été refusé.

 

Cependant, une partie de la philosophie communiste s'est imposée en Chine, celle de l'oppression des classes inférieures par les personnes instruites et riches, et c'est ce qui a été presque entièrement responsable des erreurs commises par Mao. Il a refusé d'envisager l'extermination des classes supérieures et moyennes comme les Juifs l'avaient recommandé et comme ils l'avaient fait en Russie, mais il est allé jusqu'à essayer d'égaliser les chances. Ainsi, on envoya des médecins travailler dans les fermes, et autres, pour tenter de réduire les écarts entre les classes sociales. Ces tentatives ont échoué et, pendant des décennies, les Juifs ont cloué Mao au pilori de toutes les manières possibles sans révéler qu'il ne faisait que suivre leur modèle de "construction de la nation", mais de manière beaucoup plus douce. Ce sont les Juifs, et non les Chinois, qui doivent assumer la responsabilité des échecs de Mao en matière de planification sociale.

 

La politique de l'enfant unique en Chine

 

De même, c'est un autre Juif, membre du culte malthusien dont le nom m'échappe pour l'instant, qui a été envoyé en Chine avec pour instruction de réduire la population chinoise - pour le bien de l'humanité tout entière. Cet effort a eu plus de succès. L'homme a réussi à effrayer les Chinois sur les perspectives d’avoir à nourrir une population aussi énorme, et l'adoption de la politique de l'enfant unique a été le résultat direct de cette rencontre. Naturellement, la Chine a à peine adopté la recommandation des juifs qu'ils s'en sont servis pour la clouer au pilori une fois de plus en tant que nation "violant brutalement les droits de l'homme". Une fois de plus, ce sont les Juifs qui doivent assumer l'entière responsabilité des politiques chinoises en matière de planning familial, puisque celles-ci ont été adoptées entièrement sur leurs "conseils".

 

Et ainsi de suite. Pensez à presque tout ce que vous avez lu de mauvais sur la Chine, ou à presque tout ce que vous "savez" de mauvais sur la Chine et, si vous grattez la surface, vous trouverez un Juif. Je sais que cela n'a pas l'air très gentil, mais c'est la vérité.

 

Ce qui ressort de tout ce qui précède, c'est que presque tout ce que vous savez, ou pensez savoir, ou que vous croyez être vrai, sur la Chine et son histoire, est faux. L'histoire est écrite par les vainqueurs ou, à défaut, par ceux qui contrôlent tous les médias et qui possèdent pratiquement tous les éditeurs de livres. Et ils mentent parce qu'ils sont occupés à dissimuler leur complicité dans la plupart des crimes qui ont été commis contre l'humanité partout dans le monde, et certainement dans tout ce qui concerne la Chine. Mes commentaires ci-dessus n'ont même pas effleuré la surface des crimes des Juifs en Chine, et encore moins ailleurs.

 

« Personne en Chine n'a d'imagination »

 

First look at record-breaking glass-bottom bridge | CNN Travel

 

Encore une fois, les médias juifs nous expliquent souvent que la "Chine" et les Chinois n'ont jamais rien inventé, n'ont aucune imagination et ne savent que copier et voler. Mais la vérité est à 180° de cela. On estime de manière fiable qu'au moins 60% de toutes les connaissances du monde actuel proviennent de la Chine. Oui, c'est vraiment vrai, et l'estimation n'est pas de moi. On nous a tous appris à l'école que la presse d'imprimerie à caractères mobiles a été inventée par Johannes Gutenberg en Allemagne vers 1550, mais la Chine avait non seulement inventé le papier mais disposait de presses d'imprimerie à caractères mobiles (de haut en bas) 600 ans avant la naissance de Gutenberg. De même, tous les écoliers savent que l'Anglais James Watt a inventé la machine à vapeur, mais la Chine avait des machines à vapeur en état de marche 600 ans avant la naissance de James Watt. La vérité est que les inventions chinoises ont toujours été à la pointe du progrès, la plupart de ces inventions ayant été copiées ou volées par l'Occident, et la Chine ayant ensuite été rayée de l'histoire mondiale par les mêmes personnes qui ont volé les inventions et qui possèdent tous les éditeurs de livres d'histoire. Voici l'histoire des inventions chinoises : Si vous ne la connaissez pas, c'est une véritable révélation (8).

 

De même, les Américains et les médias juifs américains ont essayé de ternir le système ferroviaire à grande vitesse de la Chine en inondant la presse d'accusations mensongères selon lesquelles la Chine aurait volé toute la propriété intellectuelle du rail. J'ai écrit un article sur le train à grande vitesse de la Chine ; il est intéressant, et ne contient aucun mensonge : (9)

 

Et voici autre chose que vous pourriez vraiment aimer lire : l'histoire du Nüshu, l'une des plus anciennes et des plus belles, et certainement l'une des plus intrigantes langues du monde, le seul exemple connu d'une langue à part entière créée par des femmes et parlée et comprise uniquement par des femmes (10). Elle est inscrite au patrimoine de l'UNESCO (11).

 

Les « Juifs d'Asie » ?

 

"Les Chinois ne sont pas appelés "les Juifs d'Asie" sans raison." En fait, les Chinois ne sont pas du tout appelés "les Juifs d'Asie". L'origine de ce raccourci est un article, qui a ensuite été étendu à quelque 63 pages, écrit en 1914 par le roi Vajiravudh du Siam (Thaïlande), intitulé : "Les Juifs d'Orient/Réveillez-vous Siam !"

 

Un lecteur se faisant appeler "thotmonger" a posté un commentaire sur l'article d'Andrew Anglin sur unz.com : "I Don't Know Who's Great Resetting Who Anymore" [Je ne sais plus qui est en train de réinitialiser qui], dans lequel il déclare : "Dans cet article, Vajiravudh fait une comparaison culturelle et comportementale très informée et impartiale entre les Juifs et les Chinois de souche. Elle tient la route et a été confirmée" (12).

 

Eh bien, pas tout à fait. Researchgate a écrit à propos de cet article : "L'article infâme et hautement polémique rédigé par le roi Vajiravudh Rama VI du Siam et publié pour la première fois ... en 1914, a longtemps été utilisé comme preuve fondamentale de la nature anti-chinoise innée de la marque particulière de nationalisme royaliste du Siam"(13). En fait, loin d'être "très informé et dépassionné", il s'agissait d'un morceau étonnamment vitriolique de déchets venimeux qui, depuis 1914, se trouve dans la poubelle historique à laquelle il appartient. C'est un avertissement de ne pas croire tout ce que vous trouvez sur Internet à propos de la Chine, et un avertissement encore plus utile de s'interroger sur les motivations de ceux qui recommandent si fortement cette marque d'ordures. Et s'il vous plaît, oubliez que vous avez déjà entendu cette expression. Elle est offensante : « Les États-Unis ont transféré leur base manufacturière en Chine ; la Chine nous a volé nos emplois ».

 

Eh bien, pas exactement. Ce qui s'est passé, c'est que les banquiers et les industriels juifs, qui contrôlent plus ou moins les États-Unis, ont imposé au gouvernement américain un accord selon lequel tous les bénéfices réalisés à l'étranger seraient exonérés d'impôts (tant qu'ils resteraient à l'étranger). Ainsi, Levi's, qui fabriquait des jeans aux États-Unis pour 20 dollars et les vendait pour 40 dollars, pouvait maintenant aller en Chine et fabriquer les jeans pour 5 dollars et les vendre quand même pour 40 dollars. Dès que Levi's a fait cela, les autres fabricants ont pu voir que leur avenir était dans la poubelle, car Levi's pouvait vendre des blue-jeans à un prix bien inférieur au coût de production des autres entreprises. Ils n'avaient pas d'autre choix que de suivre. Ils ont donc licencié tous leurs employés, fermé leurs usines et déménagé en Chine. Lorsque Mattel a déménagé, tout le monde a dû le faire, ce processus s'étant reproduit dans tout le secteur manufacturier. Beaucoup n'ont même pas eu besoin de construire leurs propres usines ; ils pouvaient trouver une usine chinoise pour fabriquer leurs produits en OEM, et se contenter d'encaisser l'argent. C'est pourquoi Apple a quelque chose comme 300 milliards de dollars à l'étranger. Aujourd'hui, toutes ces mêmes entreprises font pression sur le gouvernement américain pour qu'il rapatrie ces bénéfices en franchise d'impôt, au motif qu'elles utiliseront cet argent pour "créer des emplois".

 

Nous lisons tant d'histoires différentes sur ce sujet, rejetant la faute sur les politiques industrielles malavisées de l'Amérique, ou sur la façon dont les Juifs transfèrent les richesses de l'Occident vers la Chine, ou encore sur la façon dont les Chinois sont d'une certaine façon de mèche avec quelqu'un dans la destruction planifiée de l'Amérique. Mais cela n'a rien à voir avec la politique industrielle ; c'est simplement dû à la cupidité des Juifs et à leur mépris de l'Amérique, à leur volonté de saigner à blanc la nation tant qu'ils en tirent profit. "Une fois que nous aurons soutiré tout ce que nous voulons aux États-Unis, ils pourront se dessécher et disparaître."

 

« La Chine nous a volé toute notre propriété intellectuelle »

 

Oui, bien sûr. Envoyez-moi la liste. Pour ceux d'entre vous qui ne le savent pas, les États-Unis et les Juifs khazaris sont les plus grands voleurs de propriété intellectuelle de l'histoire. Vous pourriez vous intéresser à l'opération Paperclip (14) , et au vaste réseau de vol de propriété intellectuelle des États-Unis (15). Et découvrir une partie de la vérité sur "Comment les États-Unis sont devenus riches" (16) (16A) (17).

 

Vol de PI et transfert de technologie

 

Malgré les accusations américaines selon lesquelles la Chine copierait des technologies étrangères, les réalisations de la Chine en matière de haute technologie sont entièrement d'origine nationale, car les États-Unis sont tellement déterminés à entraver l'essor de la Chine qu'en 1950, ils ont mis en place un embargo international sur toutes les connaissances scientifiques et sur presque tous les produits et processus utiles à la Chine, y compris une législation interdisant aux scientifiques chinois d'être invités ou de participer aux forums scientifiques américains, tout en intimidant les autres nations occidentales pour qu'elles fassent de même. En octobre 2019, tous les scientifiques et les entreprises de technologie spatiale chinoises se sont vu refuser des visas pour assister au Congrès international d'astronautique à Washington, qui a duré une semaine ; et c’est loin d'être la première fois qu'une telle situation se produit.

 

Nous entendons beaucoup dans les médias occidentaux que la Chine exige des transferts de technologie comme condition de résidence des entreprises en Chine, mais il s'agit surtout de propagande. Il ne fait aucun doute que des transferts de technologie et de savoir-faire sont attendus, car la Chine ne veut pas passer le reste de sa vie à fabriquer des grille-pain et des chaussures de sport, mais comme l'entrée sur le marché chinois ssignifie un don de milliards de dollars de bénéfices, il est parfaitement raisonnable d'y attacher un prix. Il faut toutefois garder à l'esprit qu'aucune entreprise étrangère ne mène de recherches commerciales de pointe ou de recherches militaires sensibles, ni ne fabrique d'ordinateurs quantiques ou de missiles hypersoniques en Chine. Toute technologie réellement disponible pour un transfert serait presque entièrement destinée à des biens de consommation et ne constituerait pas une grande valeur ou une menace pour la "sécurité nationale" des États-Unis. Et, dans pratiquement tous les domaines et industries de pointe tels que l'informatique quantique, les télécommunications 5-G ou l'énergie solaire, la Chine a déjà dépassé les États-Unis (18).

 

« C’est grâce à nous que... »

 

Cette affirmation circule depuis des années, quelle que soit la manière dont elle est formulée, selon laquelle les États-Unis méritent tout le crédit de la résurgence de la Chine. L'AmCham (la Chambre de commerce américaine) en Chine a même affirmé qu'elle était directement responsable de la sortie de 600 millions de personnes de la pauvreté. "Nous vous avons donné la technologie, nous vous avons fait entrer dans l'OMC, nous avons fait tout cela pour vous". James Fallows, dans China Airborne, a même affirmé que les Chinois étaient vaguement conscients que leurs avions s'écrasaient, mais qu'ils n'avaient aucune idée de ce qu'il fallait faire, jusqu’au jour où les Américains sont arrivés et leur ont enseigné le mot magique de "maintenance", sauvant ainsi l'aviation chinoise. De toutes les mauvaises blagues, celle-ci est probablement la plus mauvaise.

Après avoir fait tout ce qui était possible pendant 70 ans pour mettre la Chine en faillite et la diviser, la faire dérailler, l'isoler, la dépouiller, la faire mourir de faim, faire s'effondrer le gouvernement, provoquer des révolutions, et après avoir échoué à empêcher l'essor de la Chine, les Américains et leurs maîtres juifs s'en attribuent maintenant le mérite. Les revendications spécifiques sont si ridicules que je ne prendrai pas la peine de les énumérer et de les réfuter.

 

Les îles de la mer de Chine méridionale

 

La Chine a découvert et revendiqué toutes ces îles il y a plusieurs centaines d'années, bien avant que les Vietnamiens et les Philippins n'apprennent à nager. Si les États-Unis peuvent revendiquer Hawaï, Porto Rico, les Bahamas et les îles Vierges et si le Royaume-Uni peut revendiquer les Malouines qui ne sont qu'à environ 80 000 km de leurs côtes, pourquoi la Chine ne pourrait-elle pas avoir quelques îles près de chez elle ? Elle en avait, jusqu'à il y a quelques années, lorsque les Américains et leurs maîtres, toujours à la recherche d'une occasion de créer de l'instabilité et de lancer une autre guerre, ont commencé à inciter le Vietnam, les Philippines, la Thaïlande, à "occuper" ces îles. "Après tout, elles sont aussi près de vos côtes, alors pourquoi devriez-vous laisser les Chinois les avoir ? Et ne vous inquiétez pas, nous avons des bases militaires ici dans votre pays. Les Chinois n'oseront rien faire."

 

C'est ce que trois pays ont stupidement fait : ils ont "occupé" (et militarisé) les trois meilleures, les plus grandes et les plus stratégiques de ces îles. La Chine n'était pas sur le point de déclencher une guerre avec ses voisins à cause de cela, mais le gouvernement n'était pas non plus aveugle à ce qui se passait, si bien que l'armée chinoise a saisi les trois autres îles les plus utiles et les a effectivement fortifiées avec des installations militaires. ET tout cela, en légitime défense, car la Chine n'a nul besoin d'ogives nucléaires américaines à quelques centaines de kilomètres de ses côtes, sauf à disposer d'une sorte de système d'alerte précoce. Mais le seul bruit que l'on entend dans les médias juifs et à la Maison Blanche est celui de la "militarisation par la Chine des mers de Chine méridionale".

 

Les îles Diaoyu

 

Un commentateur a écrit : "Il y a dix ans, la Chine a lancé "un défi militaire agressif" au Japon concernant certaines îles. La Chine "n'avait pas de base légale sur laquelle s'appuyer" mais cela a conduit à des "attaques de foule, induites par l'État" contre les entreprises japonaises en Chine."

"Absurdité" est un mot bien trop aimable pour ce bobard. Les îles Diaoyu appartiennent à la Chine depuis avant l'existence de la Chine. Le Japon les a occupées. Les États-Unis ont conquis le Japon pendant la Seconde Guerre mondiale et l'ONU a laissé à l'armée américaine le soin de remettre les choses en l'état dans le Pacifique, en l'occurrence de rendre les îles Diaoyu à la Chine. Mais les Américains, conseillés une fois de plus par leurs maîtres juifs qui semblent toujours savoir comment préparer le terrain pour les guerres futures, ont ignoré le mandat de l'ONU et ont préféré remettre les îles au Japon à des "fins administratives". Et bien sûr, les Américains et les Juifs (vous ne le savez peut-être pas, mais le Japon est une colonie judéo-américaine sans volonté ni politique étrangère propre) poussent les Japonais soit à peupler ces petites îles, soit à faire quelque chose de tout aussi provocateur pour voir s'ils peuvent déclencher une nouvelle guerre entre la Chine et le Japon. Et, pour mémoire, le gouvernement chinois a fortement découragé les attaques contre les entreprises japonaises en Chine, mais le ressentiment envers le Japon est profond en Chine, et pour de très bonnes raisons.

 

Le problème avec Taïwan

 

Si vous voulez déclencher une guerre avec la Chine, c'est là qu'il faut le faire. Les Américains le savent, leurs maîtres juifs le savent, et tous deux font de leur mieux pour que cela se produise. Tout ce que nous entendons dans les médias occidentaux, c'est que la Chine, sans raison valable, considère Taïwan comme une "province renégate" qu'elle est résolue à ramener chez elle un jour - par la force, si nécessaire. Mais c'est une mauvaise chose car, comme nous le dit solennellement la BBC, Taïwan est ... « un État souverain. Il a sa propre constitution, des dirigeants démocratiquement corrompus (bien que pas tout à fait aussi démocratiquement corrompus qu'aux États-Unis), une armée permanente", sans parler des milliards de dollars d'armes et de missiles américains, et des provocations militaires à répétition.

 

Mais comment Taïwan est-elle devenue une province "renégate" ? C'est simple. La Chine a connu une guerre civile, avec Mao d'un côté et les Juifs et les Américains de l'autre, protégeant leur marionnette Zhang Jie Shi. Mao a gagné. Le dernier acte de Zhang, sous le soutien militaire américain, a été de piller totalement la banque centrale de Chine et toutes les autres banques à portée de main, et de fuir à Taïwan. Cela ne l'aurait pas beaucoup aidé, mais les États-Unis ont rempli le détroit de Taïwan avec toute la puissance navale militaire qu'ils pouvaient rassembler, pour empêcher Mao de régler ce problème. La Chine n'avait pas la puissance navale nécessaire pour défier la flotte américaine et ne pouvait que tirer de temps en temps des obus d'artillerie sur Taipei. Une fois de plus, les Juifs et les Américains préparaient une belle guerre future.

 

Les médias juifs nous disent que Taïwan "n'a même jamais été sous le contrôle du parti communiste chinois", une déclaration qui est factuellement vraie mais non pertinente. Taïwan a toujours fait partie de la Chine jusqu'à ce que les Japonais l'occupent, puis que les Américains s'en emparent et empêchent son unification avec le continent. Le parti communiste chinois est un nouveau venu au gouvernement, et ce n'est qu'en raison de la formation de ce gouvernement que la réunification a été empêchée. Des mensonges et encore des mensonges.

 

Le problème du Tibet

 

Le Tibet faisait partie de la Chine bien avant que George Washington ne coupe son cerisier fictif, bien avant que Benjamin Franklin ne mène son expérience fictive des cerfs-volants, et même bien avant que Christophe Colomb n'ouvre son premier bordel aborigène dans le Nouveau Monde (19).

 

Les médias occidentaux ont imposé à notre imagination l'image d'une théocratie légendaire où un dieu réincarné règne sur un peuple pacifique tournant des moulins à prières dans une idylle pastorale. La fascination de l'Occident pour le Tibet en a fait un lieu mythique sur lequel nous projetons nos rêves et nos propres fantasmes spirituels. Le résultat est ce que j'appelle le syndrome de Shangri-La(20), des millions d'Occidentaux choisissant de croire en un fantasme attrayant mais totalement mythologique et romantique qui n'a jamais existé.

 

Le Tibet était généralement autogéré, bien qu'il ait subi de nombreuses interférences et massacres britanniques et américains jusqu'au milieu du siècle dernier. La presse occidentale qualifie par euphémisme la structure sociale du Tibet d'avant 1950 de "système féodal" inoffensif, mais ce n'était pas le cas. Lorsque Mao est entré pour le nettoyer, le Tibet était une colonie d'esclaves. La quasi-totalité de la population était littéralement possédée par le Dalaï et les autres lamas, la population n'avait pas le droit de posséder des terres et travaillait toute sa vie sans être payée. Les plus hauts moines possédaient chacun 35 000 à 40 000 esclaves.

 

Le niveau de pauvreté au Tibet (en dehors des monastères) jusqu'aux années 1950 ne pouvait être imaginé par les Occidentaux ; il fallait le voir pour le croire. Les Tibétains n'avaient pas les moyens de s'acheter des vêtements en tissu et portaient encore des peaux de mouton comme des siècles auparavant. La vie était brutale, dure et corrompue. L'espérance de vie était d'à peine 30 ans. Les plus jolies filles et les plus beaux garçons étaient confisqués dans les monastères pour le sexe. L'éducation était interdite à tous, sauf aux moines, car elle était coûteuse et les paysans éduqués étaient considérés comme dangereux pour le système. Le Dalaï Lama interdisait tout développement de l'industrie car la richesse dans la population aurait amené l'indépendance vis-à-vis de la religion. Les lamas, cependant, envoyaient leurs enfants dans des écoles britanniques en Inde et transféraient librement les actifs financiers de la province dans des banques britanniques (21) (22). Après que Mao eut décidé que c'en était assez, la situation au Tibet s'est aggravée de toutes les manières imaginables.

 

En Chine, 99,9 % des personnes accusées d'un crime sont condamnées.

 

Les médias occidentaux nous présentent aujourd'hui le "fait" que le système judiciaire chinois a un taux de condamnation "d'au moins 99,9%", voire plus, accompagné de récits poignants de criminels avouant sous la contrainte - ce qui explique certainement ce taux de condamnation apparemment élevé.

 

Tout d'abord, le pourcentage ci-dessus est une supposition insensée et exagérée, une façon de plus de salir la Chine. Il n'existe pas d'organisme en Chine qui recueille et rassemble de telles statistiques à tous les niveaux des tribunaux et dans toutes les villes, municipalités, provinces et comtés. Ainsi, même les autorités judiciaires ne pourraient pas vous dire le taux moyen de condamnation. C'est peut-être possible pour un niveau particulier de tribunal dans une seule ville ou un seul village, mais pas à l'échelle nationale.

 

Néanmoins, à titre de comparaison, le chiffre équivalent pour les taux de condamnation en Occident (au moins aux États-Unis et au Canada) est d'environ 60 %, chiffre présenté comme une indication de l'"équité" ou de la "justice" du système occidental, mais que signifie ce taux de condamnation occidental de 60 % ? Cela signifie que près de la moitié des personnes accusées d'un crime en Occident étaient en fait innocentes, mais qu'elles ont dû subir les dépenses et le traumatisme d'un procès pénal pour prouver leur innocence. Ou, si vous voulez être têtu, nous pouvons argumenter sur l’autre face des choses : que 100% des personnes accusées d'un crime étaient en fait coupables, mais qu'un avocat intelligent et coûteux les a laissées en liberté. Est-ce mieux ? Si vous voulez connaître la vérité sur le système chinois, vous pouvez lire ceci : (23) Il semble qu'à chaque fois que le sujet de la Chine est abordé, nous sommes inondés d'observations, de déclarations et de conclusions des plus étonnantes, qui semblent presque toutes provenir de l'espace. Il n'existe certainement pas d'autre sujet sur cette planète sur lequel autant de personnes sont si mal informées et arrivent aux conclusions les plus irréalistes.

 

Pourquoi les criminels en Chine avouent-ils leurs crimes ?

 

Selon des millénaires de culture et de tradition, si vous êtes pris en flagrant délit de crime, vous le prenez comme un homme ; vous avouez, vous exprimez vos regrets et vous vous jetez à la merci du tribunal. Cela aide énormément si l'expression de votre regret est sincère. Mais si vous essayez de mentir pour vous en sortir, si vous refusez d'admettre votre crime et faites obstruction à l'enquête, la police vous retiendra jusqu'à ce qu'elle obtienne les preuves dont elle a besoin, après quoi les tribunaux n'auront aucune pitié pour vous.

 

Tel est le système chinois, tout comme il l'est à la maison avec nos enfants, où avouer est la seule chose intelligente à faire, pour un gosse, et où essayer de s'en sortir en mentant est lâche et méprisable. Les Occidentaux ne peuvent pas comprendre cela, les médias parlant sans cesse de "prétendus aveux" ou d'"aveux éventuellement forcés", incapables de comprendre une culture où les gens avouent traditionnellement leurs crimes lorsqu'ils sont pris. D'où la conclusion que tout aveu en Chine doit avoir été forcé ou obtenu par la torture. En Occident, avec le système juridique tel qu'il a été créé, avouer un crime est probablement stupide ; en Chine, refuser d'avouer un crime est certainement stupide (24).

 

L'"armée à 50 cents" de la Chine

 

Vous devez tous être au courant de cette histoire fabriquée par David Bandurski, un autre Juif, celui-ci au "China Media Project" de l'université de Hong Kong, financé par George Soros. L'histoire tissée par Bandurski était que le gouvernement chinois avait 288 000 personnes engagées à plein temps pour chercher des occasions de publier des messages favorables à la Chine n'importe où sur Internet, avec une récompense de 0,50 USD pour chacun de ces messages. Ces déclarations ont été vues par centaines sur tout l'internet, sur toute plateforme autorisant les commentaires, tout commentaire favorable à la Chine étant accusé de faire partie de l'armée chinoise à 50 cents. Mais soudain - un jour - tout cela est mort, parce que ce jour-là, quelqu'un a posté sur Facebook une capture d'écran d'un programme existant depuis longtemps dans lequel le gouvernement d'Israël avait offert (et offre toujours) à tous les étudiants universitaires juifs d'Amérique un paiement de 0,50 $ US pour chaque message favorable à Israël ou aux Juifs. Bandurski s'est tu et nous pouvons espérer qu'il reste désormais coi à jamais. Il n'y a jamais eu d'armée chinoise à 50 cents, mais il y a bien eu une armée juive à 50 cents, qui existe encore aujourd'hui et que l'on peut voir sur unz.com et à de nombreux autres endroits.

 

La chute de la Chine

"Pour moi, ce qui me pose problème, c’est comment la Chine a réussi à tomber si bas il y a 200 ans. Étudier cela apporterait les plus grandes leçons que nous pouvons tous tirer." Ce sont les qui ont détruit la Chine, comme ils détruisent les États-Unis et l'Europe aujourd'hui. La Chine a réussi en expulsant tous les juifs et en s'assurant que ceux qui reviendraient n'auraient aucun accès aux décideurs de la politique publique. C'est la plus grande leçon que l'on puisse tirer du cas chinois, mais aucun pays occidental n'a aujourd'hui l'indépendance nécessaire pour de telles expulsions. Le seul résultat d'une telle tentative de récupération du trône serait des centaines de politiciens mortellement disgraciés, et beaucoup de morts.

Sur l’auteur : Les écrits de M. Romanoff ont été traduits en 32 langues et ses articles ont été publiés sur plus de 150 sites Web d'information et de politique en langue étrangère dans plus de 30 pays, ainsi que sur plus de 100 plateformes en langue anglaise. Larry Romanoff est un consultant en gestion et un homme d'affaires à la retraite. Il a occupé des postes de direction dans des sociétés de conseil internationales et a été propriétaire d'une entreprise internationale d'import-export. Il a été professeur invité à l'université Fudan de Shanghai, où il a présenté des études de cas dans le domaine des affaires internationales aux classes supérieures de l'EMBA. M. Romanoff vit à Shanghai et écrit actuellement une série de dix livres portant sur la Chine et l'Occident. Il est l'un des auteurs ayant contribué à la nouvelle anthologie de Cynthia McKinney intitulée "When China Sneezes" (Quand la Chine éternue), Chapitre 2 - Dealing with Demons). http://www.bluemoonofshanghai.com/politics/2187/

Ses archives complètes peuvent être consultées sur

  http://www.bluemoonofshanghai.com/  et https://www.moonofshanghai.com/

Contact à l'adresse suivante :

2186604556@qq.com

Source : https://www.unz.com/lromanoff/some-things-you-should-maybe-know-about-china/

Traduction et ajouts : MP.

Notes

[1] https://www.moonofshanghai.com/2021/07/en-larry-romanoff-understanding-china.html

[2] https://www.marxists.org/reference/archive/strong-anna-louise/1963/letters_china/forward.htm

[3] https://www.encyclopedia.com/arts/news-wires-white-papers-and-books/strong-anna-louise

[4] https://www.bluemoonofshanghai.com/politics/en-larry-romanoff-citibank-the-great-gold-robbery-july-07-2021/

[5] https://www.unz.com/lromanoff/us-silver-purchase-act-of-1934/

[6] https://www.unz.com/lromanoff/a-few-historical-frauds/

[7] https://www.bluemoonofshanghai.com/politics/3234/

[8] https://www.unz.com/lromanoff/history-of-chinese-inventions-the-present-and-the-future-recent-chinese-state-of-the-art-innovations/

[9] https://www.bluemoonofshanghai.com/politics/3442/

[10] https://www.bluemoonofshanghai.com/politics/2143/

[11] https://en.unesco.org/courier/2018-1/nushu-tears-sunshine

[12] https://www.unz.com/aanglin/i-dont-know-whos-great-resetting-who-anymore/

(« Je ne sais plus qui est le grand réinitialisateur de qui » ; Voir le commentaire n°159.

[13] https://www.researchgate.net/publication/301666099_

Beyond_Jews_of_the_Orient_A_New_Interpretation_of_the_Problematic_Relationship_between_the_Thai_State_and_Its_Ethnic_Chinese_Community

[14] https://www.bluemoonofshanghai.com/politics/the-greatest-intellectual-property-theft-in-history-operation-paperclip-november-16-2019/

[15] https://www.bluemoonofshanghai.com/politics/3761/

[16] https://www.bluemoonofshanghai.com/politics/4646/

[17] https://www.bluemoonofshanghai.com/politics/4950/

[18] https://www.unz.com/lromanoff/history-of-chinese-inventions-the-present-and-the-future-recent-chinese-state-of-the-art-innovations/

[20] Shangri-La a été initialement présenté au monde dans le roman de 1933 "Horizon perdu" de l'auteur britannique James Hilton https://www.amazon.com/Lost-Horizon-Novel-James-Hilton/dp/0062113720 , qui l'a décrit comme une vallée mystique et harmonieuse, doucement guidée par des lamas dévoués, le nom étant depuis devenu synonyme d'un paradis terrestre mythique mais isolé dont les habitants sont virtuellement immortels. Cependant, Shangri-la existe réellement, c’est une charmante ville située dans le nord-ouest reculé de la province chinoise du Yunnan.

[21] https://www.marxists.org/reference/archive/strong-anna-louise/1959/tibet/index.htm

[22] T. D. Allman, A Myth Foisted on the Western World, The Nation Magazine, https://shugdensociety.wordpress.com/2010/07/03/a-myth-foisted-on-the-western-world/

[23] https://www.bluemoonofshanghai.com/politics/2847/

[24] ibid

 

Larry Romanoff,

contributing author

to Cynthia McKinney's new COVID-19 anthology

'When China Sneezes'

When China Sneezes: From the Coronavirus Lockdown to the Global Politico-Economic Crisis

 

 

CROATIAN  ENGLISH   ESPAÑOL FRANÇAIS  GREEK  NEDERLANDS  POLSKI  PORTUGUÊS EU   PORTUGUÊS BR  ROMANIAN  РУССКИЙ

What part will your country play in World War III?

By Larry Romanoff, May 27, 2021

The true origins of the two World Wars have been deleted from all our history books and replaced with mythology. Neither War was started (or desired) by Germany, but both at the instigation of a group of European Zionist Jews with the stated intent of the total destruction of Germany. The documentation is overwhelming and the evidence undeniable. (1) (2) (3) (4) (5) (6) (7) (8) (9) (10) (11)

READ MORE