L.Romanoff´s interview

 

 

CROATIAN  ENGLISH   ESPAÑOL FRANÇAIS  GREEK  NEDERLANDS  POLSKI  PORTUGUÊS EU   PORTUGUÊS BR  ROMANIAN  РУССКИЙ

What part will your country play in World War III?

By Larry Romanoff, May 27, 2021

The true origins of the two World Wars have been deleted from all our history books and replaced with mythology. Neither War was started (or desired) by Germany, but both at the instigation of a group of European Zionist Jews with the stated intent of the total destruction of Germany. The documentation is overwhelming and the evidence undeniable. (1) (2) (3) (4) (5) (6) (7) (8) (9) (10) (11)

READ MORE

Sunday, September 18, 2022

FR — LARRY ROMANOFF — Les Américains sont des fous criminels — August 18, 2022



Les Américains sont des fous criminels

Larry Romanoff • 18 août 2022

Traduction: Profission Gendarme

 

 CHINESE   ENGLISH  FRENCH  SPANISH  RUSSIAN

 

Dans le passé, j’ai été accusé d’être « anti-américain » et, même si c’était peut-être vrai, ces sentiments visaient principalement le gouvernement américain et ses agences et non le peuple de la nation, au motif que, nonobstant la démocratie, le peuple n’était pas responsable des atrocités de l’entreprise criminelle psychopathe agissant comme son gouvernement.

 

Ma position a changé. Tout comme les feuilles ne peuvent pas changer de couleur et les racines ne peuvent pas se flétrir sans la connaissance silencieuse de l’arbre tout entier, aucun gouvernement ne peut commettre des siècles de guerres et d’atrocités incessantes contre d’autres peuples et nations sans la connaissance et l’approbation de la grande majorité de sa population. Il ne peut pas non plus le faire sans la coopération de ses entreprises, de son infrastructure civile et de ses établissements d’enseignement.

 

Et, puisque le gouvernement américain, l’armée et la CIA sont contrôlés à presque 100% par la mafia juive khazare résidant dans la ville de Londres , et fonctionnent comme des lieutenants et des exécuteurs pour elle , mes observations s’appliquent également aux deux parties. Pourtant, ce sont des accusations surprenantes, alors examinons la justification. Nous pouvons commencer par :

 

Dirigeants politiques et militaires américains

Un article de Jim Kouri a cité une étude du FBI[1] qui déclarait :

« … les traits de caractère présentés par les tueurs en série ou les criminels peuvent être observés dans de nombreuses arènes politiques. Ils partagent les traits des psychopathes qui ne sont pas sensibles aux appels altruistes, tels que la sympathie pour leurs victimes ou le remords ou la culpabilité pour leurs crimes. Faut-il s’étonner que l’Amérique échoue chez elle et dans le monde ?

 

Les présidents américains, les vice-présidents, les secrétaires d’État, les secrétaires à la Défense, le personnel de la Maison Blanche et de nombreux sénateurs et membres du Congrès présentent bon nombre ou la plupart des traits des psychopathes criminels et des meurtriers de masse. Les preuves des atrocités du gouvernement américain ne sont pas difficiles à trouver. Le gouvernement des États-Unis d’Amérique a toujours été une entreprise criminelle ,[2]

gouverné le plus souvent par des voyous et des tueurs psychopathes génocidaires. Je doute qu’il y ait beaucoup de disputes dans le monde aujourd’hui sur le mal intrinsèque qui semble imprégner le gouvernement américain et l’ État profond juif khazar qui le contrôle, ni sur la criminalité insensée inhérente à la plupart de ses politiques étrangères.

 

Les présidents américains en tant que classe constituent certains des mythes les plus éhontés de l’histoire des États-Unis, toujours présentés en termes élogieux de sagesse, d’humanité et de grandeur alors qu’ils étaient pour la plupart des voyous génocidaires racistes, engagés dès les premiers jours de la République dans une série sans fin de génocide. Pendant de nombreuses années, tuer des Indiens a été l’un des emplois les mieux rémunérés d’Amérique. C’est le grand George Washington qui a ordonné à ses troupes d’écorcher les corps des indigènes « des hanches vers le bas pour en faire des bottes ou des leggings », et Theodore Roosevelt, lauréat du prix Nobel de la paix, affirmant que la vie des autochtones était « aussi dénuée de sens, sordide et féroce que les bêtes sauvages », et que leur extermination et le vol de leurs terres « étaient finalement bénéfiques car inévitables ». Le débarquement de Christophe Colomb (Cristóbal Colón) dans le Nouveau Monde a déclenché un programme de génocide qui a couvert toutes les Amériques, exterminant d’innombrables millions de personnes, y compris l’ensemble des civilisations maya, inca et aztèque, ainsi que les Indiens Caraïbes et 98 % des Américains. peuples aborigènes. Et tout cela avec la pleine approbation et la participation des dirigeants politiques américains.

 

Le sacrifice délibéré de vies américaines a toujours fait partie du programme de guerre américain. Le président McKinley a ordonné l’explosion de l’USS Maine dans le port de La Havane, tuant environ 400 marins américains, comme excuse pour commencer une guerre avec l’Espagne, alors que Woodrow Wilson a ordonné que le Lusitania soit sacrifié, ainsi que plus de 1 000 vies, comme excuse pour entrer dans le guerre européenne. De plus, il est désormais incontestable que Franklin Roosevelt connaissait l’emplacement de la flotte japonaise et l’heure prévue de l’attaque de Pearl Harbor, conçue par la Maison Blanche comme excuse pour entrer dans la guerre européenne, sacrifiant des milliers de vies américaines en n’informant pas Pearl. Port. C’est maintenant prouvé aux États-Unis, sous Richard Nixon‘s watch a abandonné des centaines de prisonniers de guerre au Vietnam dont la libération était conditionnée au paiement de 2 milliards de dollars ou 3 milliards de dollars de réparations que les Américains n’avaient aucune intention d’honorer. Vous pouvez lire les articles documentés de Ron Unz à ce sujet.[3]

 

Les guerres d’agression sont l’une des caractéristiques déterminantes des États-Unis d’Amérique, le pays ayant été en guerre pendant environ 235 de ses 245 années en tant que nation . L’ingérence diplomatique et économique extrême suit de près. Au cours des 200 dernières années, il ne reste que trois nations insignifiantes que les États-Unis n’ont pas envahies, détruites, sanctionnées, mises en faillite, intervenues de manière grotesque dans les élections, lancé des attaques terroristes ou biologiques massives contre, ou autrement brutalisées.

 

Quelques citations sélectionnées

 

«Je veux être l’intimidateur du quartier. Il n’y a pas d’avenir [pour d’autres pays] en essayant de défier les forces armées des États-Unis. ( Général Colin Powell – Secrétaire d’État américain, en témoignage au Congrès)

 

« [L’Amérique] est le plus pleinement une nation, la plus intensément vivante en tant qu’entité, lorsqu’elle fait la guerre à d’autres nations. Même en temps de paix, c’est le souvenir des guerres passées et la menace des guerres futures qui maintiennent vivante l’idée de la nation en Amérique. La guerre et le culte de la nation sont pratiquement une seule et même chose. ( Walter Karp )

 

« La guerre nous permet de nous élever au-dessus de nos petites stations dans la vie. Nous trouvons la noblesse dans une cause et des sentiments d’altruisme et même de bonheur. Et à une époque de déficits croissants et de scandales financiers et de détérioration même de notre tissu intérieur, la guerre est une belle diversion… La guerre nous donne un sens déformé de nous-mêmes ; ça nous donne du sens. La guerre, nous en sommes venus à croire, est un sport de spectateur. Les militaires et la presse… ont transformé la guerre en un vaste jeu d’arcade vidéo. Son essence même – la mort – est cachée à la vue du public. ( Chris Hedges , journaliste lauréat du prix Pulitzer pour le New York Times )

 

L’ancien président américain Jimmy Carter a déclaré: «Nous avons envoyé des Marines au Liban, et vous n’avez qu’à vous rendre au Liban , en Syrie ou en Jordanie pour être témoin de première main de la haine intense de nombreuses personnes envers les États-Unis parce que nous avons bombardé, bombardé et tué sans pitié. des villageois totalement innocents – des femmes et des enfants, des agriculteurs et des femmes au foyer – dans ces villages autour de Beyrouth. À la suite de cela, nous sommes devenus une sorte de Satan dans l’esprit de ceux qui sont profondément rancuniers ». Il a également déclaré que les États-Unis étaient la nation la plus guerrière de l’histoire du monde. C’est l’une des raisons pour lesquelles les États-Unis figurent depuis si longtemps sur la liste des nations les plus détestées au monde.

 

Les Américains (et d’autres) pourraient être surpris d’apprendre que les États-Unis n’ont jamais installé de gouvernement démocratique dans aucun pays, nulle part, jamais. Au lieu de cela , dans plus de 50 cas, les États-Unis ont renversé par la force un gouvernement pacifique et légitime[4]

et installé un tueur-dictateur psychopathe brutal.

 

Les assassinats sont également l’une des caractéristiques déterminantes des États-Unis . ( 5 ) Dans plus de 150 cas, les États-Unis ont tué le chef d’État ou des dirigeants d’autres nations, y compris Dag Hammarskjöld lorsqu’il était secrétaire général de l’ONU, en représailles pour leur résistance à l’intimidation et au pillage américains. Cela n’inclut pas les échecs, notamment les trois tentatives contre le Premier ministre chinois Zhou En-lai ou les 638 tentatives contre Fidel Castro . Dans le passé, ces « opérations secrètes » étaient effectuées dans un secret intense et niées avec véhémence, mais aujourd’hui, elles sont effectuées ouvertement et librement admises, comme cela s’est produit récemment avec Soleimani en Iran ., les assassinats sont maintenant apparemment inclus dans la définition américaine de la « démocratie ».

 

Le terrorisme fait partie intégrante de la politique étrangère américaine et est une caractéristique fixe des États-Unis. Il n’est pas contesté partout que le violent soulèvement terroriste au Tibet en 2008 était le cadeau de l’Amérique à la Chine pour les Jeux Olympiques, tout comme l’attaque terroriste à Sotchi en 2014 le cadeau équivalent aux Jeux Olympiques de la Russie. Il n’est pas non plus contesté que les principales organisations terroristes dans le monde aujourd’hui ont été formées, financées et entraînées par les États-Unis. Mais il y a eu beaucoup de choses qui ont précédé ISIS et ses frères ; Les États-Unis sont célèbres pour leurs diverses « opérations » terroristes. Opération Northwoods[6]visait l’invasion et la destruction de Cuba et proposait, entre autres choses, de remplir un avion de ligne d’étudiants américains, de l’abattre et de blâmer Cuba, en utilisant cela comme excuse pour une invasion militaire complète. Opération Gladio[sept]était un stratagème terroriste dirigé par la CIA en Europe qui, pendant des décennies, a impliqué des attentats à la bombe, des meurtres et d’autres moyens pour effrayer les nations européennes afin qu’elles adoptent des gouvernements de droite. Il y en avait beaucoup.

 

Les États-Unis ont également encouragé le groupe terroriste FLQ au Québec ,[8]

destiné à réaliser l’éclatement du Canada et l’absorption des morceaux dans l’Empire américain. C’est presque réussi. La CIA a également mené d’importantes activités terroristes au Canada dirigées contre Cuba . De plus, l’armée américaine et la CIA ont lancé de nombreuses campagnes terroristes dans toute l’Amérique latine pendant les années Reagan , à tel point et avec une telle sauvagerie que les programmes ont cessé uniquement parce qu’ils ont fini par retourner l’estomac du monde entier avec plusieurs centaines de milliers de morts. et des pratiques de torture illimitées enseignées à l’ « École des Amériques » des États-Unis au Panama et plus tard à Fort Benning en Géorgie .[9]

 

Le gouvernement des États-Unis a toujours utilisé la torture contre les citoyens d’autres nations. J’ai des photos de soldats américains faisant du waterboarding sur des civils aux Philippines au début des années 1900. L’ opération américaine Phoenix au Vietnam a torturé à mort plus de 45 000 Vietnamiens, pour la plupart des agriculteurs pauvres. Les soldats américains étaient unanimes sur le fait qu’aucun de ceux qui sont entrés dans le projet Phoenix n’en est ressorti vivant. Selon la légende, le manuel de torture de 1 000 pages de la CIA a circulé parmi tous ses dictateurs-clients en Amérique latine, en Afrique et en Asie. Plus récemment, on a découvert que les États-Unis avaient créé le plus grand réseau de prisons de torture et de bateaux-prisons de l’histoire du monde , centré sur des endroits comme Guantanamo Bay ,Abu Ghraib et Baghram , et Diego Garcia . Amnesty International a décrit Abou Ghraib comme « un centre de torture et d’exécutions », comme ils l’étaient tous.

 

Le programme Phoenix de la CIA au Vietnam

 

Ce fut l’une des séries d’événements les plus brutales et les plus corrompues de l’histoire américaine , impliquant les actes de torture et de terrorisme les plus violents menés à une échelle incroyablement répandue contre les civils innocents du Vietnam. Comme toutes les activités américaines de ce type dans le tiers monde, il s’agissait d’un programme organisé de génocide, que le gouvernement et les médias américains ont nié à l’époque, et continuent de nier aujourd’hui malgré des volumes de preuves documentées. L’objectif du programme Phoenix – et de nombreux autres depuis, menés par l’armée américaine et la CIA – était d’éliminer par destruction toute l’infrastructure sociale de la résistance vietnamienne à la colonisation américaine. Cela a été accompli par des meurtres de masse à une échelle sans précédent, l’utilisation étonnante de tactiques terroristes contre des civils, etl’un des programmes de torture les plus brutaux jamais lancés dans l’histoire du monde.

 

Un homme du nom de Barton Osborne , affecté à ce projet militaire et de la CIA à l’époque, a écrit : « C’était essentiellement une opération psychologique, et c’était très bien fait. Les Américains l’ont fait plusieurs fois auparavant. La théorie est que vous ne tuez pas le chef, vous tuez ses enfants ou sa famille. Fondamentalement, ce que vous faites, c’est que vous détruisez la famille du chef… quand le gars [rentre chez lui], il voit ce gâchis – vous savez, sa femme décapitée, et son enfant en bas âge dépouillé de son abdomen, et décapité et saignant sur son corps, suspendu à un chevron, [des excréments] partout sur les murs, ce genre de choses – c’est comme ça qu’on fait. Ainsi, toute l’opération perd sa volonté de combat. Et c’est fondamentalement « The American Way ». Osborn a témoigné plus loin devant le Congrès américain, «Je n’ai jamais connu au cours de toutes ces opérations un détenu qui ait vécu son interrogatoire. Ils sont tous morts. Pas un seul suspect n’a survécu à l’interrogatoire … et la majorité a été soit torturée à mort, soit jetée hors des hélicoptères. Un responsable américain qui était un « conseiller » dans le programme Phoenix a déclaré : « Il était de notoriété publique que lorsque quelqu’un était pris [pour être « interrogé »], sa vie touchait à sa fin. » « Je n’entrerai pas dans les détails des inhumanités infligées aux victimes, mais un exemple de l’ingéniosité des Américains mérite d’être noté. Barton a témoigné que les «interrogateurs» (il y a toujours le prétexte d’un interrogatoire, suggérant un interrogatoire pour des informations militaires vitales. Le prétexte est toujours faux.)prenez une cheville en bois de six pouces et martelez-la dans l’oreille d’un homme et dans son cerveau, puis laissez-le errer jusqu’à ce qu’il meure.

 

Agent orange

 

L’agent orange est un herbicide hautement toxique, défoliant et cancérigène composé à parts égales de deux herbicides, le 2,4,5-T et le 2,4-D, mélangés à une autre dioxine particulièrement mortelle appelée TCDD. Le produit chimique était la création d’efforts conjoints entre les Britanniques et les Américains pour concevoir une arme biologique qui exterminerait totalement les cultures vivrières d’un ennemi. Certains des composants du produit chimique se sont avérés utiles en tant qu’herbicides commerciaux et sont ensuite entrés sur les marchés de masse, bien qu’ils se soient finalement avérés trop destructeurs pour l’environnement pour une utilisation continue. L’armée américaine testait l’agent orange comme arme biologique au début des années 1940, en particulier pour les cultures de riz, et a commencé la production à grande échelle pour une utilisation contre le Japon avant la fin de la guerre. Et oui, ils l’ont utilisé contre le Japon. Les États-Unis ont testé bien plus de 1 000 composés similaires et mené des essais sur le terrain des « plus prometteurs », en particulier au Tanganyika et au Kenya pour évaluer la valeur de millions de litres d’herbicides cancérigènes dans l’éradication des[1]

 

des arbres et des buissons dissimulant des terroristes et ( 2 ) des gouvernements socialistes. Arthur Galston, le développeur de TCDD, l’a citée comme  » peut-être la molécule la plus toxique jamais synthétisée par l’homme  » mais, selon Photoshop et M. Sanitise, son insertion dans l’Agent Orange était une erreur, un effet secondaire de fabrication involontaire, et n’était présente que dans  » quantités infiniment petites ».

 

La version aseptisée qui se retrouve dans les livres d’histoire américains est que l’armée américaine l’utilisait comme « défoliant », un processus doux consistant à enlever les feuilles de quelques arbres où des tireurs d’élite vietnamiens pourraient se cacher, mais cela n’a jamais été vrai. Ce produit chimique extrêmement mortel a été utilisé dans le but de détruire l’ensemble des cultures de riz du Vietnam et l’approvisionnement alimentaire du pays, et de contaminer à jamais le sol et les eaux souterraines au point que la repousse deviendrait impossible. Les photographies accessibles au public ne manquent pas montrant des hélicoptères de l’armée américaine et des transports C-123 pulvérisant l’agent orange sur les terres agricoles, les rivières, les lacs et les réservoirs d’eau vietnamiens.. La version officielle était que le président Ngo Dinh Diem du Sud-Vietnam a demandé aux États-Unis de procéder à des pulvérisations aériennes d’herbicides dans son pays, mais cette affirmation est un non-sens ridicule. Diem était un gangster américain transplanté du New Jersey par le gouvernement américain et installé comme président fictif d’un « Sud-Vietnam » fictif. L’agent orange était une tentative de génocide du peuple vietnamien, et totalement sans rapport avec la défoliation de quoi que ce soit.  » Le dossier indique clairement que dans la seule province de Quang Ngai, 85% de toutes les terres cultivées devaient être détruites rien qu’en 1970 , laissant des centaines de milliers de Vietnamiens mourir de faim. »

 

En soumettant les nations à la suprématie américaine, les États-Unis se sont spécialisés depuis un siècle dans ce que les militaires appellent la « pacification civile », c’est-à-dire le massacre aveugle d’un nombre illimité de civils, comme méthode privilégiée pour instiller la peur et l’obéissance permanentes chez un peuple. L’un des pires a été le coup d’État de la CIA en Indonésie pour remplacer Suharno par Sukarto dans les années 1960, où plus de trois millions de civils ont été tués ouvertement et publiquement dans le plus grand massacre d’êtres humains de l’histoire du monde, sans interruption pendant des semaines. jusqu’à ce que les fleuves du pays soient tous rouges de sang. Des exemples plus petits existent dans des dizaines d’autres pays, plus récemment en Irak et en Libye. Les États-Unis sont la seule nation au monde avec une « université » créée spécifiquement dans le but d’enseigner les techniques de torture et de pacification civile à tous les dictateurs voyous du monde – la tristement célèbre École des Amériques .

 

L’histoire du côté obscur de l’Amérique

 

« Dans un article historiquement éclairant intitulé « Une longue histoire du côté obscur de l’Amérique », les auteurs américains Peter Dale Scott et Robert Parry brossent un tableau étonnant, bien que déprimant, du schéma des atrocités militaires américaines qui ont formé la philosophie de base de la colonisation américaine. L’éditeur du site a noté : « De nombreux Américains considèrent leur pays et ses soldats comme les gentils qui répandent la démocratie et la liberté dans le monde, et lorsque les États-Unis infligent la mort et la destruction, cela est considéré comme une erreur ou une aberration ». Les auteurs fournissent une documentation abondante sur le fait que les atrocités américaines n’ont jamais été des erreurs, mais faisaient plutôt partie d’une politique soigneusement planifiée pour effectuer ce qu’on a appelé « la pacification » des populations indigènes qui ont résisté à la colonisation américaine ».

«Ils soulignent qu’il existe un fil conducteur très sombre mais rarement reconnu dans la tradition militaire américaine qui a toujours explicitement utilisé la violence brutale et la terreur pour réprimer les populations locales, qu’il s’agisse d’Indiens natifs aux États-Unis ou de« protection des intérêts américains »aux Philippines, au Vietnam. ou en Amérique centrale et du Sud. « Le peuple américain est largement inconscient de cette tradition cachée parce que la plupart de la littérature prônant le terrorisme parrainé par l’État est soigneusement confinée aux cercles de la sécurité nationale et se répand rarement dans le débat public, qui est plutôt dominé par des messages de bien-être sur des personnes bien intentionnées. Interventions américaines à l’étranger.

« La politique a commencé par des batailles dans les États du nord et du sud des États-Unis, évoluant vers un concept de » guerre totale « , ce qui signifiait que des attaques dévastatrices contre les civils et l’infrastructure économique devenaient une partie intégrante du processus d’assujettissement. Lorsque le général américain Shermancombattait le Sud, ses troupes ont brûlé des maisons, laissé des champs et des plantations en flammes et se sont livrées à des viols et à des meurtres généralisés de civils, comme moyen de détruire leur volonté de se battre. Essentiellement, les mêmes tactiques ont été utilisées contre les Indiens indigènes, où la violence et le terrorisme sont devenus la base d’une stratégie de colonisation américaine victorieuse. Avec les indigènes, les auteurs citent en partie le registre du Congrès américain : « Ils ont été scalpés ; leurs cerveaux assommés; les hommes ont utilisé leurs couteaux, éventré les femmes, matraqué les petits enfants, les ont frappés à la tête avec leurs fusils, leur ont cassé la cervelle, mutilé leur corps dans tous les sens du terme ». L’abattage est devenu le moyen américain d’apporter la paix.

«Lorsque les Américains ont quitté leurs propres frontières pour créer des colonies militaires dans une grande partie du monde sous-développé, ces politiques dites de «pacification» les ont accompagnés. Lorsque les États-Unis ont revendiqué les Philippines comme prix de leur guerre d’Espagne, ils ont suivi ces politiques à la lettre, brûlant des maisons, massacrant des civils, tuant des enfants, torturant et mutilant des corps, tout cela pour « pacifier » le peuple – pour le brutaliser afin qu’il accepte son nouvelle position en tant que colonie américaine. Des centaines de milliers de civils ont été parqués sur des ponts, tués et jetés par-dessus bord, de sorte que les rivières ont coulé avec des cadavres. Un correspondant de presse a reflété le profond racisme des Américains lorsqu’il a décrit des scènes où « des soldats américains ont tué des hommes, des femmes, des enfants… des garçons de 10 ans et plus, … le Philippin, en tant que tel, n’était guère mieux qu’un chien. Ce n’est pas une guerre civilisée, mais nous n’avons pas affaire à un peuple civilisé. La seule chose qu’ils connaissent et craignent, c’est la force, la violence et la brutalité. Un document de guerre de l’armée américaine fait l’éloge de cette « violence criminelle exemplaire – le meurtre et la mutilation de captifs et l’exhibition de leurs corps ». Ces atrocités étaient largement considérées dans les milieux militaires comme « la pacification dans sa forme la plus parfaite ».

« Les États-Unis ont copié leurs succès au Vietnam. Le général américain Colin Powell, qui a ensuite occupé le poste de secrétaire d’État américain, a approuvé la pratique courante du meurtre d’hommes vietnamiens comme élément nécessaire de l’effort de contre-insurrection. La « contre-insurrection » dans le langage militaire américain signifie tuer toutes les personnes qui résistent à votre invasion de leur pays ; ce sont les « insurgés » qu’il faut éliminer. Au Vietnam, les États-Unis ont détruit tous les barrages et l’approvisionnement en eau, une grande partie des terres agricoles et des cultures, détruit des villes entières et massacré tous les habitants. La « pacification » américaine du Vietnam a finalement coûté la vie à environ 5 millions de personnes, et il ne s’agissait pas principalement de pertes militaires, mais du meurtre organisé de civils destiné à terroriser l’ensemble de la population pour qu’elle accepte l’occupation permanente des États-Unis. » Heureusement pour les Vietnamiens, cela a échoué.

 

Timothy McVeigh , l’homme qui a fait exploser un bâtiment gouvernemental à Oklahoma City, a déclaré dans une interview : « Ce qui s’est passé à Oklahoma City n’était pas différent de ce que les Américains font pleuvoir sur la tête des autres tout le temps. De nombreux pays et peuples étrangers détestent les Américains pour les raisons mêmes que la plupart des Américains me détestent. Pensez-y . » Mais les Américains n’ont jamais eu à y penser, car toutes leurs guerres se déroulent sur un sol étranger. Le carnage, la mort, la destruction et la misère sont tous infligés à des personnes dans d’autres pays, et les Américains ne sont jamais autorisés à voir les résultats, encore moins à en faire l’expérience de première main. Pour les Américains, la guerre est quelque chose qui se passe ailleurs, et le gouvernement et les médias américains veillent à isoler le peuple américain de la réalité de la guerre. «Depuis les scènes émotionnellement troublantes du Vietnam rapportées par la télévision américaine, la diffusion de corps américains rentrant chez eux est interdite par des lois punitives, comme le sont pratiquement toutes les preuves des véritables horreurs de la guerre – sauf lorsque le gouvernement américain fabrique des scènes pour diaboliser une nation étrangère ».

 

La guerre biologique est une autre caractéristique fixe des États-Unis d’Amérique . Igor Nikulin, ancien membre de la Commission des Nations Unies sur les armes biologiques et chimiques, déclare que l’armée américaine dispose de 400 laboratoires d’armes biologiques répartis dans le monde, principalement autour de la Russie et de la Chine, commodément en dehors de la compétence du Congrès et également hors du contrôle de la malheureuse nation locale. Il n’est plus contesté que les États-Unis étaient à l’origine de la guerre biologique déclenchée contre la Chine et la Corée du Nord pendant la guerre de Corée, et il est largement admis dans une grande partie du monde que le SRAS[10] a été déclenchée par les États-Unis comme une attaque contre la Chine, tout comme les sept autres attaques biologiques au cours des dernières années. MER[11] et EBOLA[12] ont également tous les signes d’armes biologiques créées et publiées par les États-Unis.

En outre, il semble presque certain que le marché Xinfadi de Pékin a été réensemencé avec le COVID-20 en juin par les mêmes personnes. Vous voudrez peut-être lire sur l’intérêt intense des États-Unis pour le développement de la guerre biologique.[13][14]

 

Une autre référence décrit le développement des aliments GM américains comme l’arme biologique presque idéale.[15]

 

Les crimes de guerre odieux sont une autre spécialité américaine. Vous pouvez lire sur l’orgie de tuer les Américains à Dresde[16] en Allemagne, mais il y en a beaucoup d’autres qui ne sont pas bien connus. En Corée du Nord , les Américains ont bombardé toutes les villes et tous les villages du pays, tuant près de la moitié de la population et rendant la plupart des survivants sans abri. Au Japon ,[17] en plus de détruire tout le quartier de Shitamachi à Tokyo au prix d’environ un million de vies civiles, les États-Unis ont incendié près de 100 autres villes japonaises, tuant la moitié des habitants qui étaient tous des femmes, des enfants et des personnes âgées. L’armée américaine a admis qu’il s’agissait de crimes de guerre odieux, mais s’est confortée dans le fait que presque personne ne le savait et qu’il n’y avait de toute façon aucun tribunal habilité à les poursuivre. Ces trois exemples sont les plus évidents, mais il y en a trop d’autres pour être comptés. Une exception serait l’ Irak . Voici deux articles que vous devez lire pour connaître la vérité sur l’Irak.[18][19]

 

Peu de gens savent aujourd’hui que les Américains en Allemagne détiennent un record de meurtres de masse brutaux, ayant manifestement assassiné au moins un million d’Allemands dans les camps de concentration américains – en Allemagne – longtemps après la fin de la guerre. Ce n’est pas très connu, mais presque tous ces décès étaient des civils, pas des militaires, et étaient les dernières étapes de l’opération Paperclip.[20]

 

Les États-Unis ont pillé l’Allemagne jusqu’aux os après la guerre, volant toute la propriété intellectuelle allemande dans le processus, mais ont découvert qu’ils n’avaient pas les connaissances techniques ou scientifiques pour comprendre la plupart des inventions allemandes. À titre d’exemple, ils ont confisqué environ 100 fusées V-2 non assemblées, mais ont réalisé qu’ils n’avaient aucune idée de la façon d’assembler les fusées ni aucune compréhension des principes scientifiques de leur fonctionnement. Ainsi, les Américains ont émigré de force d’innombrables milliers de scientifiques allemands aux États-Unis, notamment Werner von Braun et similaires. Mais il restait des millions de scientifiques et de techniciens que les Américains voulaient « débriefer » pour en extraire toutes leurs connaissances scientifiques et militaires, qui formaient alors la plupart des détenus des « camps de la mort d’Eisenhower ». Une fois ces civils entièrement débriefés, les Américains les ont tous tués, beaucoup par exécution pure et simple et le reste par famine. C’était tellement vrai qu’apporter de la nourriture aux prisonniers dans ces camps était un crime capital, entraînant la mort des personnes à vue. La raison était d’empêcher que ces connaissances ne tombent entre les mains des Russes, en espérant ainsi donner aux États-Unis un avantage scientifique et impérial permanent. Eisenhower était responsable non seulement de ces morts, mais aussi d’innombrables millions d’autres lors de déplacements forcés et d’autres atrocités. James Bacque a estimé qu’entre 12 et 14 millions de civils allemands sont morts ou ont été tués dans les années qui ont suivi la guerre. Cette connaissance a été supprimée de tous les livres d’histoire américains, et de tous les livres occidentaux aussi. ce qui fait que les personnes sont abattues à vue. La raison était d’empêcher que ces connaissances ne tombent entre les mains des Russes, en espérant ainsi donner aux États-Unis un avantage scientifique et impérial permanent. Eisenhower était responsable non seulement de ces morts, mais aussi d’innombrables millions d’autres lors de déplacements forcés et d’autres atrocités. James Bacque a estimé qu’entre 12 et 14 millions de civils allemands sont morts ou ont été tués dans les années qui ont suivi la guerre. Cette connaissance a été supprimée de tous les livres d’histoire américains, et de tous les livres occidentaux aussi. ce qui fait que les personnes sont abattues à vue. La raison était d’empêcher que ces connaissances ne tombent entre les mains des Russes, en espérant ainsi donner aux États-Unis un avantage scientifique et impérial permanent. Eisenhower était responsable non seulement de ces morts, mais aussi d’innombrables millions d’autres lors de déplacements forcés et d’autres atrocités. James Bacque a estimé qu’entre 12 et 14 millions de civils allemands sont morts ou ont été tués dans les années qui ont suivi la guerre. Cette connaissance a été supprimée de tous les livres d’histoire américains, et de tous les livres occidentaux aussi. James Bacque a estimé qu’entre 12 et 14 millions de civils allemands sont morts ou ont été tués dans les années qui ont suivi la guerre. Cette connaissance a été supprimée de tous les livres d’histoire américains, et de tous les livres occidentaux aussi. James Bacque a estimé qu’entre 12 et 14 millions de civils allemands sont morts ou ont été tués dans les années qui ont suivi la guerre. Cette connaissance a été supprimée de tous les livres d’histoire américains, et de tous les livres occidentaux aussi.Le sujet est encore si radioactif qu’il est illégal en Allemagne (grâce à leurs maîtres juifs et américains) de tenter de faire des recherches sur le sujet.

 

Quelques citations sélectionnées

 

« Le bilan américain des crimes de guerre a été, du XIXe siècle à nos jours, un bilan largement invisible, sans gouvernement, sans dirigeants politiques, sans responsables militaires, sans agents de niveau inférieur tenus responsables d’actes criminels… Quiconque conteste cette mythologie est rapidement marginalisé, qualifié de traître ou de communiste ou de terroriste ou simplement de fou au-delà de toute discussion raisonnable. (Carl Boggs)

 

Les dirigeants américains commettent des crimes de guerre par nécessité institutionnelle, car leur rôle impérial exige de maintenir les peuples subordonnés à leur juste place et d’assurer partout un « climat favorable aux investissements ». Ils le font en utilisant leur puissance économique, mais aussi… en soutenant Diem, Mobutu, Pinochet, Suharto, Savimbi, Marcos, Fujimori, Salinas et des dizaines de dirigeants similaires. Les crimes de guerre surviennent également facilement parce que les dirigeants américains se considèrent comme les véhicules d’une moralité et d’une vérité supérieures et peuvent opérer en violation de la loi sans frais. Il est également extrêmement utile que leurs médias traditionnels conviennent que leur pays est au-dessus de la loi et soutiendront et rationaliseront chaque entreprise et la commission de crimes de guerre.  » (Edward Hermann)

 

L’une des principales flèches du carquois diplomatique américain est les embargos alimentaires (et autres) contre les nations les plus pauvres qui résistent à la démocratie, à la liberté et aux droits de l’homme à l’américaine, c’est-à-dire le viol, le pillage et le pillage. Un exemple typique est la grande famine chinoise de 1959-1961,[21] initié par les amis européens juifs de l’Amérique, mais les États-Unis étant l’exécuteur militaire et diplomatique. Et ce n’était en aucun cas la première ni la dernière fois que les Américains lançaient de telles mesures. Ils ont fait de même pour punir la Chine pendant la guerre de Corée, et répété périodiquement jusqu’aux années 1970. Les États-Unis ont fait la même chose à d’autres nations dans des domaines autres que la nourriture. Un exemple actuel est les soi-disant « sanctions » américaines contre l’Iran , gelant tous les avoirs et revenus étrangers, privant ainsi l’Iran de la monnaie pour acheter des vaccins COVID-19.

 

Les États-Unis se sont également spécialisés dans les «embargos économiques» , étranglant financièrement un petit pays résistant au pillage américain, comme ils l’ont fait à Cuba pendant 70 ans, forçant fièrement cette petite nation à rester sous-développée et dans la pauvreté pendant des générations. Pourtant , le seul « crime » de Cuba a été d’expulser les Juifs après la révolution. Les États-Unis sont célèbres dans de nombreuses régions du monde pour avoir envahi à plusieurs reprises, puis forcé l’ouverture – et vidé les coffres de la banque centrale d’un petit pays. Une tactique connexe consistait à forcer les nations d’Amérique centrale et d’Amérique du Sud à «permettre» aux États-Unis de «gérer» toutes leurs réserves de liquidités et de devises , l’argent étant investi dans le développement immobilier de New York, rapportant des milliards aux banquiers tandis que les petites nations captives recevaient. 1% sur leur argent.

 

Mais les embargos ne sont qu’une petite partie de l’histoire de la guerre financière américaine contre d’autres nations. L’un des actes les plus ignobles a impliqué la Chine dans les années 1930, alors que ce pays avait la seule économie vraiment stable, avec une monnaie adossée à 100 % à l’argent. Dans une tentative de détruire l’économie chinoise, les satanistes de la FED américaine ont élaboré un plan pour offrir aux Chinois trois fois le prix mondial de l’argent (à grande perte évidemment pour le Trésor américain, mais pas pour la FED détenue par des Juifs). Ce stratagème a réussi à aspirer la majeure partie de l’argent hors de Chine, rendant la monnaie sans valeur et jetant la Chine au milieu de la Grande Dépression qu’elle aurait autrement complètement évitée.[22]

 

L’expérimentation humaine impliquant des atrocités indescriptibles est également une caractéristique déterminante de l’Amérique. Il s’agit d’une catégorie si vaste qu’il est presque impossible de savoir par où commencer. On pourrait commencer par MK-ULTRA ,[23][24]qui est presque certainement le catalogue le plus horrible de morts, de privations, de tortures, d’abus sexuels et d’abus mentaux et psychologiques inimaginables et atroces, très souvent pratiqués sur de jeunes enfants. MK-ULTRA semble avoir été presque entièrement un projet juif, de Sydney Gottlieb aux lieutenants et praticiens.

 

Il est plus ou moins bien connu maintenant que Shiro Ishii a mené d’horribles expériences humaines dans sa tristement célèbre Unité 731 à Harbin, en Chine , y compris des vivisections en direct. Une condition de la capitulation japonaise après la Seconde Guerre mondiale était qu’Ishii remette aux États-Unis toute la documentation sur ses expériences en échange d’une immunité complète contre les poursuites pour crimes de guerre. De plus, Ishii et toute sa troupe de Frankenstein ont été importés aux États-Unis où ils ont reçu de nouvelles identités et logés sur des bases militaires américaines, et y ont été employés ainsi qu’au CDC (qui n’est pas une organisation de santé civile mais était et est toujours un branche de l’armée américaine). Ishii a obtenu un poste de professeur et de superviseur de la recherche biologique à l’ Université du Maryland, poste qu’il a occupé jusqu’à sa mort des décennies plus tard. Il y a une autre affaire curieuse impliquant le transfert d’environ 500 000 prisonniers de guerre allemands aux États-Unis pendant et après la Seconde Guerre mondiale, avec leur disparition apparente et aucune trace de leur départ pour rentrer chez eux, comme on le prétend.[25]

 

Le gouvernement américain déclare la guerre à l’Amérique

 

En plus de cela, le gouvernement américain et l’armée ont mené littéralement des milliers d’ expériences humaines clandestines sur des millions de citoyens américains à leur insu, ainsi que sur les peuples d’autres nations. Ceux-ci comprenaient les radiations nucléaires et presque tous les types d’agents pathogènes connus de l’homme, avec des résultats souvent mortels. Il y a tellement de choses ici qu’il est presque impossible de décrire .

 

Les 2 000 mots suivants environ sont un extrait sévèrement abrégé d’un article que j’ai écrit pour tenter de résumer ces atrocités, et je n’inclus ici que les expositions et les décès de civils, en omettant les atrocités étendues, expérimentales et autres, que l’armée américaine a commises contre ses propres soldats. J’ai mis en ligne l’article complet pour ceux qui souhaitent le lire; il compte 40 000 mots.[26]

 

Au cours des 70 dernières années, le gouvernement américain a mené une guerre[27]contre ses propres citoyens[28], une histoire répréhensible[29]d’expériences illégales, contraires à l’éthique et immorales[30]exposant d’innombrables millions de civils américains à des procédures mortelles et à des agents pathogènes.[31]Selon une enquête du Congrès américain, à la fin des années 1970, « au moins 500 000 personnes étaient utilisées comme sujets dans des expériences radiologiques, biologiques et chimiques parrainées par le gouvernement fédéral américain sur ses propres citoyens ». La vérité est dans les dizaines de millions.

 

Le Government Accountability Office des États-Unis a publié un rapport le 28 septembre 1994, qui indiquait qu’entre 1940 et 1974, le département américain de la Défense et d’autres agences de sécurité nationale avaient étudié des centaines de milliers de sujets humains lors de tests et d’expériences impliquant des substances dangereuses.

 

Une citation de l’étude :

 

De nombreuses expériences qui ont testé divers agents biologiques sur des sujets humains, appelées Operation Whitecoat , ont été menées à Fort Detrick , Maryland, dans les années 1950. Les sujets humains se composaient à l’origine d’hommes enrôlés volontaires. Cependant, après que les hommes enrôlés aient organisé une grève d’occupation pour obtenir plus d’informations sur les dangers des tests biologiques, de nombreux autres ont été enrôlés. Aucun suivi notable n’a été effectué et aucun dossier n’a été conservé concernant les participants. L’armée américaine a affirmé plus tard qu’elle n’avait les coordonnées que d’environ 1 000 des participants d’origine. [Le] programme de défense biologique des États-Unis contient des dizaines de divisions, de départements, de groupes de recherche, de bio-intelligence et plus encore, qui ne sont en aucun cas tous liés à la « défense ».

 

Extrait du document : Cobayes nucléaires américains :[32]Trois décennies d’expériences de rayonnement sur des citoyens américains : rapport préparé par le sous-comité sur la conservation de l’énergie et l’énergie, du comité sur l’énergie et le commerce, Chambre des représentants des États-Unis, novembre 1986 : US Government Printing Office, Washington, 1986, 65-0190

« Les sujets humains étaient des publics captifs ou des populations que les expérimentateurs auraient pu effroyablement considérer comme « sacrifiables » : les personnes âgées, les prisonniers, les patients hospitalisés souffrant de maladies en phase terminale ou qui n’auraient peut-être pas conservé toutes leurs facultés pour un consentement éclairé. … aucune preuve que le consentement éclairé a été accordé. … le gouvernement a dissimulé la nature des expériences et trompé les familles des victimes décédées sur ce qui s’était passé. … les sujets ont reçu des doses qui approchaient ou même dépassaient les limites actuellement reconnues pour l’exposition professionnelle aux rayonnements. Les doses atteignaient 93 fois la charge corporelle (maximale) reconnue ». L’article poursuit ensuite : « Certaines des plus répugnantes ou bizarres de ces expériences sont résumées ci-dessous. »

 

Peu d’Américains semblent conscients des programmes d’expérimentation humaine de leur propre gouvernement , ( 33 ) une litanie inadmissible d’atrocités commises par la CIA et l’armée sur une population innocente et mal informée, toujours sans consentement[34]et le plus souvent avec des résultats tragiques. Ceux-ci comprenaient de vastes programmes[35]du contrôle mental[36]expériences,[37]expériences d’interrogatoire/torture,[38]infection délibérée par des maladies mortelles ou débilitantes, exposition à une radioactivité sévère et à toutes sortes d’agents pathogènes chimiques biologiques, bactériologiques et toxiques. Ils comprenaient le lavage de cerveau, la torture, les électrochocs, les agents neurotoxiques, les drogues et l’hypnose exotique et les expériences chirurgicales, y compris les lobotomies,[39]et un large éventail de « recherches » pharmacologiques, toutes menées sur des victimes civiles innocentes, mal informées et sans défense, allant des nouveau-nés aux adultes.

 

Les substances utilisées – les « outils de leur métier » – comprenaient le LSD, l’héroïne, la morphine, la benzédrine, la marijuana, la cocaïne, le PCP, la mescaline, le métrazol, l’éther, les gaz neurotoxiques VX et le sarin, des produits chimiques toxiques tels que le sulfure de cadmium de zinc et le dioxyde de soufre, une variété d’agents biologiques, de l’acide sulfurique, de la scopolamine, du gaz moutarde, des isotopes radioactifs et diverses dioxines de Dow Chemical. Ils comprenaient également des électrochocs, des œstrogènes synthétiques, des cellules cancéreuses vivantes,[40]organes sexuels d’animaux transplantés chez l’homme, transfusions de sang de vache et bien plus encore. Les maladies transmises délibérément comprenaient la syphilis, la gonorrhée, l’hépatite, le cancer, la peste bubonique, le béribéri, le choléra, la coqueluche, la fièvre jaune, la dengue, l’encéphalite et la typhoïde, la maladie de Lyme, la fièvre hémorragique et bien plus encore.

 

Des expériences ont été menées sur des enfants, des orphelins,[41]les malades et les handicapés mentaux, les pauvres, les Noirs et les prisonniers qui n’avaient pas le choix de participer. On a souvent dit aux patients hospitalisés qu’ils recevaient un traitement médical, mais ils ont plutôt été utilisés comme sujets dans des expériences mortelles. Nous ne connaîtrons jamais le nombre total de personnes décédées. Si les cauchemars ne vous dérangent pas, faites des recherches sur le programme MK-ULTRA de la CIA .[42][43]Bon nombre de ces expériences se sont poursuivies jusqu’à la fin des années 1990 et au-delà, et de nombreuses personnes affirment – et fournissent des preuves – qu’elles se poursuivent encore aujourd’hui.

 

Ces programmes de recherche humaine ont été financés par le gouvernement américain et exécutés principalement par la CIA et l’armée, mais avec la pleine coopération de la plupart des grandes universités et hôpitaux . Ils étaient très secrets, leur existence n’ayant été découverte qu’après de nombreuses années de fonctionnement. Face aux ordonnances judiciaires de divulgation des dossiers, la CIA et l’armée ont plutôt détruit la plupart des documents, quelques dossiers ne survivant que par des erreurs de classement et de communication, les preuves disponibles ne couvrant qu’une infime partie des violations et des atrocités commises.

 

«De 1960 à 1971, le Dr Eugene Saenger , radiologue à l’ Université de Cincinnati , a exposé des patients pauvres et pour la plupart noirs à des radiations corporelles. On ne leur a pas demandé de signer des formulaires de consentement, et on ne leur a pas non plus dit que le Pentagone avait financé l’étude.[44] Les patients ont été exposés, en l’espace d’une heure, à l’équivalent d’environ 20 000 rayons X de rayonnement. La plupart des patients sont décédés presque immédiatement, mais le Dr Saenger a récemment reçu une médaille d’or pour « réalisations professionnelles » de la Radiological Society of North America.

 

À partir des années 1950, des enfants handicapés mentaux de la Willowbrook State School de Staten Island, New York, ont été intentionnellement infectés par l’hépatite virale.[45]en les nourrissant d’un extrait fabriqué à partir des excréments de patients infectés. Saul Krugman de l’Université de New York a promis aux parents d’enfants handicapés mentaux que leurs enfants seraient inscrits à Willowbrook en échange de la signature d’un formulaire de consentement pour des procédures qu’il qualifiait de « vaccinations ». En réalité, les procédures impliquaient d’infecter délibérément des enfants avec une hépatite virale.

 

Lauretta Bender : La psychiatre de l’enfer .[46]Lauretta Bender était neuropsychiatre à l’hôpital Bellevue dans les années 1940 et au début des années 1950. Elle a été la pionnière de la thérapie par électrochocs sur de jeunes enfants qui ont inévitablement régressé dans des états violents et catatoniques, la plupart se terminant par la mort ou en prison. Bender a ensuite élargi ses traitements pour inclure le LSD et, malgré sa brutalité inhumaine, le NYT a publié une nécrologie élogieuse à sa mort – comme il l’a fait pour les dizaines de ces personnes.

 

À partir de 1950 environ, l’armée américaine a mené au moins 240 attaques de guerre biologique en plein air sur des villes américaines ,[47] libérant des agents neurotoxiques et des bactéries mortelles de l’Alaska à Hawaï.[48] La CIA a libéré des bactéries de la coqueluche de la mer près de Tampa Bay, en Floride ,[49] provoquant une épidémie qui a rendu des dizaines de milliers de personnes extrêmement malades et en a tué de nombreuses autres. La marine américaine a simulé des attaques de guerre biologique en pulvérisant de grandes quantités d’une bactérie sur San Francisco ,[50] au cours de laquelle de nombreux citoyens sont morts et d’innombrables ont contracté des maladies graves de type pneumonie.[51]Lorsque l’information a été divulguée, des sources militaires ont insisté sur le fait que la bactérie était inoffensive, mais d’innombrables milliers de personnes ont contracté de graves infections des voies urinaires et respiratoires,[52]la pneumonie et d’autres maladies, des infections qui étaient permanentes : « À ce jour, ces bactéries sont l’une des principales causes de décès chez les personnes âgées dans la région de San Francisco ».

 

L’armée américaine a effectué environ 1 000 essais nucléaires en surface[53], non pas pour tester les bombes, mais pour déterminer les effets des radiations sur une population.[54]Le service de santé publique a été chargé de dire aux citoyens sous le vent des essais de bombes nucléaires que l’augmentation des cancers était due à la névrose, et Eisenhower a ordonné que les femmes atteintes de maladie des radiations, d’avortements spontanés, de perte de cheveux, de leucémie et de cancer du cerveau soient informées qu’elles souffraient de  » syndrome de la ménagère ».[55]

 

Un document secret de l’ AEC daté du 17 avril 1947, intitulé Medical Experiments in Humans[56]a déclaré: «Il est souhaité qu’aucun document ne soit publié faisant référence à des expériences sur des humains qui pourraient avoir une réaction négative sur l’opinion publique ou entraîner des poursuites judiciaires. Les documents couvrant de tels travaux de terrain doivent être classés secrets.

 

Une indication de la nature insensible et obscène qui a toujours imprégné le gouvernement américain :

 

Kodak a commencé à recevoir des plaintes de clients concernant des pellicules embuées,[57]la cause a été attribuée au matériau d’emballage – les cosses de maïs de l’Indiana contaminées par la radioactivité.[58] Le gouvernement américain a secrètement accepté de fournir à Kodak des informations préalables sur tous les futurs essais nucléaires, y compris « la distribution prévue de matières radioactives afin d’anticiper la contamination locale ».[59] Les victimes nous disent maintenant : « . . . le gouvernement a mis en garde l’industrie photographique et a fourni des cartes et des prévisions de contamination potentielle. Où étaient les avertissements aux parents d’enfants dans ces zones ? Le gouvernement a protégé les pellicules, mais pas la vie de nos enfants. Pourquoi ont-ils fait cela alors qu’ils avaient toutes les informations sur les points chauds et les retombées, et pourtant ils n’ont pas averti les habitants de ce pays des dangers inhérents aux retombées radioactives ? » Leur gouvernement ne leur a pas dit parce qu’ils étaient les cobayes des tests.

 

Vous pouvez en savoir plus sur certains des cas les plus importants ici : Histoire cachée des tests de germes aux États-Unis (BBC)[60]. L’histoire troublante du laboratoire secret du gouvernement sur les germes de Plum Island (Amazon)[61]. La maladie de Lyme de Plum Island exposée.[62]Le déploiement géopolitique des armes biologiques. ( 63 ) Aussi le tristement célèbre Projet 100 000 de Robert McNamara ,[64] Opération DEW ,[65] Opération BAC ,[66] Projet SHAD ,[67] Projet 112 ,[68] maladie de Lyme ,[69] Gaz neurotoxique[70]et des moutons morts à Dugway .[71]

 

Et ce n’était pas seulement la guerre contre l’Amérique

 

Les preuves accumulées[72]de l’utilisation américaine d’armes biologiques en Chine et en Corée du Nord est incontestable, mais le gouvernement américain a menti à ce sujet pendant 70 ans.[73][74]

 

Il est également documenté sans conteste que les États-Unis ont mené une campagne de guerre biologique de plusieurs décennies contre le petit Cuba ,[75][76]y compris la propagation de la fièvre hémorragique et la grippe porcine qui a poussé Cuba à tuer les 500 000 porcs du pays. Les Américains ont non seulement menti à ce sujet pendant 70 ans, mais ont accusé Cuba d’être « un État paria » avec un programme de guerre biologique. Et pas seulement Cuba.[77]Les États-Unis ont déployé des armes chimiques et biologiques[78]sur le Canada, les Philippines, Porto Rico, la Colombie, ( 79 ) le Brésil,[80] Vietnam, Chine, Corée du Nord, Vietnam, Laos, Cambodge et plus encore.[81]

 

Les États-Unis ont quelque 400 laboratoires militaires d’armes biologiques[82]dispersés dans des pays (principalement pauvres et arriérés) du monde entier, y compris de nouveaux[83] en Géorgie, en Ukraine ,[84] Moldavie, Arménie, Azerbaïdjan, Ouzbékistan et Kazakhstan,[85]plusieurs nations exigent maintenant que ces laboratoires soient démantelés et transférés aux États-Unis, où ils appartiennent.

 

Les médias ont été remarquablement silencieux sur le dossier américain des fuites d’agents pathogènes biologiques,[86]mais le CDC vérifie qu’entre 2005 et 2012, les États-Unis ont eu 1 059 cas de vol ou de fuite d’agents pathogènes dangereux[87]qui a rompu le confinement. Un tous les trois jours pendant sept ans.[88]Cela doit être résolu car il existe des preuves considérables que la pandémie de grippe porcine H1N1 de 2009 aux États-Unis a été causée par l’une de ces fuites, ce qui était presque certainement la raison pour laquelle le CDC a refusé pendant 6 mois même d’identifier l’agent pathogène ou d’avertir les citoyens, lui permettant silencieusement de répandu dans le monde entier. Il semble que ce soit le même agent pathogène[89]qui a frappé la Russie en 2016 depuis le laboratoire d’armes biologiques Lugar de l’armée américaine[90]en Géorgie.

 

Le président de l’époque, Trump, a affirmé[91]il pourrait tuer toute la population de l’Afghanistan en quelques jours.[92] « L’Afghanistan serait rayé de la surface de la Terre. Ce serait parti et ce n’est pas en utilisant le nucléaire. Ce serait fini dans – littéralement, dans 10 jours.[93]Les armes biologiques sembleraient la seule alternative. La fièvre hémorragique et le hantavirus ont travaillé pour les États-Unis en Corée du Nord ; peut-être aussi l’Afghanistan. M. Trump a par la suite nié avoir l’intention de mettre sa menace à exécution, mais débarrassons-nous de la fiction selon laquelle les États-Unis n’auraient pas d’armes biologiques, de Fort Detrick et des 400 laboratoires biologiques étrangers n’assumant que des fonctions bienveillantes de « médecine de la paix ».

Et Encore Plus

Pirates somaliens

 

Il y a tellement d’autres catégories que vous pourriez ne jamais imaginer. La plupart d’entre nous se souviennent de la vague de détournements de navires au large des côtes somaliennes il y a quelques années, où des bandits lourdement armés dans de petites embarcations montaient à bord d’un pétrolier ou d’un autre navire et le retenaient contre une rançon. Aucun des médias de masse n’a pris la peine de demander pourquoi une telle chose se produirait soudainement, apparemment sans cause. Mais il y a peut-être eu une cause. Le mot en Somalie était que les États-Unis, cherchant des moyens d’éliminer leur accumulation croissante de déchets nucléaires, ont déversé des milliers de barils de déchets hautement radioactifs dans l’océan au large des côtes somaliennes.. De nombreux barils se seraient brisés, contaminant tout et tuant tous les poissons qui constituaient la majeure partie de l’approvisionnement alimentaire du pays. On m’a dit que les détournements étaient des représailles contre les États-Unis.[94]

La bombe du tsunami

 

Dans un récent article paru dans le UK Telegraph, l’auteur et cinéaste néo-zélandais Ray Waru recherchait d’anciens dossiers militaires dans les archives nationales de son pays et a découvert une opération top secrète appelée « Project Seal », qui a révélé que les États-Unis avaient développé et testé une « bombe tsunami ». » pendant la Seconde Guerre mondiale. Dans le rapport, la recherche a révélé que les Américains utilisaient des explosions sous-marines massives pour déclencher d’énormes raz-de-marée qui inonderaient les villes côtières du monde entier. Apparemment, le projet a été lancé en 1944 lorsqu’un officier de la marine américaine a remarqué de grosses vagues produites lors du dynamitage des récifs coralliens dans le Pacifique. Le projet a été couronné de succès et des tests ont prouvé qu’une série d’explosions en mer pouvait produire de puissantes vagues de plus de dix mètres.

 

Quelle meilleure façon de lancer une guerre contre une nation côtière de faible altitude ? Demandez à un sous-marin américain de tirer un gros engin nucléaire en eau profonde à une certaine distance des côtes et laissez un raz de marée de 20 mètres ou même de 30 mètres supprimer instantanément toutes les bases navales du pays, les ports d’expédition et la plupart des villes environnantes. La meilleure partie est que cela pourrait être confondu avec un événement naturel mais, même si ce n’est pas le cas, il n’y a aucun moyen de prouver qui était responsable. Lorsque l’eau diminue, le pays inhabité (et exempt de radiations) peut être colonisé.

Une autre idée intéressante et tout aussi criminellement folle d’utiliser les incendies de forêt comme arme militaire . Heureusement, nous avons un tel document préparé en détail pour l’armée américaine par le US Forest Service. J’ai une copie du rapport, si cela vous intéresse de le lire.[95] Il fait 73 pages plus les annexes.

 

Le cerveau du marionnettiste

 

Celui-ci est mon préféré. Le président américain Obama a dépensé 100 millions de dollars américains pour un nouveau projet de cartographie du cerveau humain, nécessitant le développement d’une nouvelle technologie capable d’enregistrer l’activité électrique de cellules individuelles et de circuits neuronaux complexes dans le cerveau « à la vitesse de la pensée ». L’ Institut Rockefeller , l’Université de Stanford , le Département de la Défense , les agences gouvernementales, les fondations privées, les entreprises privées et les universitésseront impliqués. Bien que les objectifs du travail n’aient pas été clairement définis, il est très peu probable qu’il s’agisse d’une recherche de remèdes médicaux, comme l’a suggéré Obama. Comme vous l’avez déjà vu, la CIA et le Département de la Défense ont été impliqués dans un trop grand nombre de ces projets de « contrôle de l’esprit » dans le passé.

 

Dans l’actualité connexe, Eric Schmidt et Jared Cohen de Google (CIA)puis a écrit un livre intitulé « The New Digital Age » qui semble être principalement une diatribe délirante errante où Schmidt et Cohen semblent lire le scénario d’Obama ou souffrent d’hallucinations. Écrivant sur les dissidents et les révolutionnaires qu’ils espèrent engendrer, ils font référence en un seul endroit à une nouvelle « récolte de consultants » (vraisemblablement eux) qui « utiliseront les données pour construire et affiner une figure politique ». Cela ressemble déjà à une marionnette sophistiquée. Ils nous disent ensuite que les discours prononcés par cette « personnalité politique affinée » seront alimentés « par des suites logicielles complexes d’extraction de caractéristiques et d’analyse des tendances » (wow), tandis que quelqu’un (encore une fois, vraisemblablement Schmidt et Cohen) « cartographiera ses fonctions cérébrales » et réalisant d’autres « diagnostics sophistiqués » pour « évaluer les parties faibles de son répertoire politique ».

 

Pour vous assurer que rien de tout cela n’est une blague, voici la vision américaine du monde du futur, une citation directe du Conseil consultatif scientifique de l’US Air Force , tirée de  » New World Vistas of Air and Space Power for the 21st Century « . “ :

 

« Avant le milieu du XXIe siècle, il y aura une explosion virtuelle des connaissances dans le domaine des neurosciences. Nous aurons atteint une compréhension claire de la façon dont le cerveau humain fonctionne, comment il contrôle réellement les différentes fonctions du corps et comment il peut être manipulé (à la fois positivement et négativement). On peut envisager le développement de sources d’énergie électromagnétique, dont la sortie peut être pulsée, façonnée et focalisée, qui peuvent se coupler avec le corps humain d’une manière qui permettra d’empêcher les mouvements musculaires volontaires, de contrôler les émotions (et donc les actions) , produisent du sommeil, transmettent des suggestions, interfèrent avec la mémoire à court et à long terme, produisent un ensemble d’expériences et suppriment un ensemble d’expériences.Cela ouvrira la porte au développement de nouvelles capacités pouvant être utilisées dans des conflits armés, dans des situations de terrorisme/prise d’otages, et dans l’entraînement… »

Enfin, considérons quelques individus :

    • Dwight Eisenhower

L’ancien président américain Eisenhower , qui a déclaré publiquement « Dieu, comme je hais les Allemands », était personnellement responsable de la mort par exécution et famine d’au moins un million de civils allemands, et peut-être de bien d’autres, des hommes tués longtemps après la fin de la guerre, et fait surtout pour contrarier les Russes. Comme mentionné ci-dessus, Eisenhower a approuvé les essais nucléaires en plein air sur des civils américains et a demandé à ses officiers de dire aux femmes mourantes qu’elles souffraient du «syndrome de la femme au foyer». Comment pouvez-vous nier qu’un homme – le président d’un pays – qui commet de tels crimes contre son propre peuple, est un criminel aliéné ?

    • Curtis Le May

Le général militaire américain Curtis LeMay était l’un des maniaques génocidaires et des meurtriers de masse les plus fous de l’histoire, en grande partie responsable du meurtre d’environ 1 000 000 de civils lors des bombardements américains de Dresde et de nombreuses autres villes d’Allemagne. En Corée , LeMay a bombardé et totalement détruit chaque ville, ville et village, ainsi que les barrages dont dépendait l’approvisionnement alimentaire de la nation, se vantant plus tard « Nous avons tué quoi – 40% de toute la population? », Et a également supervisé la distribution de agents pathogènes biologiques sur de grandes parties de la Corée du Nord et du nord-est de la Chine . Au Japon, LeMay a incendié près de 100 villes japonaises, tuant 50% des habitants civils, un bilan d’au moins 10 millions de morts. Le bombardement incendiaire du district de Shitamachi à Tokyo a fait à lui seul environ 1 million de morts.

    • Henri Kissinger

Henry Kissinger détient le record du plus grand nombre de civils jamais tués en Asie, pour lequel il a reçu le prix Nobel de la paix. Kissinger et le président américain Lyndon Johnson partagent la responsabilité non seulement des 5 millions de morts principalement civiles au Vietnam, au Laos et au Cambodge , mais aussi des exterminations civiles génocidaires de 1965-1966 en Indonésie où au moins trois millions de personnes ont été tuées dans le plus grand massacre humain jamais enregistré . histoire, et que les États-Unis tentent encore de nier aujourd’hui. Kissinger est également célèbre pour le document répréhensible NSSM 200 , essentiellement un programme de dépopulation mondiale.

    • Ronald Reagan

Reagan était responsable du soutien d’ une décennie de massacres civils massifs dans toute l’Amérique latine par les escadrons de la mort de la CIA, avec des millions de morts. Celles-ci impliquaient la tristement célèbre institution de torture « l’École des Amériques », ainsi que la distribution et l’enseignement de leur manuel de torture de 1 000 pages, et qui, au total, ont coupé une bande de tortures, de massacres, constituant ensemble l’une des périodes de répression les plus brutales et les plus terrifiantes de populations civiles que le monde ait jamais connues. La brutalité américaine en Amérique du Sud et en Amérique centrale à cette époque était si obscène qu’elle a finalement retourné l’estomac du monde entier. Les secrétaires d’État de Reagan étaient Alexander Haig et George Shultz , Haig étant également actif au Vietnam et en Corée.

    • Robert Mc Namara

C’est McNamara qui a planifié le bombardement incendiaire des villes japonaises par Curtis Lemay, admettant ouvertement qu’il s’agissait d’un crime de guerre odieux, puisque le bombardement incendiaire de ces villes signifierait le meurtre presque entièrement de civils – femmes, enfants et personnes âgées. Pourtant, en écrivant ses mémoires, il a non seulement rejeté ce fait, mais n’a manifesté aucun remords pour ses actions. C’est McNamara qui a conçu le projet 100 000 dans lequel il a recruté et envoyé près de 500 000 jeunes hommes gravement retardés (QI moyen d’environ 65) au Vietnam, mal formés et pitoyablement incapables de faire face aux complexités de la guerre dans la jungle. Peu sont revenus. Il était responsable de la production et de la distribution à grande échelle de la dioxine Agent Orange et de l’utilisation du napalm. C’est sous la supervision de McNamara qu’a été créé le projet Phoenix qui a torturé à mort plus de 45 000 000 civils vietnamiens. C’est sous McNamara que des plans ont été formulés pour la première fois et que des fonds ont été demandés au Congrès pour rechercher et développer l’arme biologique que nous connaissons maintenant sous le nom de VIH . La récompense de l’homme était d’être nommé président de la Banque mondiale.

    • Madeline Albright

La secrétaire d’État américaine Madeline Albright détient le record du tueur de bébés le plus prolifique de tous les temps. Avec le soutien de Bill Clinton, l’armée américaine a pris pour cible la destruction de toutes les installations d’eau potable de l’Irak et a empêché la livraison de fournitures de purification de remplacement. L’ONU a confirmé que cela a entraîné la mort de plus de 500 000 nourrissons à eux seuls. Dans une célèbre interview télévisée de l’émission populaire 60 Minutes, Albright a été interrogée par Leslie Stahl si cette « punition » de l’Irak valait le coût en vies infantiles, à laquelle elle a répondu que « Oui, ça en valait la peine ». C’est aussi Albright qui a organisé le bombardement de la Serbie, la plus longue campagne de bombardements continus de l’histoire, et la destruction de la Yougoslavie. Mais elle a énormément profité de ce dernier :elle et George Soros ont « repris » toute l’infrastructure de communication du Kosovo, d’une valeur d’environ 800 millions de dollars. Les guerres ne profitent qu’à quelques-uns.

 

Madeline Albright est un excellent exemple du mal sans précédent qui imprègne le gouvernement américain depuis des générations. La femme est le mal personnifié, une incarnation de Satan, une chienne génocidaire meurtrière. Pourtant, pour ses contributions à la « démocratie », Obama lui a décerné la plus haute distinction américaine – la Médaille présidentielle de la liberté . Pour être juste, ce n’était pas la décision d’Obama. Les juifs khazars voulaient que l’un des leurs soit honoré, et Obama a fait ce qu’on lui avait dit.

 

Ces personnes nommées ci-dessus, et bien d’autres, sont des monstres humains, des criminels à tous points de vue, des meurtriers de masse pathologiques à la hauteur des pires de l’histoire. Mais, comme dans toute l’histoire américaine (et juive), la vérité a été remplacée par la mythologie qui permet à toutes les personnes concernées de dormir confortablement en sachant qu’elles ont rendu le monde sûr pour la démocratie. Sur une telle fiction méprisable est construit tout l’édifice de l’Amérique (et de la communauté juive internationale).

 

Pensez à tous les événements et détails discutés ci-dessus, les innombrables morts, les souffrances atroces non seulement des Américains mais de millions de personnes dans tant de nations brutalisées. Comment classeriez-vous non seulement Eisenhower mais Kennedy, Johnson et Nixon après lui, qui devaient tous avoir approuvé toutes ces « expériences humaines », ainsi que des programmes comme Operation Paperclip, Operation Northwoods et Gladio, MK-ULTRA, Operation Phoenix , et bien plus? Comment classeriez-vous des personnes comme Madeline Albright, Henry Kissinger, Robert McNamara et Curtis LeMay ?

 

Les dirigeants des grands États-Unis d’Amérique, hommes et femmes, et les parasites de l’ État profond qui les contrôlent, ont été en grande partie des furoncles pustuleux à la face d’un monde magnifique. Sur quelle base pouvez-vous réfuter l’affirmation selon laquelle tant de ces hommes et femmes ont été des criminels aliénés ?

 

Lorsque vous organisez un embargo alimentaire contre une nation en proie à une pénurie alimentaire et que vous voyez des dizaines de millions de personnes mourir de faim, si ce n’est pas un pur mal, alors qu’en serait-il ? Lorsque vous instituez de puissantes sanctions économiques contre une petite nation sans défense, les asservissant dans une pauvreté perpétuelle, en représailles pour leur résistance à votre pillage et à votre pillage, si ce n’est pas mal, alors qu’est-ce qui le serait ? Lorsque vous renversez le gouvernement légitime d’une nation et installez un dictateur psychopathe brutal pour obtenir l’assujettissement et le viol d’une nation et de ses ressources, si ce n’est pas le mal, alors qu’est-ce qui le serait ? Lorsque vous vous livrez à la torture et à l’extermination massives de civils dans un pays innocent, si ce n’est pas de la folie criminelle, alors qu’en serait-il ?

 

Nous nous tournons maintenant vers les institutions et les entreprises américaines, une source principale des psychopathes nécessaires pour peupler la Maison Blanche et le Congrès, les départements d’État, de la Défense et du Commerce. Depuis l’époque de la British East India Corporation (juive) de Rothschild, les dirigeants des multinationales ont eu plus de sang sur les mains que la plupart des majors généraux.

 

La Maison Blanche, le Congrès et l’armée américaine n’ont pas été aussi fortement peuplés de sociopathes, de psychopathes et de tueurs assoiffés de sang par erreur. Les États-Unis ont intégré dans leur gouvernement la plus longue chaîne ininterrompue de tueurs sans remords de l’histoire, un grand nombre provenant de grandes entreprises où ils ont reçu leur formation pratique. Les dirigeants de l’Amérique ont pour la plupart été corrompus jusqu’à la moelle, des hommes pour qui la vie humaine n’a ni valeur ni sens et pour qui l’argent et le pouvoir sont tout. Ils ont été pour la plupart, comme quelqu’un l’a écrit, « des hommes étranges, sans âme, adorateurs de Satan ».

 

Il sera choquant pour de nombreux lecteurs de se rendre compte que la malignité sociopathique qui imprègne les couloirs du pouvoir du gouvernement américain est partagée par les dirigeants des multinationales américaines. Dans le monde de l’entreprise (et souvent de l’institutionnel), les tendances malignes augmentent en relation directe avec le rang et la responsabilité, avec des caractéristiques antisociales, psychopathes et sociopathiques de plus en plus prononcées aux niveaux supérieurs, la promotion devenant de plus en plus impossible sans ces tendances. Bien qu’il y ait des exceptions, les cadres supérieurs des grandes entreprises sont fondamentalement des criminels pathologiques, des sociopathes arrogants poussés par la cupidité.

 

Considérez Donald Rumsfeld et Dick Cheney , respectivement secrétaire à la Défense et vice-président de George Bush , deux des humains les plus sauvages et malins qui aient jamais maudit cette terre. Rumsfeld était à un moment donné le président de la société pharmaceutique Searle et Cheney le PDG de Halliburton Oil Well Services. Où pensez-vous que ces deux stars pustuleuses de la vie politique américaine ont acquis leur talent de tueurs pathologiques ? Comment imaginez-vous qu’ils ont été amenés à concevoir et à construire le plus grand réseau d’installations de torture de l’histoire du monde ? Supposez-vous qu’ils ont rejoint le gouvernement américain et ont été tellement corrompus par l’expérience qu’ils sont devenus criminellement fous ? Vous savez que cela ne s’est pas produit. Rumsfeld et Cheney étaient des psychopathes et des tueurs de masse bien avant de devenir les chevilles ouvrières de « la plus grande démocratie du monde », et étaient prisés par le gouvernement précisément à cause de ces « talents ». Ils n’ont pas obtenu de hautes places dans le gouvernement américain en dépit de leurs tendances criminelles, mais à cause de ces tendances. À partir de cet exemple parmi des centaines que je pourrais citer, vous pouvez commencer à apprécier la malignité sociopathique qui imprègne et est partagée par les couloirs du pouvoir du gouvernement américain et ceux des multinationales américaines.

 

J’ajouterais à cela une idée tirée d’une longue exposition au monde de l’entreprise, à savoir que les tendances sociopathiques augmentent en relation directe avec les étapes de l’échelle de l’entreprise. C’est-à-dire que plus un homme (ou une femme) s’élève dans le rang et la responsabilité de l’entreprise, plus ses caractéristiques antisociales, psychopathiques et sociopathiques sont prononcées. Cela est si vrai que la promotion aux niveaux supérieurs devient de plus en plus impossible sans ces tendances. Et cela signifie qu’en très grande partie les cadres supérieurs des grandes entreprises sont fondamentalement des criminels pathologiques. Cela peut sembler une déclaration choquante à de nombreux lecteurs, mais c’est une vérité défendable.

 

Cela peut vous surprendre d’apprendre que l’industrie pharmaceutique a le ventre le plus sale de tous les secteurs économiques reconnus dans le monde aujourd’hui, si totalement criblé de criminalité et de corruption qu’il ne peut probablement pas être réparé. À titre de mesure, au cours des dernières décennies, Big Pharma a créé un nombre de morts et de blessés dépassant celui de tous les fabricants d’armes du monde réunis. J’ai publié un article intitulé « A Litany of Pharma Crimes »[96] qui donne un aperçu général de ce secteur. J’ai de nombreux articles en attente de publication qui traitent tour à tour de chacune des grandes sociétés pharmaceutiques. La criminalité endémique et le mépris inadmissible de la vie humaine décrits dans cette série vous choqueront et vous retourneront l’estomac.

 

Merck et Vioxx

 

Le Vioxx de Merck a été promu comme un moyen de prévenir les crises cardiaques chez les plus de 65 ans, mais s’est plutôt avéré provoquer ces mêmes crises cardiaques, tuant une grande partie de la population dans le processus. Il a été prouvé que Merck avait des preuves solides des effets secondaires mortels de ce médicament, mais les a ignorés parce que le médicament était si rentable. Les preuves indirectes suggèrent que Merck a sciemment mis sur le marché un médicament qui provoquait des crises cardiaques au lieu de les prévenir, et était responsable du décès prématuré d’environ 500 000 personnes aux États-Unis, ainsi que dans d’autres pays où le Vioxx était commercialisé. Ron Unz a écrit un excellent article à ce sujet qui devrait être considéré comme une lecture obligatoire.[97]

 

Société AH Robins

 

La société a développé un DIU appelé Dalkon Shield qui s’est avéré non seulement dangereux mais mortel, provoquant d’innombrables fausses couches, hystérectomies et décès. Il a été rapidement retiré des États-Unis, mais avec la coopération enthousiaste de l’USAID et de Planned Parenthood, Robins a continué à déverser des millions de ces dispositifs contraceptifs mortels dans plus de 40 pays en développement.[6]. « Ravenholt (et l’USAID) n’ont eu aucun scrupule à acheter d’énormes quantités de médicaments contraceptifs et de dispositifs intra-utérins (DIU) non éprouvés, non approuvés, défectueux ou interdits et à les distribuer pour qu’ils soient utilisés par ses sous-traitants du mouvement de contrôle de la population à des millions de femmes du tiers monde sans méfiance, dont beaucoup ont souffert ou sont morts en conséquence.[98][99]

 

L’épidémie parfaitement chronométrée de Pfizer

 

De nombreux nouveaux médicaments s’accompagnent d’effets secondaires graves, avec des essais risqués et presque impossibles à mener en Occident, de sorte que les sociétés pharmaceutiques emmènent leurs essais dans des pays pauvres où les lois ne sont pas préparées et les gens ne comprennent pas les risques. Au moment précis où Pfizer était prêt à commencer les essais d’un nouveau médicament contre la méningite, le Nigeria a été soudainement et inexplicablement frappé par l’une des pires épidémies de méningite de l’histoire. Mais une controverse a éclaté au sujet de la relation entre le besoin d’essais de Pfizer et l’épidémie de méningite, parce que l’OMS s’était rendue au Nigéria juste avant avec l’un de ses programmes de vaccination, le moment et les lieux de l’épidémie de méningite correspondant apparemment parfaitement aux vaccinations de l’OMS, et répondant au besoin de Pfizer d’un grand nombre de sujets de test. En outre,L’autorisation de Pfizer du gouvernement pour son essai clinique avait été falsifiée après coup sur le papier à en-tête d’un département inexistant, et antidatée avant l’étude.[100][101]

 

Sang contaminé

 

Au début des années 1980, des milliers de Canadiens ont été infectés par le VIH et des dizaines de milliers par l’hépatite C , à partir de produits sanguins contaminés provenant de fournisseurs américains distribués par les laboratoires Connaught du Canada et la Croix-Rouge canadienne qui ont franchi la ligne de la négligence criminelle et de la folie. Des millions d’unités de sang contaminé ont été sciemment vendues dans le monde entier, mais les profits ont été énormes, les IgIV valent en poids bien plus que l’or. Parmi les participants à cette atrocité figuraient des sociétés pharmaceutiques et des courtiers en sang américains, Bill Clinton et le gouvernement canadien.[102][103][104]

 

L’USAID , créée pour « faire avancer les intérêts politiques et économiques des États-Unis », a été convertie en une machine à génocide massive avec un financement pratiquement illimité, son objectif immédiat étant de maintenir la suprématie américaine en stérilisant au moins 25 % des femmes dans les pays sous-développés. Soutenue par le Département d’État américain et l’armée, l’USAID s’est livrée à une coercition et à une extorsion généralisées pour atteindre ses objectifs. À titre d’exemple, les États-Unis ont refusé toute aide alimentaire à l’Inde pendant une famine à moins que le gouvernement n’accepte un programme national de stérilisations forcées, l’USAID organisant quelque 50 000 camps de stérilisation , où les autorités rassemblaient les femmes locales et les amenaient de force dans les camps pour stérilisation. .[105][106][107]Dans plusieurs pays, des dizaines de millions de femmes ont été forcées de subir des avortements plutôt que la stérilisation, mais ont ensuite également été rendues stériles. En Thaïlande , les femmes enceintes ont été contraintes de se faire vacciner contre le tétanos afin d’obtenir des cartes d’identité pour leurs enfants, les vaccinations entraînant le plus souvent des fausses couches, ce qui signifie qu’elles ont reçu des vaccins abortifs de l’OMS. Les décès et les blessures permanentes s’élevaient certainement à des millions, voire des dizaines de millions, mais aucun registre n’a été conservé.

 

Reimert Ravenholt de l’USAID était un monstre, un maniaque génocidaire véritablement psychopathe qui, avec le plein pouvoir du Département d’État américain, a assumé la tâche d’avorter tous les fœtus des femmes non blanches du monde et d’en stériliser autant que possible. Ravenholt n’était pas seulement responsable de bien plus de 100 millions d’avortements forcés, au moins ce nombre de stérilisations forcées, et d’au moins des millions de morts, mais personne ne s’est donné la peine de compter.

 

Le programme de stérilisation de l’OMS

 

Étant donné que l’OMS est largement contrôlée par les États-Unis et ses intérêts dans l’État profond et que Bill Gates est le plus grand contributeur de l’OMS, nous pouvons considérer cette organisation comme une filiale américaine. Peu de gens en Occident savent que l’OMS a frauduleusement stérilisé environ 150 millions de femmes dans des pays sous-développés, à leur insu ou sans leur consentement. L’OMS a concocté un vaccin contenant de l’hCg, l’hormone féminine nécessaire à l’implantation d’un embryon dans la paroi utérine, l’a associée à l’anatoxine tétanique comme vecteur et a vacciné toutes les femmes en âge de procréer, les rendant définitivement stériles.[108]

 

Institut Rockefeller pour la recherche médicale

Il est maintenant prouvé que «l’épidémie de grippe espagnole» de 1918 qui a tué plus de 50 millions de personnes n’était pas une épidémie naturelle, mais a été causée par un programme expérimental de vaccination contre la méningite de l’Institut Rockefeller qui a été lancé à Fort Riley par l’armée américaine et s’est propagé à le monde à partir de là. Il semble que la vérité soit enterrée depuis plus de 100 ans.[109]

 

En 2014 , General Motors a subi des poursuites massives liées à des interrupteurs d’allumage défectueux qui éteindraient le moteur de la voiture de leur propre chef tout en désactivant les coussins gonflables, les freins et la direction, souvent lors de déplacements à grande vitesse et tuant souvent les occupants. GM était au courant de ce défaut mais s’est assis sur les informations pendant près de 15 ans pour éviter un rappel coûteux de millions de voitures. GM est allé jusqu’à demander à ses ingénieurs de se rendre sur les sites de crash pour retirer subrepticement les puces informatiques des voitures.de sorte que les agences d’enquête n’ont pas pu identifier les accidents sur les interrupteurs d’allumage défectueux. Ce n’est guère inhabituel; Les constructeurs automobiles américains ont enterré pendant des décennies les défauts de qualité, entraînant des milliards de coûts de réparation pour les clients et d’innombrables dizaines de milliers de morts et de blessés. Quelques années plus tôt, GM commercialisait une voiture appelée Corvair avec des défauts de suspension arrière qui feraient rentrer les roues arrière dans un virage, provoquant le renversement de la voiture et tuant généralement ses occupants, mais GM refusait obstinément de modifier les défauts. C’était similaire avec une voiture nommée Ford Pinto , dont le réservoir d’essence se rompait et s’enflammait, incinérant souvent les occupants mais, comme chez GM,une «analyse coûts-avantages» a déterminé que les poursuites intentées par des proches de clients décédés seraient moins chères qu’un rappel.[110][111]

 

Selon la légende, les embouteilleurs de Coca-Cola organisaient régulièrement le meurtre de dirigeants syndicaux en Amérique du Sud et en Amérique centrale pour empêcher la formation de syndicats. Les dirigeants de Coca-Cola ont nié toute responsabilité dans tous les cas, affirmant que les embouteilleurs étaient des agents indépendants. Au Mexique, les médias ont rapporté que tous les employés de Coca-Cola avaient été contraints de démissionner, certains sous la menace d’une arme, après l’accréditation d’un syndicat.[112] http://www.killercoke.org/downloads/spilling-blood-…03.pdf[113]

 

Nestlé est l’une des quatre entreprises les plus boycottées au monde. Selon une estimation, plus de 50 millions de nourrissons sont morts depuis la Seconde Guerre mondiale à cause de la consommation de lait artificiel pour bébé dans les pays sous-développés où les biberons et l’eau ne peuvent pas être facilement stérilisés. La société juive Nestlé n’est pas la seule coupable, mais elle contrôle plus de la moitié du marché.[114]

 

Les universités américaines sont tout aussi coupables que leur gouvernement et leurs entreprises d’avoir commis des atrocités inhumaines. Voici des références à deux articles qui détaillent le vol outrageusement illégal d’ADN chinois par l’Université Harvard et une expérience humaine atroce réalisée sur des enfants chinois par l’Université Tufts . Tous deux étaient criminels, à la limite de la folie, et tous deux enfermés dans un brouillard d’illégalité, de dissimulations, de mensonges, de maladies et de morts.[115][116]

 

Il existe une litanie d’ expérimentations humaines répréhensibles aux États-Unis, généralement réalisées par une institution américaine respectée pour l’armée américaine. En règle générale, le gouvernement américain et les universités et hôpitaux américains ont eu accès aux enfants des orphelinats, des établissements psychiatriques, des foyers d’accueil et des hôpitaux, en tant que sujets expérimentaux gratuits. De nombreuses universités et hôpitaux américains de premier plan ont soigneusement supprimé toute trace d’expériences humaines de leur histoire, notamment le MIT, Harvard, l’Université de Rochester, l’Université de New York, l’Université de Washington, l’Université de Chicago, l’Université Vanderbilt, l’Université de Cincinnati, l’Université de Columbia et Suite.

 

À Harvard et à l’ université de Cincinnati , des médecins ont torturé et tué de nombreuses personnes sans défense en prétendant étudier « l’effet de la température glaciale sur les troubles mentaux ». « Ils ont déshabillé les patients arriérés mentaux et les ont placés entre les couches d’une couverture caoutchoutée à travers laquelle un fluide réfrigéré circulait, amenant la température corporelle bien en dessous de zéro. Ces individus impuissants ne pouvaient rien faire de plus que de rester allongés là pendant des jours, froids, affamés, couverts d’urine et d’excréments, tout en se regardant lentement mourir de froid.[117][118][119]

 

Pour aider l’ armée américaine à incinérer les « rebelles » au Vietnam, l’Université de Harvard a recommandé d’infuser le napalm avec du phosphore blanc, qui ne peut pas être éteint une fois allumé, et brûlera un homme à mort à travers ses os, même sous l’eau. Harvard et l’ Université de Chicago ont injecté du diéthylstilbestrol à des milliers de femmes enceintes, entraînant presque universellement des fausses couches et des mort-nés, les mères n’apprenant jamais pourquoi elles ont perdu leur bébé. Dans une expérience pour l’US Navy, le biochimiste de Harvard Edward Cohn a injecté du sang de vache à des prisonniers, avec des résultats qualifiés de « catastrophiques ». Professeur Richard Strong de Harvardinfectés intentionnellement des Philippins par le choléra et la peste, les sujets mourant bien sûr tous.

 

Ce sont des professeurs de Harvard qui ont affirmé que les individus se livrant à la désobéissance civile possédaient des cellules cérébrales défectueuses, recevant des financements pour près de 600 « projets de recherche » impliquant des lobotomies frontales. Les victimes ont été arrêtées par le FBI sur de fausses accusations, puis lobotomisées. Bien sûr, le processus a transformé les victimes en légumes, et est ainsi devenu un traitement de conditionnement préféré du FBI pour les dissidents politiques.

 

Le Dr John C. Cutler était l’un des très nombreux monstres inhumains qui ont mené certaines des expériences humaines les plus effroyablement trompeuses et méprisables, dans un cas infectant des milliers de Guatémaltèques avec la syphilis dans une expérience militaire américaine. La plupart sont morts.

 

Le Dr Lauretta Bender, la « pédopsychiatre de l’enfer » , était neuropsychiatre à Bellevue, où elle a « été la pionnière » de l’utilisation inhumaine de la thérapie par électrochocs excessive et violente sur des milliers d’enfants, leur injectant également du LSD et du Metrazol. Peu ont survécu.

 

Le Dr Albert M. Kligman de l’ Université de Pennsylvanie a mené des expériences pour l’armée américaine, Monsanto et Dow Chemical, afin de déterminer les effets des dioxines sur les humains. Peu ont survécu et tous les dossiers de l’identité des prisonniers ont été détruits. L’ armée américaine et la CIA ont payé 400 000 dollars à Kligman pour tester de nouveaux médicaments sur des détenus. L’Université de Pennsylvanie a fourni les scientifiques, la prison a fourni les victimes et la CIA a fourni l’argent.

 

Pendant près de 20 ans, le Dr Saul Krugman de l’Université de New York a mené des études à grande échelle à la Willowbrook State School pour enfants retardés, financée par l’armée américaine, où il a infecté tous les enfants atteints d’hépatite, généralement en obtenant des excréments de patients atteints d’hépatite, mélanger les matières fécales dans des laits frappés et les donner aux enfants.

 

Le Dr Eugene Saenger était un radiologue de l’Université de Cincinnati engagé par l’armée américaine pour recueillir des informations sur les effets sur l’homme de l’exposition aux radiations nucléaires. Il a falsifié des formulaires de consentement et exposé des patients à l’équivalent d’environ 20 000 radiographies pulmonaires en l’espace d’une heure . Après les vomissements, les saignements et les convulsions, tous les patients sont décédés. Beaucoup étaient de petits enfants. La Radiological Society of North America a décerné à Saenger une médaille d’or pour ses «réalisations professionnelles» en aidant à réduire le surplus de pauvres du pays.

 

Le Dr Chester Southam était un immunologiste au Sloan-Kettering Hospital qui a organisé un projet de recherche au Jewish Chronic Disease Hospital de New York pour évaluer les réponses immunitaires humaines aux cancers. Sa méthode consistait à injecter et à transplanter des cellules cancéreuses vivantes à des milliers de victimes sans méfiance pendant plus d’une décennie, dans le cadre de recherches financées par le National Institute of Health et l’armée américaine.

 

Des sources faisant autorité documentent que pendant une période de peut-être 20 ans, plus de 4 000 expériences de rayonnement similaires ont été menées sur plusieurs dizaines de milliers d’Américains par des médecins financés par l’armée américaine. Le dossier est si fragmenté et la pratique si répandue, les documents si souvent détruits et les suivis si rarement effectués qu’il est impossible de connaître le bilan des handicaps, des vies et des familles ruinées et des décès.

 

La société RAND

 

De nombreuses fondations, soi-disant ONG et de nombreuses autres organisations institutionnelles sont tout aussi criminelles que quiconque ou quoi que ce soit décrit ci-dessus. L’un d’entre eux est la RAND Corporation.

 

«Avant que Robert McNamara ne quitte son poste de secrétaire américain à la Défense, il a créé un groupe pour écrire ce qu’il a appelé une« histoire encyclopédique de la guerre du Vietnam », qui comprenait finalement environ 7 000 pages en 47 volumes et était classée Top Secret . Des copies de ce matériel ont été fournies à la société RAND où un analyste nommé Daniel Ellsberg les a trouvées. Ellsberg a copié l’intégralité des fichiers qui contenaient une quantité étonnante d’informations sur les programmes illégaux de la CIA, les massacres, les morts, les dissimulations et plus encore, et a tenté d’exposer la criminalité à divers hauts responsables gouvernementaux, dont Henry Kissinger, dont aucun n’était apparemment intéressé. . Ellsberg a ensuite diffusé le matériel aux médias, qui est devenu connu sous le nom de scandale appelé « The Pentagon Papers ».Ils ont révélé pour la première fois les bombardements américains illégaux du Laos et du Cambodge et le fait que quatre présidents américains successifs avaient énormément menti au public sur les activités militaires américaines en Asie du Sud-Est. Ellsberg écrivait à l’époque : « Je sentais qu’en tant que citoyen américain, en tant que citoyen responsable, je ne pouvais plus coopérer pour cacher cette information au public américain ».

 

Mais il y avait plus. L’un des associés d’Ellsberg à la RAND Corporation nommé Anthony Russo avait écrit un article sur le Phoenix et d’autres programmes qui, selon Ellsberg, étaient « le premier à documenter la complicité américaine dans l’utilisation routinière de la torture ». « Russo avait apparemment écrit trois de ces articles sur le sujet, un projet pour lequel il a finalement été renvoyé. La société RAND refuse de divulguer des copies de ces documents, la raison étant, selon de nombreux experts militaires, que les analystes de la RAND ont effectué toutes les recherches qui ont conduit à la création des pratiques de torture de la CIA et à l’existence du programme Phoenix lui-même. Autrement dit, Russo avait indépendamment catalogué non seulement l’existence des programmes massifs de torture et de répression civile de la CIA, mais aussi, sans le vouloir, catalogué la responsabilité de la RAND Corporation dans la création de ces programmes.

 

« RAND est un acronyme pour Recherche et Développement », créé à l’origine immédiatement après la Seconde Guerre mondiale en tant que bras de recherche privé de l’US Air Force, sous le contrôle de Curtis LeMay qui était responsable du bombardement génocidaire du Japon et du génocide en Corée du Nord. Le personnel de la RAND s’est concentré sur des domaines tels que le développement de nouvelles armes, y compris la guerre biologique et chimique, et a mené ce qu’on appelait une «réflexion stratégique avancée» sur la façon de faire la guerre. Une grave préoccupation est que RAND a récemment publié (en interne) un rapport complet sur un projet de guerre des États-Unis avec la Chine, discutant de la stratégie et des tactiques et des pertes probables, concluant apparemment que les États-Unis souffriraient beaucoup moins du conflit que la Chine. C’est ce que fait RAND.

 

« Les « analystes » de RAND Corporation étaient présents et actifs au Vietnam pendant la période du programme Phoenix et étaient si actifs que les rapports indiquent que « la villa de Saigon de RAND est devenue « l’arrêt de prestige » requis pour quiconque s’intéresse à la guerre », et que le RAND Corporation a en fait servi de « centre de commande » pour le projet Phoenix. C’est cette implication profonde que Russo a voulu exposer au public, le fait que ce soi-disant « groupe de réflexion » avait discrètement non seulement affecté mais créé cette politique politique inhumaine totalement inconnue du public.

 

« Ce ne sont pas seulement les programmes de torture qui ont émergé de la RAND ; d’autres ont affirmé que RAND était responsable d’une vaste gamme de pratiques inhumaines liées au Vietnam, comme la recommandation d’utiliser des éclats d’obus en plastique de couleur rouge qui seraient invisibles aux rayons X et rendraient difficile ou impossible son retrait des soldats blessés. Une autre était la recommandation selon laquelle les soldats américains ne devraient pas tirer pour tuer, mais devraient tirer sur les Vietnamiens dans l’abdomen ou les intestins afin de mettre à rude épreuve les ressources médicales de l’ennemi. Aucun être humain ne travaille à la RAND Corporation.

 

En repensant aux événements et aux actions décrits pour les universités, les institutions, les ONG et les entreprises américaines, et en reconnaissant que je n’ai présenté qu’une petite partie des preuves disponibles , sur quelle base réfuteriez-vous l’affirmation selon laquelle ces personnes sont toutes criminellement folles ?

 

Le peuple américain

 

En Amérique, la violence est une valeur universelle, comme la démocratie et la nourriture pour animaux de compagnie . C’était comme ça il y a plusieurs centaines d’années, et peu de choses ont changé :

 

La vérité de « The First Thanksgiving », si nous pouvons identifier un tel événement comme représentatif, est plutôt moins harmonieuse que le récit mythique des manuels scolaires.[120]Voici une célébration typique rapportée par un témoin oculaire, lorsqu’un groupe de colons blancs a piégé environ 700 indigènes, principalement des femmes et des enfants, à la rivière Mystic près de Boston. Le gouverneur de la région, un certain M. William Bradford, a écrit dans son journal la description graphique suivante : « Les voir frire dans le feu, et les flots de leur sang s’éteindre de même, et la puanteur était horrible ; mais la victoire semblait un doux sacrifice et ils en ont rendu louange à Dieu ». Il y avait beaucoup d’autres événements similaires, non pas pour remercier Dieu pour la récolte mais pour célébrer des victoires meurtrières sur les indigènes. Au cours de certaines de ces fêtes multiethniques de Thanksgiving à New York, les habitants ont coupé la tête des indigènes et se sont amusés à leur donner des coups de pied dans les rues de Manhattan comme des ballons de football.

 

Un gouverneur américain, Joseph Dudley , déclara en 1704 une « action de grâce générale pour la bonté infinie de Dieu d’étendre ses faveurs en battant les expéditions des [indigènes] contre nous, et le bon succès qui nous a été donné contre eux, en livrant tant d’entre eux entre nos mains. ”. Un autre chrétien, reconnaissant pour l’invention de la variole, a écrit : « Il a plu à Dieu de visiter ces Indiens avec une grande maladie, et une telle mortalité que sur 1000 et demi d’entre eux sont morts, et beaucoup d’entre eux ont pourri au-dessus du sol par manque. de sépulture. »

 

Pendant des années, certains des emplois les mieux rémunérés en Amérique consistaient à tuer des Indiens, et les Boy Scouts of America ont été conçus pour préparer les petits garçons à cette carrière. John Kozy a écrit : « Les États-Unis d’Amérique ont été conçus et nourris par la violence. Les Européens qui ont colonisé l’Amérique n’étaient ni tolérants ni éclairés ; ils étaient la lie de la société, et ils se méprisaient même.[121] L’Amérique en tant que nation est née d’une violence qui existe sans interruption depuis 500 ans. Les armes à feu et les meurtres dans la société, les centaines de guerres lancées contre des nations et des peuples innocents, l’histoire séculaire de la torture, la violence quotidienne constante à la télévision, dans les jeux d’enfants, dans les rues et les écoles, ne sont que des symptômes de une nature violente pathologique profondément enracinée de l’Amérique. Karl Weiss a observé que l’Amérique d’aujourd’hui est « une société de force tellement traversée par la violence que toute autre valeur n’a que peu ou pas de sens ».

 

Les États-Unis sont la société civile la plus lourdement armée au monde , avec seulement 4 % de la population mondiale possédant plus d’armes à feu que tous les autres citoyens du reste du monde. Les civils américains possèdent plus d’armes à feu (environ 400 millions) que toutes les forces de police et militaires (environ 225 millions) dans le monde. L’American Military News déclare que « les civils américains possèdent 400 millions d’armes contre 4,5 millions pour les militaires ».[122][123][124]

 

Les États-Unis ont des centaines de massacres dans les écoles , au moins un par semaine. En une période de 6 mois à partir de 2012, il y en avait 40 dans les universités et 40 dans les jardins d’enfants et les écoles élémentaires. Les écoles américaines ont des officiers armés et les enfants de la maternelle portent des sacs à dos pare-balles. De nombreuses nations et provinces ont leur fleur ou leur animal national, mais les États américains ont un « pistolet d’État ». En Chine, les parents recherchent de nouvelles maisons à proximité de bonnes écoles mais les Américains utilisent le nombre de meurtres par quartier comme principale référence lors de l’achat d’une nouvelle maison.

 

Passons à quelques exemples d’affaires étrangères et voyons comment ils se rapportent au peuple des États-Unis.

 

Nous pouvons nous rappeler que l’armée américaine a détruit l’approvisionnement en eau potable en Irak , entraînant la mort de plus de 500 000 nourrissons , la secrétaire d’État américaine Madeleine Albright déclarant que ces décès « valaient la peine » de donner une leçon à Saddam. Étant donné que cette information était dans tous les médias d’information, y compris la télévision, comment le peuple américain a-t-il réagi au fait du génocide d’Albright et à son appréciation désinvolte de son propre travail ? Ils ne l’ont pas fait. Je n’ai pu trouver nulle part trace d’objection de la part du peuple américain à cette inhumaine indescriptible.

 

L’armée américaine a tiré sur l’Irak des millions d’obus d’artillerie contenant de l’uranium appauvri qui se vaporise et imprègne tout, y compris les humains, l’Irak connaissant plusieurs centaines de milliers de naissances affreusement déformées ; des bébés sans tête à trois têtes, des bébés nés avec leurs organes internes ou leur cerveau entièrement à l’extérieur de leurs cavités corporelles ou de leur crâne, des bébés avec un nombre quelconque de membres émanant de n’importe quelle partie de leur corps, et un grand nombre classés par les médecins de l’ONU comme « morceaux de chair non identifiables ». Ce n’était pas un secret. Comment les Américains en tant que peuple ont-ils réagi à cette révélation ? Ils ne l’ont pas fait. Pas un murmure que je ne pourrais trouver nulle part.

 

Un hôpital en Irak cataloguait toutes les naissances déformées, préservait les fœtus, conservait des archives et des photographies précises, des preuves que le gouvernement américain ne voulait pas voir exposées. La solution de l’ armée américaine a été de lancer une frappe aérienne, bombardant tout l’hôpital en décombres , non seulement détruisant tous les dossiers et preuves, mais tuant toutes les victimes ainsi que le personnel médical qui le cataloguait. Ce n’était pas un secret. Comment les Américains en tant que peuple ont-ils réagi à ce crime innommable ? Ils ne l’ont pas fait. Aucune plainte de la part des gens.

 

Toujours avec l’Irak , le gouvernement américain était mécontent des nouvelles étrangères émanant du pays lors de l’invasion, apportant des preuves contraires au cône de silence officiel souhaité. En réponse, l’armée américaine a lancé un char dans le centre-ville de Bagdad, à côté de l’hôtel où campaient des journalistes étrangers, et a fait sauter presque tout l’étage de l’hôtel, tuant tous les journalistes présents. Ce n’était pas un secret. Le peuple américain et ses médias ont été complètement silencieux face à ce meurtre délibéré de nombreux journalistes, sans parler de la suppression de la liberté de la presse.

 

Pendant de nombreuses décennies, l’armée américaine n’a employé que peu ou pas de tireurs d’élite. Les aventures militaires ont été menées avec une force brute, et les tireurs d’élite ont été universellement décrits dans les livres et les films comme la forme la plus basse de lâches qui ont évité « un combat loyal » en se cachant dans les arbres et les buissons tout en tuant des gens qui ne savaient même pas qu’ils étaient là. Cela a changé. Maintenant que les États-Unis en ont, les tireurs d’élite sont le plus haut niveau de héros ; témoin Chris Kyle , tireur d’élite extraordinaire qui a tué plus de 100 personnes. Kyle était bon dans son travail et adorait ça : « J’adorais tuer. J’aurais seulement aimé pouvoir en faire plus . Comment les Américains en tant que peuple ont-ils réagi à cette nouvelle événementielle ? Ils l’ont célébré avec des films et des livres, et ils ont érigé des statues de bronzeà la mémoire de l’homme. Le film a été réalisé par Clint Eastwood – « Dirty Harry » à plus d’un titre. Amazon a inclus le film dans  » Best Sellers – TV Shows Kids & Family – Legend of the American Sniper « . Les mémoires meurtrières de Kyle ont été le livre le plus vendu du New York Times pendant près d’un an , et le film a été nominé pour six Oscars , dont celui du meilleur film. San Antonio, au Texas, a érigé une statue de 9 pieds comme « un hommage approprié à un héros américain ».

 

Quant à l’ingérence dans les gouvernements d’autres nations , les médias américains n’ont exprimé aucune objection et à part quelques âmes courageuses écrivant des livres qu’Amazon supprime ou refuse de vendre, il n’y a rien du peuple américain. Ils semblent heureux qu’on leur apprenne à haïr les Chinois, les Russes et les Iraniens, et n’expriment aucune objection à la tentative actuelle de destruction du Venezuela par leur gouvernement, à la répression de Cuba depuis des décennies, ni à l’horrible misère et au nombre de morts que leur gouvernement a infligés aux nations. d’Amérique du Sud et centrale, d’Asie et d’Afrique. Depuis le Vietnam , le peuple américain approuve de plus en plus les mésaventures criminelles de leur nation à l’étranger, cette approbation s’est transformée en louange active.

 

Le peuple américain semble fier que son pays ait renversé plus de 50 gouvernements légitimes et les ait remplacés par des dictatures brutales. Il en va de même pour le bilan américain des assassinats de dirigeants mondiaux. Pas un coup d’oeil d’Américains n’importe où. Aujourd’hui, ces assassinats sont si populaires (Khadaffi, Ben Laden, Soleimani) que le peuple fait la fête dans les rues à l’annonce que leur président a tué quelqu’un dans un autre pays qu’il n’aimait pas.

 

Il en fut de même des révélations sur l’immense régime de torture instauré par Bush, Rumsfeld et Cheney. À quelques exceptions près que j’ai pu trouver sur des sites Web comme celui-ci, pas un murmure de la part des gens. De plus, la torture est devenue ancrée dans la nouvelle définition de la démocratie pour de nombreux Américains, Hollywood la célébrant avec une série télévisée populaire où le héros américain torture les gens au nom du Bien. Je crois que Ron Unz a écrit un article à ce sujet. Le Congrès était, en tout cas, pire que le peuple américain.Le président Obama a d’abord menacé de rendre public l’intégralité de l’enregistrement photo et vidéo des atrocités. Ayant été convaincu du contraire, des colis de toute l’affaire ont été préparés pour chaque membre du Congrès et stockés dans un endroit sûr pour un ramassage individuel. Peu de temps après, la CIA a commencé à avoir des doutes et a obtenu une ordonnance pour la reprise de possession de ces paquets de torture. Mais ils n’avaient pas besoin de s’inquiéter; les colis étaient toujours dans leur emplacement sécurisé d’origine. Les membres du Congrès ne se souciaient même pas assez de les ramasser.

 

Le peuple américain, en tant que peuple, ne soulève aucune objection que j’aie jamais vue, au fait largement connu et incontesté que leur gouvernement, leur armée et la CIA se sont ingérés dans pratiquement toutes les élections dans tous les pays étrangers au cours des 75 dernières années . Au total, sur les quelque 200 principaux pays du monde aujourd’hui, seuls trois n’ont pas été soit directement envahis, soumis à des pressions militaires, diplomatiques et/ou financières brutales, submergés par la propagande américaine dans leurs médias, rencontrés d’énormes ingérences dans leur élections nationales, et/ou subi une ingérence massive de la part du gouvernement américain. Les résultats incluent la pauvreté, la misère, l’analphabétisme et des dizaines de millions de morts.Alors que le peuple américain peut ignorer les spécificités et les détails de chaque cas, presque aucun Américain n’ignore les circonstances de tous ces cas. Et quelle est la réponse du peuple américain, en tant que peuple, à cette litanie de 100 ans d’intimidation et d’abus incessants de toutes les nations, y compris les soi-disant « alliés » ? Seul silence. Rien n’indique que les Américains se soucient des dommages que leur nation inflige au monde au quotidien.

 

Fidel Castro figure dans le livre Guinness des records du monde comme la personne ayant survécu au plus grand nombre de tentatives d’assassinat. En 2006, la BBC a produit un documentaire intitulé « 638 Ways to Kill Castro ». Les médias américains l’ont rejeté comme une description des «diverses façons dont les gens et les gouvernements ont tenté d’assassiner Fidel Castro au fil des ans». Mais il ne s’agissait pas de divers « peuples et gouvernements » ; c’était entièrement le gouvernement américain derrière ces complots. Les médias ont en outre rejeté cela en qualifiant de nombreuses tentatives d’assassinat de Castro de « humoristiques », et les Américains moyens semblent partager ce sentiment . Depuis soixante ans, aucun Américain n’a ignoré quoi que ce soit de tout cela, et depuis soixante ans, aucun Américain ne s’y est opposé.

 

Cuba n’est bien sûr qu’une des nombreuses nations que le gouvernement américain a détruites ou maintenues dans une pauvreté abjecte. Il y en a au moins 100, et ça compte toujours . La majeure partie de l’Amérique latine est dans cette position, le Venezuela étant aujourd’hui plongé dans la pauvreté et la famine à cause d’un refus d’autoriser le pillage américain massif du pays, tout comme l’Iran, la Syrie et bien d’autres. Trump avait, pendant quatre ans, fait de son mieux pour ruiner l’économie et les grandes entreprises chinoises , et Biden a poursuivi le processus. Aucun américain ne l’ignore. Les Américains en tant que peuple s’opposent-ils à cette intimidation dévastatrice ? Pas que je sache. Au contraire, ils en semblent fiers.

 

Comme je l’ai écrit dans mes déclarations liminaires :

 

« Tout comme les feuilles ne peuvent pas changer de couleur et les racines ne peuvent pas se flétrir sans la connaissance silencieuse de tout l’arbre, aucun gouvernement ne peut commettre des siècles de guerres et d’atrocités incessantes contre d’autres peuples et nations sans la connaissance et l’approbation de la grande majorité de sa population. Il ne peut pas non plus le faire sans la coopération de ses entreprises, de son infrastructure civile et de ses établissements d’enseignement.

 

Les Américains en tant que peuple, depuis leur gouvernement jusqu’à eux, sont-ils criminellement fous ? Je ne vois pas comment on pourrait éviter de répondre par l’affirmative.

 

Épilogue

 

Aujourd’hui, les grands États-Unis d’Amérique font clairement tout ce qui est en leur pouvoir pour provoquer la Troisième Guerre mondiale, à commencer par la Chine ou la Russie. Bien sûr, seuls les Juifs Khazars de la City de Londres veulent cette guerre, et ils se battront jusqu’au dernier Américain avant qu’elle ne se termine. Et les Américains, qui supporteront l’intégralité du coût – jusqu’à la faillite – et qui subiront toutes les pertes, sans recevoir aucun avantage d’aucune sorte, sont assez stupides pour être prêts à se sacrifier eux-mêmes et un monde de paix pour le plaisir d’agir encore une fois en tant que The Banker’s Private Army.

 

Du milieu à la fin des années 1930, les Britanniques ne réalisaient pas à quel point leur nation et leur empire étaient jetables pour les Juifs khazars, poussés dans deux guerres mondiales dont personne ne voulait, perdant 40% de tout leur empire au premier tour et le reste en la deuxième. Les Juifs n’étaient pas concernés parce qu’ils avaient déjà transféré leur drapeau aux États-Unis et disposaient donc d’une « armée privée de banquier » encore plus grande et plus puissante pour mener à bien leurs atrocités planifiées sur le monde. Et aujourd’hui, les Américains sont si stupides et aveugles qu’ils ne peuvent apparemment pas voir leur propre disponibilité, ne pouvant pas voir que les Juifs khazars ont déjà transféré leur drapeau à l’OTAN en tant qu’armée privée juive permanente et que, comme Netanyahu l’a dit si succinctement  » Une fois que nous avons obtenu tout ce que nous voulons des États-Unis, cela peut se tarir et s’envoler.”

 

Et ce sera le cas. Et le monde entier en paiera le prix parce que les Américains, cupides, aveugles et criminels fous qu’ils sont, ont cédé le contrôle de leur nation entière, de leur gouvernement, de leur armée et de leur économie à un petit groupe de parasites qui contrôlent les médias et qui acheté tous les politiciens. C’était si simple.

 

J’ajouterais une mise en garde à tout cela. Pour tous les Américains depuis tant de générations, la «guerre» a toujours été quelque chose qui s’est passé ailleurs. Ce sont toujours d’autres pays physiquement dévastés, avant-postes de la misère, de la mort et des villes bombardées. Ce sont toujours des parents d’autres pays qui ont erré dans les rues après une attaque américaine, ramassant les parties du corps de leurs enfants. Et tous les Américains qui pensent une fois de plus qu’il serait amusant de déclarer la guerre à la Chine et/ou à la Russie, et de montrer à quel point ils sont coriaces, vivent peut-être cette fois-ci dans un pays imaginaire. Si vous êtes américain et que vous croyez que les Chinois ou les Russes vous laisseront venir dans leur pays avec des bombes et des missiles, en regardant tout dans leur pays être détruit et sans riposter contre les États-Unis, vous êtes vraiment délirant.

 

Il y aura certainement une troisième guerre mondiale. Je ne crois pas que quoi que ce soit puisse l’empêcher. Les Juifs le veulent et ont le pouvoir de le provoquer. Mais cette guerre ne se limitera pas aux autres nations. Elle deviendra nécessairement nucléaire et, si vous êtes américain, vous aurez la possibilité de déterminer par vous-même ce qui constitue des « pertes acceptables ». DC sera presque certainement l’une des premières cibles, et les parents de Washington ressentiront enfin le frisson de marcher dans les rues et de récupérer les parties du corps de leurs propres enfants morts. Je soupçonne fortement que les parents de Tel-Aviv pourraient avoir le même frisson. Et, avec un peu de chance, la City de Londres cessera d’exister.

 

*

Les écrits de M. Romanoff ont été traduits en 32 langues et ses articles publiés sur plus de 150 sites Web d’actualités et politiques en langues étrangères dans plus de 30 pays, ainsi que sur plus de 100 plateformes en anglais. Larry Romanoff est un consultant en gestion à la retraite et un homme d’affaires. Il a occupé des postes de direction dans des cabinets de conseil internationaux et a été propriétaire d’une entreprise internationale d’import-export. Il a été professeur invité à l’Université Fudan de Shanghai, présentant des études de cas en affaires internationales aux classes supérieures de l’EMBA. M. Romanoff vit à Shanghai et écrit actuellement une série de dix livres généralement liés à la Chine et à l’Occident. Il est l’un des auteurs contributeurs de la nouvelle anthologie de Cynthia McKinney « When China Sneezes ». ( Chapitre 2 — Faire face aux démons ).

Ses archives complètes sont visibles sur

https://www.bluemoonofshanghai.com/ + https://www.moonofshanghai.com/

Il peut être contacté au :

2186604556@qq.com

*

Remarques

[1] Les politiciens partagent des traits de personnalité avec les tueurs en série : étude

https://www.latimes.com/archives/blogs/top-of-the-ticket/story/2009-06-15/opinion-em-oh-oh-em-politicians-share-personality-traits-with- étude sur les tueurs en série

[2] L’entreprise criminelle psychopathe appelée Amérique

https://www.bluemoonofshanghai.com/politics/1670/

[3] Une histoire trop grande pour le New York Times

https://www.unz.com/runz/a-story-too-big-for-the-new-york-times/

[4] Propagation de la démocratie à l’américaine

https://www.bluemoonofshanghai.com/politics/spreading-democracy-the-american-way-november-29-2020/

[5] Les plus grands succès de la CIA – Assassinats du gouvernement américain

https://www.bluemoonofshanghai.com/politics/the-cias-greatest-hits-us-government-assassinations-npvember-01-2020/

[6] https://en.wikipedia.org/wiki/Operation_Northwoods

[7] https://en.wikipedia.org/wiki/Operation_Gladio

[8] Interventions américaines au Canada

https://www.bluemoonofshanghai.com/politics/us-interventions-in-canada-a-brief-history-october-20-2019/

[9] L’école des Amériques

https://www.bluemoonofshanghai.com/politics/the-school-of-the-americas-november-09-2019/

[10] SRAS

https://www.bluemoonofshanghai.com/politics/860/

[11] MER

https://www.bluemoonofshanghai.com/politics/mers-november-18-2020/

[12] ÉBOLA

https://www.bluemoonofshanghai.com/politics/1087/

[13] Armes biologiques : un aperçu factuel utile et opportun

https://www.bluemoonofshanghai.com/politics/664/

[14] Le déploiement géopolitique des armes biologiques

https://www.bluemoonofshanghai.com/politics/the-geopolitical-deployment-of-biological-weapons-part-ii-february-10-2020/

[15] Graines génétiquement modifiées : conçues comme une arme

https://www.bluemoonofshanghai.com/politics/genetically-modified-seeds-conceived-as-a-weapon-part-iii-february-11-2020/

[16] Une histoire de guerre américaine — Dresde, Allemagne

https://www.bluemoonofshanghai.com/politics/a-us-war-story-dresden-germany/

[17] Japon – Mettre fin à une guerre et sauver des vies ?

https://www.bluemoonofshanghai.com/politics/460/

[18] L’humanité à la croisée des chemins – Relier les points à notre meilleur des mondes

https://www.bluemoonofshanghai.com/politics/humanity-at-the-crossroads/

[19] Blocus de l’information – Comment et pourquoi ?

https://www.unz.com/lromanoff/information-blockades-how-and-why/

[20] Le plus grand vol de propriété intellectuelle de l’histoire : l’opération Paperclip

https://www.bluemoonofshanghai.com/politics/the-greatest-intellectual-property-theft-in-history-operation-paperclip-november-16-2019/

[21] La famine chinoise de 1959

https://www.bluemoonofshanghai.com/politics/3234/

[22] Loi américaine sur l’achat d’argent de 1934

https://www.bluemoonofshanghai.com/politics/3124/

Recherche détaillée MK-ULTRA

[23] https://www.bluemoonofshanghai.com/politics/5790/

MK-ULTRA

[24] https://www.history.com/mkultra-operation-midnight-climax-cia-lsd-experiments

[25] Camps de prisonniers de guerre allemands aux États-Unis

https://www.bluemoonofshanghai.com/politics/1790/

[26] Le gouvernement américain et l’armée déclarent la guerre à l’Amérique

https://www.bluemoonofshanghai.com/politics/7849/

[27] http://www.doctoryourself.com/news/v4n15.html

[28] http://www.democracynow.org/2005/7/13/how_the_u_s_government_exposed

[29] https://www.livescience.com/12991-10-outrageous-military-experiments.html

[30] https://en.wikipedia.org/wiki/Edgewood_Arsenal_human_experiments

[31] http://articles.baltimoresun.com/1995-03-19/news/1995078058_1_tuskegee-institute-tuskegee-experiment-medical-experimentation

[32] http://www.nakim.org/American_Nuclear_Guinea_Pigs_Three_Decades_of_Radiation_Experiments_on_U.S_Citizens86.pdf

[33] http://www.healthnewsnet.com/humanexperiments.html

[34] http://www.salon.com/2014/09/04/10_of_the_most_evil_medical_experiments_in_history_partner/

[35] https://www.history.com/mkultra-operation-midnight-climax-cia-lsd-experiments

[36] https://ahrp.org/category/scientific-racism/cia-mind-control-experiments/

[37] https://www.npr.org/2019/09/09/758989641/the-cias-secret-quest-for-mind-control-torture-lsd-and-a-poisoner-in-chief

[38] https://www.thenation.com/article/archive/cia-didnt-just-torture-it-experimented-human-beings/

[39] https://en.wikipedia.org/wiki/Unethical_human_experimentation_in_the_United_States

[40] http://nypost.com/2013/12/28/nycs-forgotten-cancer-scandal/

[41] https://en.wikipedia.org/wiki/Unethical_human_experimentation_in_the_United_States

[42] https://www.bluemoonofshanghai.com/politics/5790/

[43] https://www.history.com/mkultra-operation-midnight-climax-cia-lsd-experiments

[44] http://www.salon.com/2014/09/04/10_of_the_most_evil_medical_experiments_in_history_partner/

[45] https://en.wikipedia.org/wiki/Unethical_human_experimentation_in_the_United_States

[46] https://ahrp.org/1942-1969-dr-lauretta-bender-the-personification-of-an-evil-psychiatrist-who-conducted-diabolical-experiments-on-children/

[47] https://www.thelastamericanvagabond.com/biowarfare/us-army-has-admitted-to-conducting-100s-of-germ-warfare-tests-on-americans/

[48] https://www.whiteoutpress.com/secret-government-experiments-on-the-american-people/

[49] https://www.businessinsider.com/military-government-secret-experiments-biological-chemical-weapons-2016-9

[50] https://www.sfgate.com/health/article/Serratia-has-dark-history-in-region-Army-test-2677623.php

[51] https://www.washingtonpost.com/archive/politics/1979/09/17/navy-fogged-bay-area-with-bacteria/cee3e0eb-7504-44d4-b89e-0c801152a324/

[52] https://www.smithsonianmag.com/smart-news/1950-us-released-bioweapon-san-francisco-180955819/

[53] https://www.dailymail.co.uk/sciencetech/article-5206799/US-nuclear-tests-killed-civilians-Hiroshima.html

[54] https://allthatsinteresting.com/nuclear-testing-photos

[55] https://www.salon.com/2004/01/08/goliszek/

[56] https://www.salon.com/2004/01/08/goliszek/

[57] https://fstoppers.com/historical/how-kodak-discovered-atomic-bomb-114260

[58] https://www.americanow.com/story/society/2016/11/04/dangerous-government-secret-kodak-discovered

[59] https://www.armscontrol.org/act/2005-07/features/readiness-harm-health-effects-nuclear-weapons-complexes

[60] http://news.bbc.co.uk/2/hi/programmes/file_on_4/4701196.stm

[61] https://www.amazon.com/Lab-257-Disturbing-Governments-Laboratory/dp/0060011416

[62] http://www.thedogpress.com/Editorials/Plum-island-LymeDisease_Andrews1.asp

[63] https://www.bluemoonofshanghai.com/politics/the-geopolitical-deployment-of-biological-weapons-part-ii-february-10-2020/

[64] https://www.bluemoonofshanghai.com/politics/robert-mcnamaras-infamous-project-100000-and-the-vietnam-war-a-premeditated-crime-against-humanity-october-30-2019/

[65] https://en.wikipedia.org/wiki/Operation_Dew

[66] https://en.wikipedia.org/wiki/Operation_LAC

[67] https://en.wikipedia.org/wiki/Project_SHAD

[68] https://military.wikia.org/wiki/Project_112

[69] http://rense.com/general69/lyme.htm

[70] https://en.wikipedia.org/wiki/Dugway_sheep_incident

[71] http://capitalresearch.org/2014/03/a-mighty-wind-nerve-gas-six-thousand-dead-sheep-and-soviet-trickery/

[72] https://www.telegraph.co.uk/news/worldnews/asia/northkorea/7811949/Did-the-US-wage-germ-warfare-in-Korea.html

[73] https://www.anti-empire.com/us-used-horrific-biological-weapons-in-the-korean-war/

[74] https://shadowproof.com/2018/02/22/read-long-suppressed-official-report-us-biological-warfare-north-korea/

[75] http://www.internationalist.org/biowarfareagainstcuba0503.html

[76] https://www.globalresearch.ca/covid-19-wuhan-virus-cia-biological-warfare-cuba/5706466

[77] http://www.counterpunch.org/2013/09/03/germ-war-the-us-record-2/

[78] http://www.alternet.org/world/america-has-deployed-chemical-and-biological-weapons-philippines-puerto-rico-vietnam-china

[79] https://www.counterpunch.org/2002/12/24/biowarfare-in-colombia/

[80] http://scielo.iec.gov.br/scielo.php?script=sci_arttext&pid=S1679-49742016000300519

[81] http://www.counterpunch.org/2013/09/02/a-short-history-of-bio-chemical-weapons/

[82] https://www.independent.co.uk/news/world/americas/virus-biological-us-army-weapons-fort-detrick-leak-ebola-anthrax-smallpox-ricin-a9042641.html

[83] https://www.lewrockwell.com/2020/02/gary-d-barnett/the-us-is-the-world-leader-of-bio-weapons-research-production-and-use-against -humanité/

[84] https://www.globalresearch.ca/us-military-bio-labs-in-ukraine-production-of-bio-weapons-and-disease-causing-agents/5605307

[85] https://www.mk.ru/science/2020/01/27/ekspert-uvidel-priznaki-amerikanskogo-bioterrorizma-v-rasprostranenii-koronavirusa.html

[86] https://www.scientificamerican.com/article/cdc-botched-handling-of-deadly-flu-virus/

[87] https://www.cdc.gov/media/releases/2014/p0711-lab-safety.html

[88] https://www.usatoday.com/story/news/2016/06/02/newly-disclosed-cdc-lab-incidents-fuel-concerns-safety-transparency/84978860/

[89] https://journal-neo.org/2018/10/24/can-pigs-fly-georgian-swine-flu-now-spreading-to-europe-and-china/

[90] https://eurasianet.org/russia-sees-american-georgian-flu-conspiracy/

[91] https://www.globalresearch.ca/did-trump-tacitly-threaten-use-biological-weapons/5687936

[92] https://www.abc.net.au/news/2019-07-24/why-did-donald-trump-say-he-could-kill-10-million-afghans/11342794

[93] https://www.presstv.com/Detail/2019/08/21/604070/US-President-Donald-Trump-Afghanistan-war-win-without-nuclear-weapons

[94] Pirates somaliens

http://www.thewayofthepirates.com/piracy-history/somali-pirates/

[95] LE FEU DE FORÊT COMME ARME MILITAIRE

https://www.bluemoonofshanghai.com/wp-content/uploads/2022/08/FOREST-FIRE-AS-A-MILITARY-WEAPON.pdf

[96] Une litanie de crimes pharmaceutiques

https://www.bluemoonofshanghai.com/politics/6012/

[97] https://www.unz.com/runz/chinese-melamine-and-american-vioxx-a-comparison/

[98] https://thenewatlantis.com/wpcontent/uploads/legacy-pdfs/20120411_TNA35Zubrin.pdf

[99] https://world.wng.org/2013/05/the_use_of_a_baby

[100] Le panel dénonce Pfizer dans l’essai clinique de 1996 au Nigeria ;

http://www.washingtonpost.com/wp-dyn/content/article/2006/05/06/AR2006050601338.html

[101] https://www.moonofshanghai.com/2020/05/a-cautionary-tale-about-who.html

[102] https://www.cbc.ca/strombo/news/canadas-tainted-blood-scandal

[103] https://www.thecanadianencyclopedia.ca/en/article/book-review-bad-blood-tainted-blood-scandal

[104] https://nationalpost.com/news/canada/victims-of-canadas-tainted-blood-scandal-to-share-207m-compensation-fund-surplus

[105] https://www.pop.org/project/stop-forced-sterilizations-in-india/

[106] https://www.bbc.com/news/world-asia-india-30040790

[107] https://www.theguardian.com/world/2014/nov/12/india-sterilisation-deaths-women-forced-camps-relatives

[108] https://www.moonofshanghai.com/2020/05/a-cautionary-tale-about-who.html

[109] https://www.unz.com/lromanoff/the-1918-rockefeller-us-army-worldwide-pandemic/

[110] https://www.npr.org/2014/03/31/297158876/timeline-a-history-of-gms-ignition-switch-defect

[111] https://www.caranddriver.com/news/a31965015/gm-settles-lawsuit-ignition-switch-car-values/

[112] http://www.killercoke.org/downloads/spilling-blood-11_11_03.pdf

[113] http://www.killercoke.org/crimes_colombia.php

[114] https://www.moonofshanghai.com/2020/10/en-larry-romanoff-nestle-murdering-with.html

[115] https://www.moonofshanghai.com/2020/09/harvard-universitys-fraudulent-chinese.html

[116] https://www.moonofshanghai.com/2020/09/tufts-universitys-fraudulent-china.html

[117] Goldman & Murray, Journal of Nervous and Mental Disease, 1943, (American Journal of Physiology, 1941).

https://journals.lww.com/jonmd/Citation/1943/02000/STUDIES_ON_THE_USE_OF_REFRIGERATION_THERAPY_IN.4.aspx

[118] Université de Cincinnati ; « Études sur l’utilisation de la thérapie par la réfrigération dans les maladies mentales ».

[119] https://ahrp.org/1940s-a-series-of-hypothermia-experiments-at-harvard-and-the-university-of-cincinnati-subjected-mental-patients-prolonged-to-freezing-temperatures /

[120] https://rense.com/general60/lie.htm

[121] https://www.globalresearch.ca/violence-the-american-way-of-life/531869

[122] https://americanmilitarynews.com/2018/06/us-civilians-own-400-million-guns-compared-to-militarys-4-5-million-survey-shows/

[123] https://www.independent.co.uk/news/world/americas/gun-ownership-country-us-legal-firearm-citizens-statistics-a8406941.html

[124] https://www.moonofshanghai.com/2020/08/my-god-and-my-glock-theology-of-guns.html

 

Copyright © Larry RomanoffBlue Moon of Shanghai, Moon of Shanghai, 2022

Larry Romanoff,

contributing author

to Cynthia McKinney's new COVID-19 anthology

'When China Sneezes'

When China Sneezes: From the Coronavirus Lockdown to the Global Politico-Economic Crisis

 

 

CROATIAN  ENGLISH   ESPAÑOL FRANÇAIS  GREEK  NEDERLANDS  POLSKI  PORTUGUÊS EU   PORTUGUÊS BR  ROMANIAN  РУССКИЙ

What part will your country play in World War III?

By Larry Romanoff, May 27, 2021

The true origins of the two World Wars have been deleted from all our history books and replaced with mythology. Neither War was started (or desired) by Germany, but both at the instigation of a group of European Zionist Jews with the stated intent of the total destruction of Germany. The documentation is overwhelming and the evidence undeniable. (1) (2) (3) (4) (5) (6) (7) (8) (9) (10) (11)

READ MORE