Sunday, December 18, 2022

FR -- LARRY ROMANOFF -- L’HOMME LE PLUS RICHE DU MONDE



 L’HOMME LE PLUS RICHE DU MONDE

Larry Romanoff (21 NOVEMBRE 2022).

 




ENGLISH   FRENCH   GREEK  LITHUANIAN  ROMANIAN 

 

Contenus

·          

o    Qui est l’homme le plus riche du monde, selon Larry Romanoff

§  Première partie

§  Introduction

§  Le pouvoir des intérêts composés

§  Quelques informations sur les sociétés

§  Le vrai pouvoir : Les dynasties familiales

§  Partons des années 1800

§  (1) Esclavage et travail forcé

§  (2) Les diamants

§  (3) L’or

§  (4) Canaux : Panama et le Suez

§  (5) Gestion de la trésorerie

§  (6) L’hyperinflation en Allemagne

§  (7) Les banques centrales

§  (8) Récessions et dépressions

§  (9) Le pillage de l’industrie pétrolière en 1983

§  (10) Le pillage des Américains de 1975 à 2022

§  (11) Le grand vol d’or – Partie I – La FED américaine

§  (12) La loi américaine sur l’achat d’argent de 1934

§  (13) La Citibank – Le grand vol d’or

§  (14) Le grand vol d’or – Partie 2 – La FED américaine

§  Notes

§  Sur l’auteur:

 

Qui est l’homme le plus riche du monde, selon Larry Romanoff

Première partie

 

Introduction

 

L’objectif de cet essai est triple : (1) attirer l’attention des lecteurs sur l’existence d’une conspiration de longue date concernant l’identification de “l’homme le plus riche du monde”, (2) écarter la liste actuelle des candidats, et (3) démontrer qu’un petit nombre de familles bancaires juives opérant depuis la City de Londres détiennent depuis des générations ces records de richesse avec des fortunes qui dépassent de plusieurs ordres de grandeur tout ce que nous aurions pu imaginer. J’aborderai ces points dans l’ordre inverse, et je traiterai de la génération actuelle de prodiges à la fin.

 

Je ne prétends pas être en mesure de documenter de manière irréfutable toutes les affirmations faites dans cet essai, ni d’étayer définitivement toutes les déductions faites. Le sujet est tel qu’une trop grande partie des preuves juridiques nécessaires est irrémédiablement cachée à la vue et à l’accessibilité du public, et nous devons dans de nombreux cas nous fier à la logique et aux preuves circonstancielles pour étayer nos affirmations et nos déductions. Bien que les preuves ne soient pas aussi complètes qu’on le souhaiterait, ce niveau de soutien probatoire est souvent suffisant, surtout lorsque nos affaires suivent un schéma établi et que nous disposons de ce type de raisonnement et de preuves en masse. Les descriptions et les preuves présentées dans cet essai serviront au moins à fournir une base raisonnable de compréhension et à “attirer l’attention sur certaines des grandes forces qui ont façonné notre monde”. Les chiffres présentés dans cet essai ne sont pas des calculs précis, mais ils visent à faire comprendre aux lecteurs l’ampleur des chiffres et des montants auxquels nous avons affaire.

 

Le pouvoir des intérêts composés

 

Une grande partie de cet essai repose sur une seule et simple thèse : ceux qui possèdent d’énormes richesses ne les laissent pas dormir mais en font constamment « bon » usage ; l’argent est toujours au travail. Il est prêté pour financer les guerres et la colonisation, pour acheter des entreprises légitimes, pour établir le contrôle des gouvernements et des économies nationales, et plus encore.






Quant aux taux d’intérêt pour l’accumulation à long terme, nous avons tendance à penser que les taux d’intérêt historiques étaient très bas, peut-être seulement 1 ou 2 %, mais c’était rarement le cas. La raison pour laquelle Abraham Lincoln a eu recours à l’impression de ses “Greenbacks” comme monnaie était que Rothschild exigeait un taux d’intérêt de 24% pour financer l’Union dans la guerre civile américaine. Il existe de nombreux autres exemples de ce type, car le financement des guerres, en particulier, est assorti de taux d’intérêt élevés. Les obligations perpétuelles hollandaises émises par les Juifs étaient assorties de taux de 10 % et 12 % dans les années 1500 et 1600 ; Gênes a émis une grande partie de sa dette à 9 % dans les années 1600. J’ai utilisé un taux de 5% pour les calculs d’intérêts composés dans cet essai, un choix certes arbitraire mais qui semble raisonnable et conservateur dans le contexte général. Les graphiques de la Banque d’Angleterre qui accompagnent ce texte semblent justifier ce choix [1][2].

 

Quelques informations sur les sociétés

 

Un grand nombre des plus grandes entreprises du monde sont détenues et contrôlées par des juifs, dont une grande partie par les quelques privilégiés de la City de Londres, mais aussi un très grand nombre en dehors de ce petit groupe. Les principales compagnies pétrolières du monde sont contrôlées par des intérêts juifs, tout comme les principales compagnies pharmaceutiques, de nombreux fabricants d’armes et les compagnies aériennes du monde, une quantité prépondérante de la capacité de transport maritime du monde, et de nombreuses autres industries qui ne viennent normalement pas à l’esprit. Il est impossible d’avoir accès à toutes les informations nécessaires pour ne serait-ce que deviner la valeur des actifs détenus par ces personnes, mais il faut savoir que pratiquement tous les médias occidentaux et une grande partie des principaux médias du reste du monde, y compris les films et l’édition de livres, sont détenus ou contrôlés par des Juifs. Il existe des entreprises internationales valant au total plusieurs milliers de milliards de dollars qui sont entièrement juives ; Nestlé, Sanofi, Monsanto, pour n’en citer que quelques-unes parmi des centaines. Il est difficile de savoir quelle part de tout cela revient à notre poignée de banquiers juifs de la City de Londres, quelle part a été financée par ce centre et est contrôlée depuis celui-ci, mais ce n’est pas négligeable.

 

Les choses ne sont pas toujours ce qu’elles semblent être. Bon nombre des grandes fortunes du monde ont été financées par Rothschild ou d’autres membres de ce cercle restreint et il existe donc une propriété cachée qui ne sera jamais révélée. En parcourant les archives historiques, on découvre parfois qu’un homme très riche a laissé un héritage de quelques millions de dollars seulement. Ce n’est pas un secret, bien qu’apparemment peu connu, que l’un des Rothschild a financé la création de la Standard Oil par Rockefeller, et a fait de même avec l’empire sidérurgique d’Andrew Carnegie et la fortune des chemins de fer Harriman aux États-Unis, entre autres. Le financement se faisait généralement par l’intermédiaire de J. P. Morgan, qui a été un agent des Rothschild pendant toute sa carrière, et en fait les intérêts bancaires de Morgan eux-mêmes étaient beaucoup plus juifs européens qu’américains. Il est utile d’attirer l’attention des lecteurs sur ce point, car il apparaît qu’une grande partie de la richesse des célèbres familles américaines et européennes n’était peut-être pas vraiment la leur, mais appartenait plutôt aux ultimes financiers juifs en arrière-plan. Aujourd’hui, Google, Facebook, Tesla, Amazon, Starbucks et bien d’autres font partie de cette catégorie, des entreprises qui n’auraient pas pu atteindre leur degré de contrôle du marché sans un financement important et une planification intense provenant d’ailleurs.

 

Un certain nombre d’études ont été réalisées sur l’imbrication de la propriété et du contrôle des entreprises, avec des conclusions cohérentes selon lesquelles seulement 400 entreprises, et peut-être même seulement 250 entreprises, possèdent directement ou au moins contrôlent plus de 40 % de la valeur totale cotée sur toutes les bourses du monde. [3][4][5]

 

Mais derrière ces 400 ou 250 entreprises se trouve le même nombre d’hommes qui contrôlent ces entreprises. Même si la plupart des grandes entreprises sont cotées en bourse, avec parfois des centaines de millions d’actions en circulation, nous ne pouvons pas savoir où se trouve le véritable contrôle. De plus en plus, de nombreuses actions sont détenues par des mandataires comme Blackrock ou Blackstone ou d’autres groupes d’investissement, et nous n’avons aucune information sur les classifications des actions ou d’autres restrictions sur le vote et le contrôle.

 

Le grand public ne dispose pas non plus d’informations sur les administrateurs interdépendants qui exercent un contrôle absolu au jour le jour, y compris sur toutes les décisions financières. Plus important encore, il n’est pas nécessaire de posséder une pluralité d’actions si vous contrôlez le conseil d’administration ou s’ils lisent le même script. Ces personnes peuvent vider la trésorerie d’une société pour verser des dividendes illimités en franchise d’impôt par le biais d’un paradis fiscal, et ce sans même attirer l’agitation des actionnaires ordinaires qui ont rarement une bonne compréhension de ces questions.

 

De nombreuses banques européennes entrent dans cette catégorie, la plupart d’entre elles appartenant à des juifs et étant étroitement contrôlées. Les quelques dizaines de grandes banques européennes comme HSBC, BNP Paribas, Lloyd’s, ont une capitalisation boursière de plusieurs milliers de milliards et une base d’actifs de plus de 30 000 milliards d’euros. Les grandes banques nord-américaines, comme Goldman Sachs, Citigroup, Wells Fargo, elles aussi détenues par des juifs, ont une capitalisation boursière bien supérieure à 1,5 trillion de dollars et des actifs correspondants. En outre, nous avons littéralement des centaines de banques appartenant à des juifs en Suisse et dans d’autres pays qui ne figurent sur aucune liste.

 

Bon nombre des plus grandes compagnies d’assurance et de réassurance du monde appartiennent à des Juifs, avec une capitalisation boursière combinée de plusieurs milliers de milliards, et il est impossible d’évaluer la valeur de la Lloyd’s of London, une plate-forme d’assurance mondiale qui n’a pratiquement pas de prix. Ensuite, il y a les compagnies pétrolières ; Royal Dutch Shell à elle seule a une capitalisation boursière de plus de 200 milliards de dollars, et elles sont nombreuses, contrôlées par les Juifs, ce qui suffit à contrôler le prix du pétrole dans le monde, comme nous le verrons.

 

Les deux principales entreprises de produits de grande consommation, Unilever et P&G, toutes deux juives, ont une capitalisation boursière combinée de plus d’un demi-milliard de dollars. Les entreprises liées à l’Internet comme Google, Meta, Amazon, Dell, Oracle, toutes juives elles aussi, ont une capitalisation boursière combinée de près de 5 000 milliards de dollars. Les maisons de mode et les entreprises de joaillerie du monde entier, pour la plupart détenues ou contrôlées par des Juifs, comme Swarovski, YSL, LVMH, Cartier, Hermès, Estee Lauder, L’Oréal, ont une capitalisation boursière de plus de 1 000 milliards de dollars, et il existe des centaines d’entreprises de joaillerie, de tailleurs et de marchands de diamants, de négociants en or, opérant dans les coulisses, qui appartiennent également à des Juifs et valent des billions de dollars.

 

Les principaux fabricants d’armes et d’armements, qui ont toujours eu un pourcentage élevé de propriété et de contrôle juifs, ont également une capitalisation boursière d’environ 1 000 milliards de dollars. Les grandes entreprises alimentaires mondiales, elles aussi majoritairement détenues par des Juifs, sont un autre exemple. Nestlé, une société entièrement juive, possède plus de 2 000 marques de produits alimentaires, avec une capitalisation boursière d’environ 1/3 de trillion de dollars à elle seule. Pepsico est la deuxième plus grande entreprise alimentaire au monde, possédant des centaines de grandes marques, et beaucoup d’autres comme Kraft Heinz, Mondelez, Danone, Anheuser-Busch Inbev, Coca-Cola, Diageo, Starbucks, ont une capitalisation boursière combinée d’au moins 1,5 trillion de dollars. Les plus grandes sociétés pharmaceutiques du monde sont toutes détenues par des juifs, et leur capitalisation boursière cumulée s’élève à environ 4 000 milliards de dollars.

 

Les principales sociétés de médias nord-américaines (toutes détenues par des juifs) ont une capitalisation boursière de plus de 1 000 milliards de dollars, avec des chiffres plus importants pour les médias européens qui sont également largement détenus par des juifs et pratiquement tous contrôlés par eux. Et cela ne tient pas compte de leurs participations dans les médias en Amérique latine, en Asie et en Afrique. Et il y a littéralement des centaines de sociétés appartenant à des juifs qui n’entrent pas facilement dans les catégories ci-dessus, y compris tout ce qui va de H&R Block à Mattel et Hasbro, Monsanto, Ben et Jerry’s. La liste est presque infinie. La liste est presque sans fin. Collectivement, leur valeur et leur influence sont énormes.

 

Le vrai pouvoir : Les dynasties familiales

 

Lorsque nous entendons parler d’un Bill Gates ou d’un Warren Buffett, nous avons tendance à penser en termes simples à quelqu’un qui lance une société avec une bonne idée et qui, au cours de sa vie, construit une énorme entreprise qui vaut aujourd’hui plusieurs milliards. Mais ce raisonnement est simpliste car nous limitons nos pensées à une seule génération. Les personnes dont il est question ici sont des dynasties familiales qui accumulent leur fortune depuis dix, voire vingt générations. Avec les Rothschild, les Sassoon et tant d’autres, nous remontons aux années 1600 et 1700, avec des dynasties familiales qui se sont énormément développées au cours des siècles et qui ont gardé le contrôle de leurs richesses de plus en plus importantes en évitant les droits de succession, en pratiquant des mariages mixtes rigides et en partageant des intentions.

 

Les plus grandes de toutes les dynasties familiales sont cachées, expurgées des médias, effacées des livres d’histoire, et n’attirent presque jamais l’attention du public. Toutes sont juives – Rothschild, Sassoon, Sebag-Montefiori, Warburg, Lehman, Goldman, et tant de noms dont vous n’avez peut-être jamais entendu parler. Voici une liste de quelques-uns des banquiers juifs, qui ne représentent peut-être que 25 % d’entre eux, la plupart ayant commencé leurs opérations bancaires, financières et industrielles au début ou au milieu du XIXe siècle, soit une moyenne de près de 200 ans, et beaucoup d’entre eux ayant donné naissance à des dynasties familiales juives qui se perpétuent jusqu’à ce jour, entièrement à l’abri des regards du public.

 

Rothschild, Sassoon, Warburg, Moses Montefiori, Sebag-Montefiori, Kadoorie, Lehman, Israel Moses Seif, Kuhn Loeb, Goldman Sachs, Salomon, Schiff, Joseph Hambro, J. Henry Schroder, Samuel Montagu, Emile et Isaac Péreire, Lazard Brothers, Speyer brothers, Seligman brothers, Stern brothers, Barnato Brothers, Ernest Oppenheimer, Abraham Oppenheim, Carl Fuerstenberg, Jacob Goldschmidt, Oskar Wassermann, Hirsch, Raphael Jonathan Bischoffsheim, Hambro, Isaac Glückstadt, Levy Martin, Markus Rubin, Goldsmid, Rosenthal, A. Dunkelsbueler, Eugen Gutmann, Herbert Gutman, Wagg and Co, famille Mèdici, Speyer, Speyer-Elissen, Emile Erlanger, S. Japhet, Ernest Cassel, Carl Meyer, Achille Fould, Luigi Luzzatti, Wertheimer and Gompertz, Lippman .[6][7][8]

 

J’ai sur mon ordinateur un graphique qui montre les avoirs de la dynastie Rothschild, présenté un peu comme un organigramme avec de petites cases indiquant les avoirs et des lignes partout indiquant la propriété et le contrôle. Il est si grand que pour l’imprimer dans les plus petits caractères lisibles, il faudrait une feuille de papier d’un demi-mètre. Rothschild a récemment créé une nouvelle banque uniquement pour gérer ses avoirs fonciers confisqués aux pays pauvres. Il est difficile d’obtenir des informations précises, car une grande partie de ces opérations se fait par le biais de banques anonymes, d’agents, de sociétés apparentées et d’innombrables paradis fiscaux. Rothschild possède, entre autres, Sanofi Pharma dont la capitalisation s’élève à 125 milliards de dollars, The Economist, et IHS qui est le plus grand opérateur de tours de téléphonie mobile en Afrique[9].

 

Anglo American a été fondée par Ernest Oppenheimer, un juif allemand. Son siège social se trouve dans la City de Londres. C’est l’une des 250 plus grandes entreprises du monde, qui produit de l’or, des diamants, d’autres métaux et près de la moitié de tout le platine du monde. Ses filiales et ses investissements sont trop nombreux pour être énumérés. À sa mort, Ernest a été remplacé par son fils Harry, qui est également devenu président de De Beers. Vous pouvez donc voir comment les familles intègrent et rationalisent leurs avoirs.

 

En Suède, les juifs Wallenberg sont présents dans les affaires depuis 200 ans et possèdent aujourd’hui la plupart des grands groupes industriels suédois tels que la Enskilda Bank, Ericsson, Electrolux, ABB, SAAB, SAS Group, SKF, Atlas Copco et Nasdaq. Il y a 50 ans déjà, les entreprises de la famille Wallenberg employaient 40 % de la main-d’œuvre industrielle suédoise et représentaient 40 % de la valeur totale de la bourse de Stockholm. La capitalisation boursière de seulement dix de leurs entreprises s’élève à près de 350 milliards de dollars, et une grande partie a été enterrée dans des trusts et cachée dans des paradis fiscaux. Swarovski, avec son faux “cristal”, est une autre dynastie juive vieille de 150 ans.

 

Partons des années 1800

 

Pour cet essai, je vais ignorer une grande partie de l’histoire passée de ces familles juives et commencer au début des années 1800, mais il convient de noter que ces “fortunes familiales” khazars ont commencé des centaines d’années auparavant. Nous avons eu la bulle des tulipes hollandaises (juives), la bulle des mers du Sud (juives), les compagnies des Indes orientales britanniques et hollandaises (juives) et bien d’autres encore. Il y a eu des siècles de commerce d’esclaves, d’exploitation fiscale et bien d’autres choses encore. J’omettrai tout cela.

L’Inde était à une époque presque certainement la nation la plus riche du monde, avec des stocks d’or, d’argent et de pierres précieuses dignes de fables et de légendes. La Compagnie britannique des Indes orientales, qui fut finalement dirigée par l’un des Rothschild, fut sans conteste la plus grande entreprise criminelle de l’histoire du monde, et le véhicule utilisé pour piller l’Inde jusqu’aux os.

 

Sassoon ben Salih était le trésorier en chef des pachas de Bagdad[10].  Exposé dans une immense fraude au début des années 1800 qui a dû impliquer des centaines de milliards en dollars d’aujourd’hui, il a eu la chance de s’en sortir en vie (et avec son argent). Lui et ses deux fils David et Joseph se sont enfuis en Inde où ils se sont associés à l’un des Rothschild et ont mis au point leur plan infernal visant à forcer les paysans indiens à cultiver de l’opium pour le vendre en Chine[11] .

 

Dès les premiers jours, ils avaient déjà la jeune reine Victoria bien en main. Elle a non seulement soutenu leurs efforts au point d’affecter l’armée britannique à l’application de la loi sur l’opium, mais aussi de donner à David Sassoon la franchise exclusive pour la vente d’opium dans toute la Chine, de s’emparer de Hong Kong pour sa base de distribution et de lui donner la charte pour former la HSBC. Dire que la famille royale britannique a profité personnellement de cette affaire serait un euphémisme. C’est ici que nous allons commencer notre histoire.

 

Grâce au pillage de l’Inde et au vol de l’Irak, puis à la culture et à la vente d’opium en Chine, Rothschild et Sassoon avaient accumulé, selon des estimations fiables, une richesse de plus de 5 milliards de dollars chacun, en 1835. En fait, les estimations calculées que j’ai vues étaient de 6 et 7 milliards de dollars, [12]  et c’était également mes estimations. J’ai réduit ce chiffre à 5 milliards de dollars par souci de prudence, mais les totaux restent stupéfiants. 5 milliards de dollars accumulés à seulement 5% pendant les 185 années écoulées, se cumulent, pour donner un total en 2022, de plus de 40 trillions de dollars chacun pour Rothschild et Sassoon. Et il y avait au moins une douzaine de familles bancaires juives qui n’étaient pas très loin derrière Rothschild et Sassoon, ainsi que des dizaines d’autres qui étaient très riches, mais pas dans la même catégorie. Ces 40 000 milliards de dollars peuvent sembler choquants et trop fantastiques pour être réels, mais réservez votre jugement jusqu’à la fin. Comme vous le verrez, ces 40 000 milliards de dollars n’ont pratiquement aucune importance dans le tableau d’ensemble.

Entrée de registre Rothschild : 40 trillions de dollars en dollars d’aujourd’hui.

 

(1) Esclavage et travail forcé

 

Les Juifs ont toujours été fortement impliqués dans le commerce des esclaves, qu’il s’agisse des esclaves blancs qui ont dépeuplé l’Irlande et une grande partie de l’Angleterre ou des esclaves noirs plus récents, mais j’ignorerai cette partie du passé pour ne traiter que des événements plus récents en Chine.

 

En Chine, le commerce d’esclaves par ces mêmes Juifs les plus riches – Rothschild, Sassoon, Kadoorie et bien d’autres, n’a cessé que parce que la Première Guerre mondiale y a mis fin. Nous ne disposons pas de chiffres précis, mais l’histoire nous apprend que plusieurs millions de Chinois ont été enlevés et vendus comme esclaves. D’innombrables dizaines de milliers de Chinois ont été enlevés et envoyés en Amérique du Nord pour construire des chemins de fer et travailler dans les mines d’or, pour construire le chemin de fer et le canal de Panama, pour travailler dans les mines de guano au Pérou, et dans bien d’autres cas encore. C’est pourquoi nous avons des Chinois dans le monde entier ; même aujourd’hui, la population du Panama compte plus de 10 % de Chinois pour cette raison.

 

Dans de nombreux cas, les Chinois n’ont pas été vendus à d’autres, mais utilisés par les Juifs comme main-d’œuvre esclave pour leurs propres projets. En 1904 encore, Rothschild a fait enlever environ 65 000 Chinois de la province de Fujian pour qu’ils travaillent dans ses mines d’or en Afrique du Sud[13].

 

Lorsque ces mêmes Juifs ont financé la construction des chemins de fer nord-américains et du canal de Panama, par exemple, les Chinois kidnappés constituaient une réserve de main-d’œuvre gratuite (et jetable). Les conditions difficiles entraînant des dizaines de milliers de morts n’avaient aucune importance, car la réserve était inépuisable. De même, il existe des preuves crédibles que l’Île de Pâques a été presque totalement dépeuplée par ces mêmes Juifs qui ont kidnappé la plupart des gens pour les faire travailler dans les mines de guano au Pérou. Il existe des lettres de responsables britanniques exigeant que ces Juifs ramènent les habitants de l’Île de Pâques chez eux.

 

À ce jour, il n’est pas possible d’établir un décompte exhaustif du nombre total d’esclaves chinois enrôlés par ces Juifs pour leurs projets, ni d’estimer la “valeur” de tout ce travail d’esclave, mais il était certainement important et s’est poursuivi en grand nombre de 1800 à 1920 environ et, comme je l’ai mentionné plus haut, seule la Première Guerre mondiale y a mis un terme. J’en parle parce qu’il s’agit d’un aspect important de la richesse accumulée par ces familles bancaires juives, mais je n’en traiterai pas comme d’un phénomène à part.

Entrée de registre : 0 trillion de dollars en dollars d’aujourd’hui

 

(2) Les diamants

 

Ce n’est pas un secret que DeBeers contrôle la production de diamants en Afrique du Sud, et aussi au Zaïre, ni que DeBeers est une société Rothschild. N’oublions pas l’origine et le but des guerres des Boers. Les statistiques sur la production de diamants semblent éparpillées, l’Afrique du Sud revendiquant une production totale d’environ 650 millions de carats,[14] tandis que Statista revendique le double de cette quantité. L’Afrique du Sud évalue cette production (à 100 dollars le carat) à environ 60 milliards de dollars, mais sans tenir compte des intérêts composés, cela représente une moyenne de 300 millions de dollars par an sur 150 ans (moyenne de 3 millions de carats par an à 100 dollars le carat). Si nous tenons compte d’une capitalisation de 5 %, ce montant s’élève à environ 10 000 milliards de dollars. Pour garder de la simplicité, j’ai exclu tous les autres pays de ce calcul ; l’ajout de ces pays et d’autres productions appartenant aux Rothschild et aux Juifs doublerait au moins le total. Il convient également de noter que l’enclave juive de la Hollande est toujours le centre du commerce mondial de diamants, dont la grande majorité est fermement aux mains des Juifs.

Entrée de registre: 10 000 milliards de dollars en dollars d’aujourd’hui

 

(3) L’or

 

Il est difficile de trouver des statistiques complètes et fiables sur la production annuelle réelle d’or des mines contrôlées par les Rothschild, mais la production a apparemment atteint plus de 1 000 tonnes par an il y a 50 ans. Avec 32 000 onces dans une tonne d’or, et l’or se vendant à 1 700 dollars l’once, cela représente plusieurs milliards de dollars par an, composés à 5 % pendant près de 150 ans, soit environ dix fois la valeur de la production de diamants mentionnée ci-dessus. Le tableau est obscurci par les fluctuations à la fois des quantités produites et des prix de l’or, de sorte que les résultats définitifs sont impossibles à calculer[15].

 

J’ai supposé ce que je crois être une estimation prudente de seulement deux fois la production et la valeur des diamants.

Entrée de registre : 20 000 milliards de dollars en dollars d’aujourd’hui

 

(4) Canaux : Panama et le Suez

 

Il est universellement connu que les États-Unis ont construit le canal de Panama – après avoir “libéré” la province de Panama de la Colombie, mais il n’est pas aussi largement reconnu que c’est l’argent juif qui a payé le canal[16] .

 

Nous pouvons raisonnablement supposer que les bénéfices du canal pendant environ 120 ans ont profité à ceux qui l’ont financé. Le canal de Suez a également été construit avec de l’argent juif et a existé en tant que société privée. Cependant, comme les revenus de ces deux projets ne représentent que quelques milliards de dollars par an, je les omettrai des totaux.

Entrée de registre : 0 trillion de dollars en dollars d’aujourd’hui

 

(5) Gestion de la trésorerie

 

Ce n’est pas très connu mais, dans le cadre de la Doctrine Monroe, les Etats-Unis ont utilisé non seulement leur puissante “diplomatie” d’intimidation, mais aussi la CIA et toute la force de leur armée pour permettre à quelques banquiers juifs (et à la FED) d’obtenir la position de “gestionnaires d’investissements” de tous les actifs liquides et des avoirs des banques centrales des pays sous leur contrôle. Cela comprenait l’Amérique latine, mais aussi des pays comme les Philippines et plus de 50 pays où les États-Unis ont renversé un gouvernement et installé une dictature complaisante.

 

Le plan était simple. Ces nations étaient obligées de remettre toutes leurs liquidités aux banquiers juifs des États-Unis, qui devaient les “gérer prudemment” au profit de ces petites nations. En pratique, les banquiers juifs investissaient l’argent dans l’immobilier new-yorkais et en tiraient des milliards de bénéfices tout en payant à ces nations 3 % sur leur argent. Cette pratique était couplée à une mauvaise habitude américaine d’envahir, puis de forcer l’ouverture et de vider les coffres des banques centrales de ces mêmes nations de tout leur or. Ces pratiques sont suffisamment documentées pour résister à une contestation et, ayant existé pendant environ 150 ans, je pense que nous pourrions raisonnablement attacher un total composé jusqu’à aujourd’hui d’au moins 1 trillion de dollars, mais les archives historiques sont insuffisantes et je ne fais donc pas d’entrée de Registre pour cet article.

Entrée de Registre : 0 trillion de dollars en dollars d’aujourd’hui

 

(6) L’hyperinflation en Allemagne

 

Il est largement admis aujourd’hui que l’Allemagne a été préparée pour cette circonstance précise par les dispositions du Traité de Versailles et les restrictions correspondantes promulguées par les Juifs pour empêcher le redressement de l’Allemagne. Quoi qu’il en soit, le taux d’inflation a été si extrême que l’argent a perdu toute valeur, permettant aux banquiers juifs d’acheter une grande partie de l’Allemagne pour pratiquement rien. C’est l’un des profonds ressentiments qu’éprouvait Hitler à l’égard des Juifs, sachant qu’ils étaient à l’origine du traité et d’autres restrictions qui n’auraient pu avoir pour seul objectif que la faillite et l’assujettissement de l’Allemagne. Inutile d’entrer dans les détails ici, mais c’est l’éviction des Juifs du système bancaire allemand et la prise de contrôle de la banque centrale du pays par Hitler qui ont abouti au “miracle” de la reprise économique de l’Allemagne qui, malheureusement, n’a pas duré. Il n’y a aucun moyen d’estimer la valeur du pillage de l’Allemagne qui a eu lieu à cette époque, et je ne lui attribue aucune valeur définitive, bien que la valeur actuelle soit sûrement de plusieurs milliers de milliards de dollars, tout cela au profit de cette même poignée de banquiers.

Entrée de registre : 0 trillion de dollars en dollars d’aujourd’hui

 

(7) Les banques centrales

 

Les familles bancaires juives européennes, dirigées par les Rothschild, possèdent ou contrôlent les banques centrales d’au moins 30 nations, y compris la FED aux Etats-Unis. Cette propriété a plusieurs conséquences désagréables, l’une d’entre elles étant que ces nations ne peuvent pas imprimer leur propre monnaie mais doivent l’emprunter aux banques centrales (privées) – et payer des intérêts sur celle-ci. L’ampleur de ce phénomène est énorme.[17][18][19][20][21][22]

Vous voudrez peut-être regarder en particulier le point 22, une vidéo de l’ancien ministre du Canada commentant les banques en Amérique.

 

Mais Rothschild et une poignée d’autres familles bancaires juives possèdent les banques centrales des nations européennes, et d’autres, y compris la FED américaine, depuis bien plus de 100 ans. Si le petit Canada a payé plus d’un billion de dollars en intérêts en un temps relativement court, les gouvernements de pays comme l’Angleterre, l’Allemagne, la France, l’Italie, l’Espagne, le Japon, l’Afrique du Sud, ont payé beaucoup plus au cours du siècle dernier. À titre d’exemple, la dette de l’Italie est plusieurs fois supérieure à celle du Canada, et de nombreux autres pays sont dans la même situation [23] .

 

Je n’ai pas de registre précis du total des intérêts que les États-Unis ont payés à la FED, mais leur dette actuelle est de plus de 13 000 milliards de dollars – un montant qui ne sera jamais remboursé.

 

En partant du Canada comme base de référence, et en ne comptant que 30 pays, une estimation excessivement conservatrice serait de 30 000 milliards de dollars versés en intérêts à ces banquiers. Si nous prenons en compte seulement 100 ans, nous pouvons multiplier ce chiffre par plus de trois et arriver à environ 100 000 milliards de dollars versés en intérêts – sans aucune nécessité ni justification. Et cela ne tient pas compte de la FED américaine qui pourrait encore augmenter le total de moitié. Il faut également noter que dans les plus de 50 nations où l’armée américaine et la CIA ont renversé un gouvernement, les banquiers juifs étaient juste derrière eux pour prendre la propriété de toutes ces banques centrales. Dans tous les cas où des informations ont fuité – Irak, Libye, Afrique du Sud, Balkans – cela a été leur priorité et la simple logique veut que ce soit en tête de leur liste dans tous les pays où ils ont eu accès. Je n’ai pas inclus cet élément dans mes estimations. Compte tenu de tout ce qui précède, mon estimation de l’entrée de registre est sans doute conservatrice à 75 % ou plus, mais les détails sont insuffisants. Mon estimation ci-dessous ne tient pas compte de la capitalisation des intérêts, ne serait-ce que pendant 100 ans ; si c’était le cas, le total serait multiplié par un chiffre vraiment astronomique, alors que dans la réalité, ce montant serait effectivement capitalisé, et pendant plus de 100 ans, pour atteindre plusieurs centaines de trillions.

Entrée de registre : 100 000 milliards de dollars en dollars d’aujourd’hui

 

(8) Récessions et dépressions

 

L’un des plus vilains avantages de la propriété étrangère de la banque centrale d’un pays est que des Juifs ont un contrôle total sur ces économies [24].

 

Puisqu’ils contrôlent à la fois la masse monétaire et les taux d’intérêt, ils ont facilement le pouvoir de faire déraper les économies et de réaliser d’immenses profits à chaque cycle. Ils procèdent de la même manière à chaque fois – en abaissant les taux d’intérêt à zéro ou presque, tout en gonflant énormément la masse monétaire, créant ainsi de grandes bulles dans la dette, sur les marchés boursiers et immobiliers, etc. Ensuite, ils contractent sévèrement la masse monétaire et tout le crédit tout en augmentant simultanément les taux d’intérêt, mettant ainsi en faillite d’innombrables milliers de banques, d’entreprises et de familles, et achetant pour quelques centimes de dollars toutes sortes d’actifs alors que le sang coule dans les rues. Après avoir accompli leur tâche de soulager une nation d’une partie importante de ses actifs, ils augmentent à nouveau la masse monétaire et ouvrent les robinets du crédit tout en réduisant les taux d’intérêt pour donner aux économies le temps de se rétablir, puis font le ménage et remettent le couvert. Ce n’est pas un secret que toutes ces récessions ont été délibérément infligées aux économies occidentales par ces banquiers juifs au cours des 200 dernières années ou plus.

 

La Grande Dépression de 1929 a été l’une de ces opérations, à partir d’une période d’euphorie basée sur le fait que les propriétaires juifs de la FED avaient augmenté une masse monétaire presque illimitée et un crédit facile avec des taux d’intérêt bas, construisant une énorme bulle qui a ensuite éclaté. Des milliers de banques, des dizaines de milliers d’entreprises et des millions de familles ont fait faillite, tous ces actifs revenant finalement aux propriétaires (juifs) de la FED et à leurs amis les plus proches. Cela avait été fait de nombreuses fois avant 1929, et a été refait de nombreuses fois depuis. La récession amèrement sauvage de 1983 a été créée de la même manière par la FED américaine, sur ordre de la City de Londres, Volcker se vantant même ouvertement de ce qu’il faisait. La crise immobilière et financière de 2008 aux États-Unis était identique, et en aucun cas accidentelle. Elle était si grave qu’un dirigeant de Goldman Sachs a déclaré à l’époque : “Les choses ne reviendront jamais à la normale après ce qu’ils ont fait.

 

La crise de 2022

 

L’effondrement des économies industrielles en 2022 est identique. Une “pénurie d’énergie” soudaine et délibérément inventée, créée en grande partie par le sabotage de Nordstream II, une réduction de la masse monétaire et une augmentation brutale des taux d’intérêt “pour combattre l’inflation” (qui était entièrement auto-induite), et bientôt le sang coulera à nouveau dans les rues. Et un nombre presque illimité de sociétés industrielles, surtout en Allemagne mais aussi dans les nations européennes plus faibles, seront confrontées à la faillite et à des rachats, dont les détails n’atteindront jamais le public grâce au contrôle presque total des médias par ces mêmes personnes.

 

Il n’existe aucun moyen précis de calculer définitivement le pillage qui a lieu pendant ces “récessions” inventées. 1929 était certainement dans les trillions de dollars, tout comme 1983, qui étaient peut-être les deux pires, mais les autres n’étaient pas si loin derrière. 2008 était également dans cette catégorie, les pertes liées au logement étant à elles seules de l’ordre de plusieurs milliers de milliards, ce que j’ai déjà mentionné ailleurs. Étant donné le manque de données détaillées, je n’essaierai pas d’isoler et d’estimer le résultat financier de chaque récession financière artificielle, et je ne tiendrai pas compte des plus petites, mais cela nous laisse tout de même 1929 et 1983 avec une valeur très prudente de 3 000 milliards de dollars chacune. Il semble déraisonnable pour nos objectifs de ne pas composer ces deux montants avec des intérêts pendant 90 ans et 40 ans respectivement, mais les totaux deviennent fantastiques et presque incompréhensibles, et donc très difficiles à accepter comme rationnels. À 5 %, 3 000 milliards de dollars en 90 ans (depuis 1929) s’accumuleront pour atteindre 240 000 milliards de dollars, et même sur 40 ans (pour la crise de 1983), ils deviendront 21 000 milliards de dollars.

 

Le sénateur Robert Owen, co-auteur du Federal Reserve Act, a témoigné devant une commission du Congrès que la banque dont il était propriétaire avait reçu de la National Bankers’ Association la “Panic Circular of 1893”. Elle stipulait : “Vous allez immédiatement retirer un tiers de votre circulation et rappeler la moitié de vos prêts.” Et c’est ainsi que ces banquiers centraux créent les récessions : une réduction instantanée de 35% ou plus de la masse monétaire de la nation et une réduction de 50% du crédit total.[25]

 

Le résultat inévitable est la faillite de milliers de sociétés et de banques, et un énorme plongeon des valeurs boursières et des actifs des sociétés de toutes sortes qui sont maintenant disponibles pour quelques centimes sur le dollar. Attendez dix ans, et recommencez. Le but est l’immense transfert de richesse disponible dans chacun de ces cycles, et pas seulement des petites banques et des sociétés, mais aussi du grand public, dont beaucoup perdent également tout ce qu’ils avaient, ces actifs finissant par filtrer jusqu’aux quelques banquiers de l’oligarchie qui ont planifié les événements.

Entrée de registre : 6 000 milliards de dollars en dollars d’aujourd’hui

 

(9) Le pillage de l’industrie pétrolière en 1983

 

A titre d’exemple détaillé, examinons la récession de 1983 induite par la FED et son effet sur l’industrie pétrolière en Amérique du Nord uniquement. Pour commencer, supposons que nous ayons un puits de pétrole avec une production constante et régulière (ce qui est le cas de beaucoup d’entre eux), mais dans ce cas d’un seul baril par an pendant 40 ans, avec un prix du pétrole à 100 dollars le baril. Cela nous donne une valeur totale de 4 000 dollars. Cependant, étant donné qu’un dollar l’année prochaine vaut moins qu’un dollar cette année, nous actualisons notre production future à un certain taux d’intérêt, avec ce résultat en termes de valeur (si nous voulons vendre notre puits de pétrole) :

0% – $4,000

3% – $2,500

6% – $1,500

10% – $1,000

25% – $400

Immédiatement avant la récession de 1983, le New York Times avait proclamé qu’une soudaine et inexplicable “surabondance de pétrole” était arrivée,[26] de sorte que le pétrole est devenu presque sans valeur, les prix chutant de 40 $ US à moins de 10 $ presque du jour au lendemain. Bien sûr, si le prix du pétrole chute de 75 %, la valeur de notre puits de pétrole chute également de 75 %, de sorte que notre puits de pétrole de 4 000 $ ne vaut plus que 1 000 $. Mais nous avons eu un double coup dur, car la FED n’a pas chômé pendant cette période. Après avoir provoqué une explosion massive de l’inflation dans les années 1970 pour se préparer à ce résultat éventuel, la FED a soudainement ressenti le besoin de “combattre l’inflation” en faisant grimper les taux d’intérêt à 20 %, voire 25 %. Le résultat a été que les puits de pétrole se vendaient alors avec une décote de 25 % sur le cash-flow, et je le sais parce qu’à l’époque j’étais dans le secteur pétrolier et que j’achetais et vendais des propriétés pétrolières, certaines assez importantes, à ce taux de décote. Cela signifie que notre puits de pétrole de 4 000 $, qui ne valait plus que 1 000 $ en raison de l’effondrement du prix du pétrole, a ensuite été frappé par le taux d’intérêt de la FED et ne valait plus que 100 $. Et, le sang coulant dans les rues, c’est à ce moment que nos banquiers juifs khazars de la City de Londres ont envoyé leurs agents pour acheter.

 

Ensuite, la “surabondance de pétrole” s’est en quelque sorte miraculeusement évaporée et il semble que nous ayons eu une pénurie, ce qui a fait remonter le prix du pétrole à son niveau initial de 40 dollars, et l’a rapidement fait grimper à 100 dollars. Et puis, tout aussi miraculeusement, l’inflation semblait avoir été “domptée”, et les taux d’intérêt sont passés de 25 % à 6 % et 3 %. Et notre “puits de pétrole à 100 dollars” est remonté à 2 500 dollars et se trouve en passe d’atteindre 5 000 dollars. Cela signifie qu’une poignée de personnes ont acheté des propriétés pétrolières et gazières pour quelques centimes, et ont vu leur “investissement” multiplié par 50. Ce n’est pas si mal. Il existe peu d’endroits où l’on peut obtenir un rendement de 5 000 % sur un investissement en quelques années seulement, et sans aucun risque. Quand vous avez le pouvoir de contrôler le prix du pétrole, et quand vous avez la FED qui contrôle les taux d’intérêt, vous pouvez faire des miracles. Il n’y a aucun moyen de calculer des totaux exacts, mais d’innombrables milliers de petites et moyennes compagnies pétrolières ont fait faillite ou ont été rachetées, et les achats pour la seule Amérique du Nord se seraient élevés à des milliers de milliards de dollars. J’ai ignoré le reste du monde et supposé un montant prudent de 2 000 milliards de dollars pour la seule Amérique du Nord, ajusté à une croissance de 5 % pendant 40 ans à partir de 1983.

Entrée en vigueur : 14 trillions de dollars en dollars d’aujourd’hui

 

(10) Le pillage des Américains de 1975 à 2022

 

La situation n’est pas différente avec l’effondrement financier de 2008 aux États-Unis. Nous avons eu des tentatives clairement délibérées de gonfler le marché immobilier à des niveaux presque atmosphériques, avec des taux d’intérêt presque nuls et la suppression de toutes les restrictions et exigences – au point que des sans-abri et sans emploi achetaient des maisons de 500 000 dollars. Cela a été fait, une fois encore, avec l’entière coopération de la FED. Ensuite, ils ont tout simplement fait éclater la bulle, entraînant des dizaines de millions de saisies. Et encore une fois, alors que le sang coulait dans les rues, des sociétés comme Blackrock et leurs semblables étaient occupées à acheter ces maisons saisies à moitié prix, pour les louer – souvent aux mêmes personnes qui les avaient perdues. Il n’existe aucun registre précis du total des achats, mais les achats étaient quasiment frénétiques. À un moment donné, un agent en Floride, pour une seule “société d’investissement”, faisait des offres sur plus de 200 maisons par semaine. Selon des estimations même prudentes, le transfert de biens immobiliers de la classe moyenne américaine vers ces quelques personnes aurait atteint 7 ou 8 trillions de dollars, en l’espace de deux ou trois ans.

 

Je suis surpris que si peu de gens semblent vouloir considérer que de tels événements ont été planifiés, et pourtant les preuves sont accablantes et irréfutables. Il est impossible que ces événements, et tant d’autres similaires, aient pu se produire “par accident”. Il y avait simplement trop de fils entremêlés qui travaillaient ensemble pour obtenir ce résultat, et ces fils ne pouvaient pas être indépendants. Et il n’est pas possible que le gouvernement américain lui-même n’ait pas été au courant du résultat final. Les économistes travaillant pour le gouvernement américain ne sont pas stupides, et de nombreux économistes privés décrivaient les événements et prédisaient la seule issue possible. La seule thèse qui corresponde à tous les faits est que l’effondrement de 2008 était planifié et que le gouvernement américain, si totalement contrôlé depuis la City de Londres, a sciemment permis qu’il se produise. Encore une fois, en résumé, une poignée de personnes a profité de milliers de milliards de dollars en quelques années, dans cette seule entreprise.

 

Et il n’y avait pas que des maisons, et pas seulement en 2008. Dans un article intitulé « Destroyers of US Democracy » [27], Chris Hedges cite un rapport de la RAND Corporation qui déclare : “Ces politiciens de l’establishment et leurs juges nommés ont promulgué des lois qui ont permis aux 1 % du haut de l’échelle de piller 54 000 milliards de dollars aux 90 % du bas de l’échelle, de 1975 à 2022, à raison de 2 500 milliards de dollars par an, selon une étude de la RAND corporation”[28][29]

 

Pour ceux qui ne le savent pas, la RAND est une société satanique méprisable qui passe la plupart de son temps à planifier des guerres, à concevoir des régimes de torture (Vietnam Phoenix, Guantanamo Bay, Baghram, Diego Garcia), et à comploter pour le contrôle politique mondial. Mais les gens de RAND savent calculer, surtout si l’on considère qu’ils ont planifié les méthodes de pillage dont ils se vantent aujourd’hui. Notez que l’euphémisme “top 1%” n’est pas vraiment le top 1% mais un petit groupe de banquiers et d’industriels juifs, y compris les propriétaires (Rothschild et autres) de la FED américaine. Une énorme partie de ce pillage a eu lieu en 2008 et les années suivantes ; je ne prendrai pas la peine de faire le total avec les intérêts.

Entrée de registre : 54 trillions de dollars en dollars d’aujourd’hui

 

(11) Le grand vol d’or – Partie I – La FED américaine

 

Dans les premières années qui ont suivi la création de la FED, propriété des Rothschild, les États-Unis étaient encore soumis à l’étalon-or pour leur monnaie ; la FED ne pouvait émettre de la nouvelle monnaie que si elle était composée d’au moins 40% d’or. Mais, comme les banquiers juifs l’ont toujours fait dans tous les pays, ils ont émis du papier-monnaie bien au-delà des limites autorisées, ce qui a été la cause première de la Grande Dépression de 1929. En 1933, la FED ne disposait que d’environ 6 000 tonnes d’or dans ses coffres, et il lui en manquait environ 50 000 tonnes pour couvrir la monnaie papier qu’elle avait émise. Le public était généralement conscient de ce qui se passait et, inquiet de voir la monnaie papier américaine perdre toute valeur, il dépensait le papier et thésaurisait les pièces et les lingots d’or, tandis que les petites banques et les entreprises thésaurisaient les lingots d’or. Il n’y avait aucun moyen de sortir de ce piège. La FED avait besoin d’une énorme infusion d’or pour empêcher l’effondrement de la monnaie, mais ses propriétaires n’avaient aucune intention d’investir leur propre argent pour empêcher l’effondrement financier de l’Amérique. Leur solution était de convaincre Roosevelt et le Congrès que le vrai problème c’était les citoyens qui empêchaient l’économie de prospérer naturellement, en détenant de l’or. Sur leurs conseils, Roosevelt a adopté la fameuse disposition 1602 qui confisquait tout l’or détenu à titre privé (sous toutes ses formes) aux États-Unis, tous les citoyens étant contraints de remettre leur or à la FED, sous peine d’une amende de 10 000 dollars et d’une peine de prison de 10 ans. Notez que l’or n’a pas été remis au département du Trésor américain, mais à la FED, propriété privée.



L’or a été échangé contre du papier-monnaie, ce qui signifie que les propriétaires de la FED ont utilisé le pouvoir du gouvernement américain pour confisquer tout l’or détenu à titre privé aux États-Unis, pour le seul coût de l’impression du papier. Selon les données disponibles, les citoyens ont remis près de 3 000 tonnes métriques d’or, principalement sous forme de pièces. La quantité de lingots et de barres d’or cédés par le secteur privé est extrêmement difficile à déterminer avec précision. Toutes les analyses historiques se concentrent sur les pièces d’or et ignorent les lingots, qui devaient pourtant représenter de loin la plus grande partie, car une clause standard des contrats commerciaux de l’époque stipulait que les règlements se feraient en or et les entreprises et que les banques devaient en posséder des stocks importants. Les études historiques se donnent beaucoup de mal pour retracer toute la production de pièces d’or, pour estimer la quantité restant en circulation et donc la quantité remise à la FED. Il semblerait que la méthode la plus simple serait de demander simplement à la FED la quantité de pièces remises, mais la FED refuse apparemment de donner cette information, et reste muette sur la question des barres et des lingots. Mon estimation pour les lingots était d’environ 6 000 ou 7 000 tonnes au minimum, pour un total d’environ 10 000 tonnes, mais Seagrave cite des sources crédibles affirmant que la FED en a acheté 18 000 tonnes, je vais donc utiliser ce chiffre.

 

Cependant, cela était loin d’être suffisant pour couvrir le déficit de 50 000 tonnes, aussi les banquiers juifs – dirigés par le juif Morgenthau, qui était alors secrétaire au Trésor – ont-ils dévalué le dollar américain d’environ 70 % immédiatement après la confiscation de l’or, faisant ainsi passer le prix de l’or de 20 à 35 dollars, et réduisant considérablement le déficit de la FED. Mais cela a eu pour résultat tragique que les Américains ont été non seulement floués par la perte de leur seul véritable actif monétaire, mais aussi par la perte de valeur de 70%. Il y a eu des poursuites judiciaires bien sûr, les tribunaux ayant essentiellement déterminé que l’action du gouvernement était illégale et inconstitutionnelle, mais que les citoyens n’avaient aucun recours.

 

En résumé, pour renflouer la FED, Rothschild (ou ses collègues) a convaincu Roosevelt de faire passer une loi permettant à Rothschild de confisquer tout l’or détenu à titre privé en Amérique et de dévaluer de 70% le papier donné aux Américains en échange de cet or. Ces 18 000 tonnes métriques d’or avaient alors une valeur d’environ 20 milliards de dollars*, enlevées au peuple au milieu de la pire récession de mémoire d’homme, sûrement l’un des actes les plus cruels et les plus inhumains possibles à l’époque. Une ruée vers l’or de la Réserve fédérale était imminente, et tout cet acte visait simplement à empêcher l’effondrement financier de la FED – au prix d’un appauvrissement supplémentaire de la population et d’une prolongation de la Grande Dépression de plusieurs années. [30][31][32][33]

* 32 150 onces par tonne métrique à 35 dollars l’once (environ 1 million de dollars par tonne) multiplié par 18 000 tonnes métriques. Aujourd’hui, cet or vaut environ 1 700 dollars par once, soit environ 50 millions de dollars par tonne, multiplié par 18 000 tonnes = environ 1 000 milliards de dollars.

Entrée de registre : 1 trillion de dollars en dollars d’aujourd’hui

 

(12) La loi américaine sur l’achat d’argent de 1934



Ils ne se sont pas arrêtés là. L’année suivante, en 1934, le président Roosevelt a mis en œuvre un autre décret, le numéro 6814, le Silver Purchase Act, qui prévoyait la saisie de tout l’argent des États-Unis et un vaste programme d’achat d’argent sur le marché libre à près de trois fois le prix du marché de l’époque. De tout point de vue rationnel, cette action était bizarre. Le gouvernement américain a effectivement nationalisé les stocks d’argent américains, mais en achetant cet argent aux Américains à l’ancien prix de 0,45 $. Cette action a permis d’aspirer des milliards de dollars de fonds publics rares au plus profond de la Grande Dépression, alors que la plupart des Américains luttaient pour survivre et éviter la famine et la faillite. [34]

 

Après avoir accompli cela, Roosevelt a ensuite appliqué de manière encore plus bizarre la deuxième partie de la loi qui ordonnait au Trésor d’acheter de l’argent à un prix d’au moins 1,29 USD l’once, soit près de trois fois le prix du marché de l’époque que les citoyens américains recevaient. La loi autorisait principalement le Trésor à acheter de l’argent “de pays étrangers” sur le marché libre – sur le New York Futures Exchange. Mais cette loi était totalement bizarre car de tels achats n’avaient jamais eu lieu, et n’auraient jamais lieu. Même un fou ne dépenserait pas d’argent pour acheter quelque chose à 1,29 dollar alors que cette marchandise était largement disponible sur les marchés mondiaux à 0,45 dollar. Alors, qu’est-ce qui a vraiment motivé cette nouvelle politique ?

 

Jusqu’à cette époque, la Chine avait utilisé l’étalon argent pour sa monnaie pendant des centaines d’années, la seule monnaie au monde entièrement soutenue par un métal précieux, et responsable de la création d’une base économique solide et stable, permettant à la Chine d’échapper complètement à la Grande Dépression qui ravageait le reste du monde. La politique américaine en matière d’argent a bien sûr porté un coup dévastateur à cette stabilité séculaire, car les Américains n’achetaient pas l’argent des pays étrangers sur le marché libre, mais uniquement en Chine par l’intermédiaire des banques américaines comme Citibank, Morgan et Chase, car elles étaient à l’abri des réglementations chinoises en matière d’exportation. Ces agents américains offraient aux Chinois trois fois le prix du marché pour leur argent, ce qui entraînait naturellement un afflux d’argent dans ces banques et de là, il était expédié aux États-Unis sur des navires militaires américains. J’ai vu des déclarations d’historiens selon lesquelles la Chine possédait environ 1 milliard d’onces d’argent, ce qui représentait à l’époque un tiers des stocks mondiaux, mais c’est clairement faux puisque Shanghai à elle seule perdait un demi-milliard d’onces par mois, et que les banques chinoises, dont la monnaie était normalement garantie à 60 % par de l’argent, n’en possédaient plus que 4 % environ. [35][36]

 

Un lecteur attentif devrait avoir remarqué que la pièce la plus importante de ce puzzle est manquante. Récapitulons : (1) Le gouvernement américain a acheté tout l’or existant dans les mains privées aux États-Unis, puis a donné tout cet or gratuitement en cadeau à Rothschild et aux autres propriétaires (juifs) de la FED. (2) Le gouvernement américain a ensuite acheté tout l’argent des États-Unis et l’a également donné en cadeau à la FED de Rothschild. (3) Il a ensuite institué une politique d’achat par le Trésor américain de tout l’argent de la Chine à trois fois le prix du marché mondial et a fait don de tout cet argent à la FED de Rothschild. La partie qui manque, c’est l’argent. C’était au milieu de la plus grave dépression de mémoire d’homme, les gens mouraient de faim, le gouvernement américain n’avait pas d’argent et la monnaie ainsi que la FED étaient en danger d’effondrement. Comment Roosevelt pouvait-il se permettre d’acheter tous ces métaux précieux et de les offrir à quelques banquiers juifs ? C’est simple. Ils lui avaient prêté l’argent en imprimant du papier, et en percevant non seulement le principal mais aussi les intérêts. Roosevelt n’avait pas l’argent pour acheter un cadeau de Noël à Rothschild, alors Rothschild a prêté l’argent à Roosevelt – avec des intérêts, pour qu’il lui achète son cadeau. Et c’est ainsi que les États-Unis se sont endettés de 33 milliards de dollars en 1933[37].

 

Il n’est pas possible d’estimer avec précision la valeur totale de l’argent extrait des États-Unis ou de la Chine, c’est pourquoi je ne fais pas d’entrée légale ici.

Entrée de registre : 0 milliard de dollars en dollars d’aujourd’hui

Vous vous demandez peut-être pourquoi les banquiers juifs de la FED n’ont pas essayé d’acheter tout l’or de la Chine. Ils n’en ont pas eu besoin, car certains de leurs amis les plus proches étaient déjà sur cette voie. Voir Citibank, ci-dessous.

 

(13) La Citibank – Le grand vol d’or

 

Les Chinois ont toujours thésaurisé de l’or, individuellement, à titre de sécurité, et ils le faisaient certainement en 1902 lorsque la Citibank est arrivée en Chine au bord de la faillite et avait besoin d’un moyen astucieux pour reconstituer sa base d’actifs. La Citibank l’a trouvé. La banque a fait de la publicité dans tout le pays pour montrer qu’il était dangereux de conserver des lingots d’or dans une chaussette sous le lit, et a réussi à convaincre au moins 100 millions de Chinois de déposer leur or dans les coffres de la Citibank, où il serait en sécurité. Après plus de 40 ans d’activité, alors que les nuages de la guerre s’amoncelaient, la Citi a chargé des dizaines de navires militaires américains avec tout cet or chinois et a fermé ses portes sans même dire au revoir. L’or, bien sûr, aurait été remis à la FED en échange de papier. Aujourd’hui encore, des gens essaient de récupérer leur or auprès de la Citibank. Comme la documentation est irréfutable, les tribunaux américains ont autorisé les poursuites, mais à la condition que les demandeurs se présentent en personne aux procès. Pas de problème, mais les consulats américains en Chine refusent de délivrer des visas pour que ces personnes puissent se rendre aux États-Unis. Pas de visas de voyage, pas de poursuites judiciaires contre la Citibank, pas de récupération de l’or chinois. L’or a bien sûr été remis à la FED américaine en échange de papier.

 

Cette histoire ne s’arrête pas là, puisque la Citibank a fait le même coup dans une douzaine de pays. Si cela fonctionne à un endroit, cela devrait fonctionner partout. Au moment même où, en 1902, la Citi (International Banking Corporation) s’est enregistrée en Chine, elle a également ouvert des opérations bancaires à Manille, Calcutta, Singapour, Yokohama, au Brésil, en Argentine et dans d’autres pays. En Argentine, la Citibank était tellement détestée pour ces vols d’or qu’en 1927, un groupe de “clients” victimes s’est vengé en faisant exploser le siège de la Citibank et celui de la Bank of Boston, et ils détestaient tellement le gouvernement américain (et les Américains en général) pour avoir protégé la Citibank qu’ils ont également bombardé l’ambassade américaine et la Ford Motor company. Si l’on ne tient pas compte des vols commis dans tous les autres pays, la quantité d’or volée par la Citibank (et Chase et Morgan) aux seuls citoyens chinois s’élève à des dizaines de milliards, sur la période allant de 1902 à 1949, mais il est presque impossible de la calculer avec précision, et je ne ferai pas d’entrée de journal pour cela.

Inscription au registre : 0 trillion de dollars en dollars d’aujourd’hui.

 

(14) Le grand vol d’or – Partie 2 – La FED américaine

 

C’est l’une des fraudes les plus stupéfiantes jamais perpétrées dans l’histoire du monde, une fraude qui semble avoir été expurgée de tous nos livres d’histoire, au point que je doute qu’une personne sur un million en ait connaissance. Comme toutes les bonnes arnaques, elle était simple : De 1932 au début de la Seconde Guerre mondiale, le gouvernement américain et les médias juifs ont fait croire au monde entier que le Japon ou l’Allemagne envahiraient tous les pays et pilleraient inévitablement toutes leurs banques centrales et commerciales. La solution proposée était que toutes les banques de toutes les nations du monde remettent toutes leurs réserves d’or à la FED américaine pour qu’elle les garde jusqu’à la fin de la guerre. Et elles l’ont fait. Chaque jour, le New York Times enregistrait fidèlement les envois de millions de dollars d’or de toutes ces nations vers les USA. Un article du NYT affirme que sept destroyers de la marine américaine chargés de 125 000 tonnes d’or chinois ont navigué vers les États-Unis en 1938, un exemple parmi tant d’autres. Ces “dépôts” étaient attestés par des certificats d’or émis par le Trésor américain, bien que l’or soit en fait allé à la FED américaine.




Cependant, il ne semble pas y avoir le moindre exemple crédible d’une quelconque restitution de cet or à ses propriétaires. Dans tous les cas, la FED a déclaré que les certificats présentés étaient soit des faux, avec des fautes d’orthographe évidentes et d’autres erreurs, soit qu’elle ne pouvait tout simplement pas “confirmer l’émission de certificats” avec ces numéros de série, et a refusé de les racheter. Un journaliste du Financial Times a affirmé :

 

“On en est arrivé à un point où vous pouvez entrer dans l’une des grandes banques de New York, Londres ou Zurich, leur donner une demi-tonne d’or en échange d’un certificat de propriété, faire le tour du pâté de maisons pendant 10 minutes, entrer à nouveau dans la même banque, et ils nieront vous avoir jamais vu auparavant, et vous feront arrêter pour leur avoir présenté un certificat contrefait. »

 

Mais ensuite, des événements très étranges se produisent. Un avion de la CIA a été découvert après un crash dans la jungle des Philippines, contenant des billions de dollars de ces mêmes certificats, et c’étaient clairement des originaux et non des faux. Suite à cette découverte, à la publicité qui en a découlé et à l’apparition de demandes de rachat de ces certificats, la FED a paniqué, ce qui a conduit à quelque chose de vraiment bizarre : la FED a soudainement décidé de fondre et de refondre la totalité de son stock d’or dans le but déclaré de “préférer avoir tous ses lingots d’or dans le même format”. Aucune explication n’a été fournie, mais aucune n’était vraiment nécessaire. Refondre des dizaines de milliers de tonnes d’or est une entreprise énorme, compliquée et très coûteuse, qui ne serait jamais réalisée pour la raison insensée de changer la forme des lingots. Quel que soit l’objectif déclaré de la FED, le résultat principal est que l’or refondu ne contient plus ses marques d’origine, ce qui signifie qu’il n’y a plus aucun moyen d’identifier la source originale de cet or. Et cela signifie que personne ne pourra jamais prouver que l’or détenu par la FED était l’or qui a été – en termes réels – volé – à presque tous les pays du monde.


Un exemple célèbre est celui des stocks d’or de la banque centrale de Chine. Lorsque Chiang Kai-Shek a perdu la guerre civile chinoise et s’est enfui à Taïwan, son dernier acte a été de piller tout l’or de la banque centrale de Chine continentale et des banques commerciales, et d’emporter les tonnes de lingots avec lui à Taïwan – sous la protection des Américains. Pour renforcer leur protection, les États-Unis ont convaincu Chiang de les laisser acheminer l’or aux États-Unis “en lieu sûr” au cas où la Chine attaquerait Taïwan et lui volerait “son” or. Ce trésor en lingots n’a jamais été restitué. En fait, longtemps après la morde son mari, et jusqu’au jour de sa mort, Mme Chiang n’a cessé d’argumenter, de se battre, de supplier et de poursuivre le gouvernement américain et la FED pour obtenir le retour de “son” or. Elle a échoué, et l’affaire est morte. Aujourd’hui, Taiwan n’en a pas connaissance.

 

Il ne semble pas exister de registre unifié de toutes les expéditions d’or livrées à la FED américaine dans le cadre de ce plan, mais il devait s’agir au moins de dizaines, voire de centaines de milliards, et cela s’est produit dans les années 1930, il y a près de 90 ans maintenant. Si nous supposons un total prudent collecté dans le monde entier de seulement cinq fois celui confisqué aux seuls États-Unis, cela nous donne environ 100 000 tonnes métriques, à environ 50 millions de dollars par tonne aux prix d’aujourd’hui, soit environ 5 000 milliards de dollars. Tout cet or est allé dans les poches des quelques banquiers (juifs) qui possèdent la FED américaine.

Pour que ce soit parfaitement clair, Rothschild et d’autres banquiers (juifs) ont concocté un plan pour voler littéralement tous les stocks d’or de toutes les banques centrales et banques commerciales de tous les pays du monde. Ces personnages étaient à l’époque en train d’instiguer une seconde guerre mondiale, et ont utilisé la peur de celle-ci pour soutenir leur plan. Ils ont utilisé toute l’influence de la propagande alarmiste des médias juifs, combinée au vaste pouvoir d’intimidation de la Maison Blanche et du Département d’État américains, ainsi qu’au pouvoir coercitif de l’armée américaine, pour contraindre toutes les banques centrales du monde et les banques commerciales de chaque nation à remettre leurs stocks d’or à la FED américaine pour qu’elle les “conserve”. Il n’a jamais été question de restituer une partie de cet or après la guerre. Il devrait être évident que le gouvernement américain était impliqué dans cette atrocité criminelle jusqu’au cou, jouant le rôle d’exécuteur et d’homme de main de certains juifs, collectant et livrant tout cet or non pas au Trésor américain, mais à la FED, et ne présentant donc aucun avantage pour les États-Unis. Le gouvernement américain ne faisait qu’obéir à son maître.

 

Entrée de registre : 5 000 milliards de dollars en dollars d’aujourd’hui

 

L’homme le plus riche du monde: Deuxième partie,

MIS À JOUR LE 12 DÉCEMBRE 2022 L’HOMME LE PLUS RICHE DU MONDE: DEUXIÈME PARTIE,

PAR LARRY ROMANOFF (21 NOVEMBRE 2022)

 

Contenus

·          

o    Qui est l’homme le plus riche du monde, selon Larry Romanoff.

§  Deuxième partie.

§  Combien d’or y a-t-il dans le monde ?

§  (15) Le butin de guerre

§  (16) Le lys d’or du Japon

§  (18) La saisie des biens industriels allemands

§  P

§  (b) Opération Paperclip – La Seconde Guerre mondiale

§  (19) L’appropriation de pays producteurs de pétrole

§  (20) Privatisation, 1ère partie

§  (20) Privatisation, deuxième partie

§  (21) La Banque mondiale et le FMI. Infrastructures et dette

§  (22) Le financement de la guerre

§  (12) C’est ma monnaie, mais c’est  votre problème

§  Epilogue :

§  Sur l’auteur:

 

Qui est l’homme le plus riche du monde, selon Larry Romanoff.

Deuxième partie.

 

Combien d’or y a-t-il dans le monde ?

 

Warren Buffett dit environ 175 000 tonnes, mais son estimation n’a aucune valeur et peu de gens sont d’accord avec lui. En fait, son estimation provient de la source (juive) de Thompson Reuters[38] et devrait être écartée par principe. Les estimations vont de ce niveau à celui de l’Institut de l’étalon-or, qui est de plus de 2,5 millions de tonnes. Une partie du problème est que l’or est exploité depuis des millénaires et que personne ne sait combien il en reste. Le même problème existe dans les estimations de l’offre totale d’or dans les différentes nations à différents moments de l’histoire. Les représentants de la FED américaine tentent de minimiser les effets de leur vol d’or dans le monde entier dans les années 1930 en sous-estimant grossièrement la quantité de lingots d’or aux États-Unis à cette époque, et ils ont fait de même pour la plupart des autres pays. Nous avons également le problème inverse là où, selon les récits de certains soi-disant « historiens », les nazis ont pillé aux seuls Juifs dix fois le volume total d’or existant dans ces pays.

 

Un aparté important : la FED américaine

 

En 2013, des rapports médiatiques rapidement enterrés et censurés aux États-Unis, mais pas en Europe, ont fait état de la requête de l’Allemagne pour rapatrier ses avoirs en or auprès de la FED américaine. Le gouvernement allemand avait stocké environ la moitié de ses réserves d’or dans les coffres de la FED à New York. La banque centrale allemande a décidé de rapatrier tout son or, mais la FED a refusé la demande, affirmant qu’un tel mouvement serait impossible et qu’il lui faudrait jusqu’en 2020 pour être en mesure d’effectuer le transfert. Le gouvernement allemand a alors demandé à visiter les coffres de la FED pour inventorier l’or et déterminer son existence réelle, mais la FED a refusé de permettre à l’Allemagne d’examiner son propre or. Les raisons invoquées étaient “la sécurité” et “pas de place pour les visiteurs”. Après avoir insisté sur cette étrange tournure des événements, l’Allemagne a finalement envoyé du personnel à la FED, qui n’a été autorisé qu’à entrer dans l’antichambre de la chambre forte, où on lui a montré 5 ou 6 lingots d’or “représentatifs de ses avoirs”, mais n’a pu voir rien d’autre. Les fonctionnaires allemands sont revenus une deuxième fois, avec encore plus de détermination, et à ce moment-là, la FED n’a apparemment ouvert qu’un seul des neuf coffres et a permis aux Allemands de regarder la pile d’or à une distance considérable, mais ils n’ont pas été autorisés à entrer ou à toucher. Après une insistance répétée, l’Allemagne a récupéré une petite partie de ses avoirs en or, mais elle a été expédiée par la banque centrale de France, qui appartient aux mêmes… que ceux qui possèdent la FED.

 

Depuis de nombreuses années, on spécule sur le fait que la FED ne possède pas beaucoup d’or, ou même pas d’or du tout, qu’elle l’aurait vendu, prêté ou utilisé comme garantie pour des emprunts. On entend aujourd’hui des affirmations répétées selon lesquelles l’or censé être stocké au nom de nombreuses nations n’existe pas réellement. Personne, à part le personnel de la FED, n’a été autorisé à pénétrer dans les coffres pour voir ou inventorier l’or, et rien ne prouve que l’or existe réellement.

 

Pire encore, la situation est la même avec le supposé dépôt d’or de Fort Knox, le lieu de stockage de ce qui est censé être la totalité des avoirs en or du Trésor américain. La plupart des gens croient que Ft. Knox est un coffre-fort gouvernemental mais, bien qu’il soit construit sur un terrain gouvernemental, il est géré par la FED et l’ensemble de son contenu est la propriété de la FED, et non du Trésor américain. Il est vrai que depuis la création du Système fédéral de réserve en 1913, le contenu de Fort Knox appartient à la FED mais est gardé par l’armée américaine. Et personne ne sait ce qui s’y trouve.

 

Le dernier audit, et la dernière visite publique, remonte à 1953, juste après l’entrée en fonction d’Eisenhower. Aucun expert extérieur n’a été autorisé lors de cet audit, et l’équipe d’audit n’a testé qu’environ 5 % de l’or présent. Il n’y a même pas eu d’inventaire, et encore moins d’audit complet de Fort Knox en 70 ans. En 1974, six membres du Congrès, un sénateur et la presse ont été autorisés à entrer dans Fort Knox pour voir par eux-mêmes si l’or s’y trouvait ou non. La visite a montré qu’il y avait quelque chose dans Fort Knox qui ressemblait à de l’or, mais elle a suscité encore plus de controverses. Seule une petite partie de l’or a été mise à la disposition des visiteurs, et un membre du Congrès a publié un rapport indiquant que les lingots d’or détenus dans le fort étaient moins lourds que prévu. Ces dernières années, plusieurs politiciens américains ont affirmé qu’il y avait de fortes chances que ni Fort Knox ni la FED ne détiennent d’or, et ont exigé un inventaire et des tests complets et publics, mais la FED a résolument refusé.

 

Étant donné la quasi-certitude que la FED et le Trésor américain ont peu d’or, on a beaucoup spéculé sur l’emplacement des réserves d’or mondiales qui existeraient à la FED sur le papier mais pas en réalité. Je ne sais pas où se trouve l’or, mais si je devais deviner, je dirais qu’il se trouve au plus profond des montagnes suisses, dans les centaines de tunnels creusés dans la roche sous le nouveau siège de la BRI – la Banque des règlements internationaux, qui est à son tour détenue par le même Rothschild qui possède la FED et diverses autres banques centrales européennes.

 

(15) Le butin de guerre

 

Il s’agit d’un sujet qui est rarement, voire jamais, porté à notre attention – à l’exception notable des histoires persistantes selon lesquelles les Allemands confisquaient des œuvres d’art et d’autres trésors aux Juifs. Mais la vérité historique est tout autre, et de nombreux éléments prouvent que ce sont des juifs qui ont commis la plupart, voire la totalité, des pillages en temps de guerre. Nous avons eu droit à environ 85 ans d’accusations ininterrompues selon lesquelles les Allemands auraient pillé les juifs pendant les deux guerres mondiales, mais aucune preuve crédible n’a été présentée à ce sujet et, à l’examen, les histoires de pillage des juifs par les Allemands appartiennent à la même catégorie que les baignoires remplies de globes oculaires et la fonte de graisse juive pour fabriquer de la glycérine pour les explosifs. Il ne fait aucun doute que des pillages sont commis par toutes les parties au cours de toutes les guerres, mais, comme nous le verrons, ce sont des juifs qui semblent avoir commis la plupart des pillages, couvrant leurs crimes grâce à leur contrôle des médias de masse.

 

À titre d’exemple récent, l’Irak a été décrit avec justesse comme “un berceau de civilisation”. Il en résulte qu’avant l’invasion américaine, l’Irak regorgeait d’artefacts archéologiques, de trésors artistiques, de parchemins et d’autres objets accumulés au fil des siècles, dont beaucoup avaient une grande valeur financière mais aussi une immense signification historique. Tous ont disparu. Les troupes américaines ont pillé la plus grande partie du pays, les rapports indiquant que tous les musées irakiens sont aujourd’hui complètement vides. Les objets de valeur et les artefacts historiques ont été volés non seulement dans les musées et les bibliothèques, mais aussi dans les maisons privées. L’Irak a été pillé dans sa totalité. Selon les estimations publiées, au moins 200 000 objets d’art et de culture, dont beaucoup avaient une valeur inestimable pour l’histoire du monde, ont été volés dans les musées irakiens de Bagdad, Mossoul et d’autres villes. Le gouvernement américain prétend qu’il ne s’agissait que de quelques actions de voyous qu’il désapprouvait, mais les faits nous disent le contraire, et en effet, nombre de ces objets sont apparus dans d’autres musées et collections juives privées – en Israël, entre autres. Il n’y a aucun moyen d’évaluer ce phénomène, mais l’ampleur est considérable et il ne s’agit que d’une situation parmi tant d’autres.

 

L’Union soviétique insiste sur le fait que les États-Unis et divers juifs détiennent toujours des collections inestimables d’œuvres d’art soviétiques volées, saisies par des juifs lorsqu’ils ont fui la Russie après leur révolution ratée. Les États-Unis et les juifs ont naturellement rejeté cette affirmation, mais ils ont ensuite été pris en flagrant délit de mensonge lorsque des chercheurs ont découvert des documents prouvant que les États-Unis avaient effectivement conservé une quantité énorme de trésors artistiques – qui avaient entre-temps disparu dans des collections privées du groupe habituel de suspects. Il existe également des rapports documentés selon lesquels, à la fin de la Seconde Guerre mondiale, l’armée américaine a vidé un train de 24 wagons remplis d’or, d’argent et de divers objets d’art allemands coûteux dont la valeur était estimée à plusieurs milliards à l’époque, objets que les Allemands tentaient de protéger du pillage par les Juifs et les Alliés. En outre, plusieurs milliards d’or supplémentaires ont disparu de la Reichsbank à peu près à la même époque, et n’ont jamais été retrouvés.

 

Les détails des vols de trésors européens sont obscurs et très compliqués, avec des réclamations et des demandes reconventionnelles. Il est facile et tentant de rejeter les histoires de chasse au trésor en Allemagne comme des récits de guerre exagérés. Cependant, au cours des 70 dernières années, nous avons été inondés d’histoires de pillages de métaux précieux et d’œuvres d’art inestimables par les Allemands dans toute l’Europe, et plus particulièrement détenus par des juifs, mais l’histoire ne s’arrête pas là. Tout d’abord, après que des Juifs eurent achevé leur révolution bolchevique en Russie en 1917, ils ont pillé le pays tout entier, en commençant par tout l’or de la banque centrale qui a été expédié aux États-Unis en paiement à Jacob Schiff pour le financement de la révolution. Mais la Russie a été pillée de bien plus que de l’or, la classe moyenne relativement aisée possédant des milliards de métaux précieux, des artefacts et des œuvres d’art inestimables, ainsi que la quasi-totalité des avoirs des Romanov – la famille royale russe. La plupart de ces biens ont été sortis du pays, en grande partie vers l’Allemagne et l’Autriche, lorsque les Juifs bolcheviques ont fui la Russie. Une grande partie de ce trésor et de cet or pillés se serait presque certainement retrouvée entre les mains des Juifs de la City de Londres. Il existe d’ailleurs une documentation substantielle qui prouve que les États-Unis et les Juifs ont effectivement pillé l’Allemagne à la fin des deux guerres. Étant donné les faits de l’opération Paperclip, cela ne devrait être une surprise pour personne.

 

Mais en termes de pillage et de destruction, il y a eu quelque chose de bien pire : deux des plus grands actes de génocide culturel de l’histoire du monde ont été perpétrés par les Juifs khazars, et tous deux en Chine, une autre partie de l’histoire qu’ils ont réussi à enterrer complètement. Celui qui nous intéresse ici est le pillage et l’incendie du Palais d’été de la Chine, le Yuanmingyuan, qui contenait plus de dix millions de trésors historiques et d’ouvrages savants parmi les plus beaux et les plus précieux, rassemblés en un seul endroit et représentant 5 000 ans d’histoire chinoise.

 

Les trafiquants juifs ont décidé de punir la Chine pour avoir refusé leur opium. Rothschild et Sassoon ont donc obtenu la permission de la reine Victoria et un engagement pour l’utilisation de ses troupes afin de piller et de détruire l’ensemble du complexe [39] pour, selon leurs propres termes, “ouvrir une blessure qui ne guérirait jamais”. Le complexe était si vaste (huit fois la taille de la Cité du Vatican) qu’il a fallu à 7 500 soldats près de trois semaines pour le piller et le brûler. Ce qui ne pouvait pas être pillé a été détruit, et l’ensemble de l’immense palais a été réduit en cendres. Ce vol gratuit et la destruction totale de l’une des plus grandes collections de trésors historiques du monde ont été orchestrés par les Rothschild et les Sassoon en représailles à la résistance chinoise à leur opium. En apprenant la nouvelle, l’empereur de Chine a vomi du sang et est mort peu après. À plusieurs reprises, certains des artefacts les plus prisés apparaissent aujourd’hui dans des ventes aux enchères, toujours par des vendeurs juifs. Vous pouvez comprendre pourquoi tout le monde n’éprouve pas de sympathie pour les Juifs si les Allemands ont effectivement pillé certaines de leurs œuvres d’art. Selon toute vraisemblance, la plupart de ces objets avaient été pillés par des Juifs à quelqu’un d’autre.

 

Étant donné que nous ne pouvons pas obtenir les détails nécessaires pour documenter le pillage effectué par des juifs dans toutes leurs révolutions, de la Russie à l’Égypte, la Chine, l’Irak, la Libye, ni le pillage effectué par les Américains en leur nom, et notamment en Allemagne, je ne ferai pas d’entrée à ce sujet, mais je l’indiquerai simplement pour enregistrer l’ampleur du phénomène et pour souligner qu’une grande partie de ce qui a été volé par ces Juifs est inestimable.

Entrée au registre : 0 trillion de dollars en dollars d’aujourd’hui

 

(16) Le lys d’or du Japon

 

Cependant, il existe une autre affaire de pillage, impliquant le Japon, qui est un peu plus sinistre et qui joue dans la même ligue que celle des vainqueurs réclamant leur butin de guerre. Il semble que presque tout le monde soit au courant des pillages, pour la plupart imaginaires, commis par l’Allemagne, mais presque personne ne semble connaître le vaste catalogue de pillages presque incroyables commis par les Japonais. En effet, le Japon a pillé non seulement les banques centrales, mais aussi toutes les sources possibles de trésors lors de son passage en Chine et en Asie. L’or, l’argent, les bijoux, les œuvres d’art, tout ce qui avait de la valeur a été pillé, y compris dans des maisons privées, et expédié au Japon dès les premières phases de l’invasion. Cette connaissance a été totalement supprimée, n’ayant jamais pénétré dans l’esprit du grand public, à l’exception de brefs commentaires faits en passant.

 

Peu de gens aujourd’hui connaissent les termes de la reddition du Japon aux États-Unis à la fin de la Seconde Guerre mondiale. Il est peu connu que lorsque les Américains ont rédigé les documents de la capitulation du Japon, ils ont spécifiquement interdit les demandes de réparations de guerre contre le Japon. L’article 14(b) du traité stipulait :

“Les puissances alliées renoncent à toute demande de réparation de la part des puissances alliées, à toute autre demande des puissances alliées et de leurs ressortissants (c’est moi qui souligne) découlant de toute action entreprise par le Japon et ses ressortissants au cours de la poursuite de la guerre, ainsi qu’aux demandes des puissances alliées relatives aux coûts militaires directs de l’occupation”.

Le secrétaire d’État américain de l’époque, Allen Dulles, a fait pression sur les autres alliés et sur tous les pays asiatiques pour qu’ils signent cet accord de reddition. Seules la Chine et la Russie ont refusé d’être contraintes à signer.

 

Mais pourquoi empêcher les réparations ? Les États-Unis et les Juifs ont utilisé les réparations de guerre pour dépouiller l’Allemagne jusqu’à l’os, ne laissant que le squelette du pays. Le Japon était bien pire que l’Allemagne à tous égards, alors pourquoi cette étonnante générosité à son égard ? Les Japonais ont lourdement pillé toute l’Asie et ont expédié une partie de ce butin chez eux, mais, comme le butin de guerre était pillé de plus en plus loin de chez eux, les Japonais ont commencé à rassembler et à stocker leur butin en vue d’expéditions plus importantes par la suite. Malheureusement, à mesure que la guerre progressait, le Japon a commencé à perdre le contrôle des voies de navigation et le transfert au Japon n’était plus une option sûre. Partant du principe erroné que les États-Unis leur permettraient de conserver les Philippines en échange d’un cessez-le-feu, les Japonais ont choisi d’enterrer la majeure partie de l’or et des autres biens pillés aux Philippines. Il existe aujourd’hui de nombreux documents attestant que les officiers japonais ont créé des dizaines de dépôts profonds dans des grottes ou des zones souterraines creusées, les ont remplis du trésor pillé et ont détruit les entrées à l’aide d’explosifs. Il semble également que toutes les personnes ayant travaillé au transport, à l’excavation et au stockage de tout ce butin aient été enterrées à l’intérieur des cavernes, ne laissant apparemment que trois ou peut-être quatre personnes ayant connaissance du stockage ou de son emplacement. Il s’agissait du projet japonais du Lys d’or. [40][41][42][43][44]

 

Puis sont apparues des preuves substantielles et irréfutables que les Américains avaient appris l’existence du Golden Lily et qu’ils avaient capturé et torturé un individu, qui a révélé l’existence et l’emplacement d’au moins certains des sites. Comme le Japon pouvait difficilement revendiquer ce butin après la guerre et que les milliards cachés étaient désormais essentiellement orphelins, les Américains (et les Juifs) pouvaient les faire disparaître discrètement. Le problème est qu’il s’agit d’un crime énorme, même dans l’esprit des Américains, puisqu’il s’agit clairement d’un vol commis à l’encontre d’amis plutôt que d’ennemis, qui voudraient que leurs biens leur soient rendus. Les Américains ont trouvé la solution parfaite : la disposition relative à la confiscation des réparations dans le traité de capitulation du Japon signifiait en fait que ces nations – et leurs ressortissants – renonçaient à leurs droits sur tous les trésors pillés par le Japon, ce qui rendait les actions des Américains “légales”, à condition que toutes les parties signent le traité. Et toutes les parties, à l’exception de la Chine et de la Russie, ont effectivement été contraintes de signer.

 

Le général MacArthur, chargé de l’occupation, a déclaré avoir trouvé “de grands trésors d’or, d’argent, de pierres précieuses, de timbres-poste étrangers, de plaques de gravure et… de monnaie non légale au Japon”. Il y avait également un document de l’armée américaine contenant une déclaration faisant référence à “des caches non déclarées de ces trésors [dont] l’existence est connue”. Les forces d’occupation américaines avaient apparemment découvert au moins quelques-uns des sites du Lys d’or du Japon, contenant des milliards en or et autres objets de valeur. Cela ne fait aucun doute, et il existe des documents attestant que MacArthur a visité certains de ces sites ouverts et en a évalué le contenu.

 

Les Japonais ont pillé chaque nation jusqu’à l’os et, dans la mesure du possible, chaque citoyen, et il ne fait aucun doute que la valeur du butin devait se chiffrer en billions de dollars. Comme nous ne connaissons pas le nombre de sites découverts ni la proportion de métaux précieux dans chaque site, j’utiliserai une estimation prudente de seulement 500 milliards de dollars récupérés. Et comme rien ne prouve que ce butin soit jamais entré aux États-Unis, et encore moins qu’il ait été enregistré dans le Trésor américain, nous pouvons supposer sans risque qu’il a été collecté pour le compte de la FED. Nous pouvons utiliser l’une des deux mesures suivantes. Le prix de l’or à l’époque était d’environ 35 dollars l’once, les prix actuels (2022) se situant autour de 1 700 dollars, soit environ 50 fois plus, pour une valeur actuelle d’environ 25 000 milliards de dollars. L’autre méthode consiste à composer les 500 milliards de dollars à 5 % pendant 72 ans à partir de la fin de la guerre, ce qui nous donne une valeur actuelle d’environ 15 000 milliards de dollars. Je vais utiliser le chiffre le plus bas. Je dois noter ici que le montant réel récupéré est potentiellement beaucoup plus important que ce que j’ai supposé ici. L’ouvrage de Seagrave, Gold Warriors, raconte toute l’histoire de manière exhaustive[45],  et devrait être considéré comme une lecture obligatoire.

Entrée au registre : 15 000 milliards de dollars en dollars d’aujourd’hui

 

(17) L’île au trésor

 

En 1999, Edward Michaud a rédigé un excellent essai historique intitulé “Corregidor : l’île au trésor de la Seconde Guerre mondiale”[46][47]

dans lequel il décrit en détail le pillage des Philippines. À l’époque, on ne l’appelait pas “pillage”, mais c’est bien de cela qu’il s’agissait. Lorsque les Japonais ont envahi les Philippines, MacArthur a été contraint d’évacuer et de se réfugier sur l’île de Corregidor, avant laquelle il a fait deux choses. Il a ordonné la destruction de toutes les munitions et de tout le matériel de guerre pour ne pas en laisser aux Japonais, et il a rassemblé et expédié toute la richesse de la banque centrale des Philippines et toute la richesse personnelle qui pouvait être collectée auprès des citoyens locaux, “pour être envoyée aux États-Unis pour être mise en sécurité” et empêcher l’inévitable pillage par les Japonais.

 

Selon le rapport de Michaud, “les titres du gouvernement comprenaient à eux seuls plus de 51 tonnes de lingots d’or, 32 tonnes de lingots d’argent, 140 tonnes de pesos et de centavos d’argent, et des millions de billets du Trésor, d’obligations et d’actions de sociétés. Les biens civils … consistaient en environ deux tonnes de lingots d’or de différentes tailles, ainsi qu’une quantité inconnue de pierres précieuses et de devises étrangères. Lorsque l’ordre a été donné d’évacuer la ville, les nombreux inventaires et registres papier étaient encore incomplets, de nombreux citoyens n’ayant même pas reçu de reçus pour leurs objets de valeur. Une grande partie de ces biens était stockée dans des sections du grand complexe souterrain connu sous le nom de tunnel de Malinta. Les 51 tonnes restantes de lingots d’or du gouvernement, composées de 2 542 lingots de 42 livres chacun (20 kilos), ainsi que le reste de la monnaie fiduciaire et des titres, ont été stockées dans plusieurs des latéraux intérieurs du tunnel de la Marine, sur le côté sud du complexe du tunnel Malinta”.

 

La quasi-totalité de ces biens a été chargée sur les navires, grands ou petits, disponibles, et le tout a été transféré à Corregidor, où il a finalement été chargé sur des sous-marins américains et ramené aux États-Unis. Tout ce qui n’a pas pu être expédié à temps a été chargé sur des navires excédentaires qui ont été remorqués en eaux plus profondes et coulés, ce qui représente des centaines de tonnes de métaux précieux, dont une partie a pu être récupérée ultérieurement par les Japonais, mais qui a également été récupérée par les Américains. Les sous-marins ont été chargés pendant la nuit, lorsque l’aviation japonaise ne pouvait pas attaquer, et immergés pendant le jour par mesure de sécurité. Michaud pense que ce trésor philippin a été transporté à la Monnaie américaine, mais il a presque certainement fini à la FED puisque la Monnaie était presque une non-entité ne produisant que des pièces de métal bon marché. Il termine son essai en déclarant : “À la fin de la guerre, cette cargaison de titres, “ou du moins son équivalent monétaire”, a ensuite été retransférée au gouvernement philippin”, mais cette affirmation est absurde. Je n’ai vu aucune preuve pour l’étayer, et personne n’est en mesure de faire une telle affirmation puisqu’aucun inventaire précis n’a été fait dans la panique de l’évacuation avant l’arrivée des Japonais, et personne ne sait réellement ce qui a été pris. Quoi qu’il en soit, d’après les quelques faits disponibles, je n’ai rien vu qui permette d’affirmer que ces richesses ont jamais été restituées aux Philippines. Ce n’était pas le seul, ni le dernier, événement de ce type pendant la Seconde Guerre mondiale.

 

Dans ce calcul, je n’ai pas tenu compte des “centaines de tonnes” d’or et d’argent qui n’ont pas été chargées dans les sous-marins lors du premier effort, et j’ai ignoré la valeur de tous les trésors autres que les 53 tonnes d’or et les 175 tonnes de lingots d’argent. Là encore, il s’agit d’un montant relativement dérisoire par rapport aux autres crimes.

Entrée au registre : 3,3 milliards de dollars en dollars d’aujourd’hui

 

(18) La saisie des biens industriels allemands

 

Il semble que l’on ne sache pas du tout, et que l’on ait totalement occulté de l’histoire du monde, que le gouvernement et l’armée américains ont agi comme des voleurs à gages pour la mafia juive khazar de la City de Londres pendant au moins les 85 dernières années, et qu’ils le font encore aujourd’hui. Je ne peux présenter ici qu’un très bref résumé de nombreuses et très longues histoires criminelles, celles qui sont suffisamment documentées pour survivre devant un tribunal.

 

Ce sujet est beaucoup trop vaste pour être traité ici. J’ai longuement détaillé les saisies de la Première et de la Seconde Guerre mondiale dans un E-book qui est fortement annoté de références que je ne fournis pas ici[48].

 

Je vous invite à lire le chapitre cinq pour apprécier l’ampleur de ce qui a été fait. Tous les biens industriels allemands – et même les biens personnels – dans le monde entier, ont été saisis par l’armée américaine, principalement pour le compte de ces banquiers juifs, bien que les États-Unis eux-mêmes et leurs sociétés nationales en aient aussi largement profité. Encore une fois, les totaux auraient largement atteint les trillions de dollars – en 1915 et 1945, sans compter plus de 100 ans et 75 ans d’accumulation de profits, mais le paysage est si vaste qu’il n’est même pas possible de tenter une estimation crédible, et donc pas d’entrée Registre pour cet article.

 

(a) Les saisies de la Première Guerre mondiale

 

Cela ne semble pas très connu, mais ces mêmes banquiers juifs, utilisant à nouveau les États-Unis comme leur “exécuteur”, ont littéralement pillé tous les actifs industriels allemands – dans le monde entier – après les deux guerres mondiales. L’ampleur de ce pillage était inimaginable. À titre d’exemple, l’ensemble de la société Bayer a été vendue – à un agent juif – pour la somme de 5 millions de dollars, lors d’une “vente aux enchères” organisée sur le perron du siège social de Bayer. Bayer était à l’époque l’une des plus grandes entreprises du monde, produisant non seulement des produits chimiques mais aussi un vaste assortiment de médicaments, dont l’Aspirine qui était à l’époque le médicament le plus populaire du monde et le brevet le plus précieux. L’avocat juif Seymour J. Rubin a écrit qu’il était “clair et convaincant que, pour des raisons de justice”, un vainqueur ou un conquérant devait confisquer tous les biens et avoirs des vaincus.

 

Et ils ont confisqué à tour de bras. Ils ont saisi non seulement tous les actifs des entreprises allemandes dans le monde entier, mais aussi pratiquement tous les actifs personnels, avec des listes comme “trois chevaux”, “quelques rondins de cèdre”, “quelques tapis”, et bien sûr des comptes bancaires, des métaux précieux, des œuvres d’art. Tout cela était bien sûr illégal, mais les États-Unis ont adopté une loi les autorisant à le faire. Une loi spéciale stipulait que “toute personne d’origine allemande” qui avait été emprisonnée pour quelque raison que ce soit était classée comme étranger ennemi et faisait l’objet d’une saisie totale de ses biens. Ils ont donc jeté presque tous les Allemands en prison pour n’importe quel motif fallacieux, souvent pour deux ou trois jours seulement, juste le temps de les classer et de saisir leurs biens. C’était l’un des principaux objectifs de la guerre : dépouiller toute une race de gens de tous leurs avoirs, brevets et propriétés, pour abattre une nation qui devenait trop puissante et trop désobéissante aux Juifs.

 

Il n’y a aucun moyen d’estimer de manière crédible la valeur totale de toutes les saisies de la Première Guerre mondiale. Les biens personnels saisis aux États-Unis seulement s’élèveraient à environ 60 milliards de dollars d’aujourd’hui, mais il ne s’agissait que de biens personnels dans un seul pays, et de loin la plus petite partie des saisies. La valeur totale des actifs des entreprises allemandes saisis dans le monde entier s’élèverait aujourd’hui presque certainement à plusieurs milliers de milliards, mais le détail n’est pas disponible pour le calcul, donc pas d’entrée de journal.

Au registre : 0 trillion en dollars d’aujourd’hui.

 

(b) Opération Paperclip – La Seconde Guerre mondiale

 

Il s’agit sans aucun doute du deuxième vol le plus massif et le plus étendu jamais perpétré dans l’histoire du monde, dépassé seulement par le pillage de l’Inde (par des Juifs) un siècle auparavant. Comme lors de la Première Guerre mondiale, tous les biens de l’Allemagne dans le monde ont été confisqués, mais cette fois-ci après des années de planification qui ont commencé avant même la guerre. [49]

 

Les Juifs qui contrôlaient le gouvernement américain à l’époque, avaient organisé des milliers d’équipes avec des dizaines de milliers d’individus souvent à quelques mètres seulement derrière les troupes entrant en Allemagne à la fin de la guerre, et ils ont littéralement tout raflé. Ils sont arrivés par vagues, et ce qu’une vague n’a pas pris, la suivante l’a fait. Ils ont vidé chaque bibliothèque d’entreprise, chaque installation de recherche, chaque bureau de brevet, chaque usine, et ont tout simplement tout saisi. Même la Bibliothèque du Congrès avait sa propre mission à l’étranger, qui consistait à localiser et à confisquer tous les livres et revues publiés en Allemagne qui pouvaient présenter un intérêt pour une partie de l’Amérique industrielle ou scientifique.

 

Dans un cas, l’Office allemand des brevets a placé certains de ses brevets les plus secrets dans un puits de mine de 1 600 mètres, mais les Américains l’ont trouvé et ont confisqué tout le contenu en tant que “réparations de guerre” américaines. La valeur des plus de 800 000 brevets allemands saisis a été estimée à plus de 30 milliards de dollars, ce qui représenterait bien plus de 1 000 milliards de dollars en dollars d’aujourd’hui. Comme je l’ai mentionné plus haut, les entreprises enregistrées aux États-Unis en ont largement profité, mais nombre de ces entreprises “enregistrées aux États-Unis” étaient détenues ou contrôlées par des Juifs, et les banquiers et industriels juifs européens ont pris possession de tout, y compris des entreprises chimiques comme I. G. Farben, des entreprises automobiles comme Volkswagen, de grandes compagnies d’aviation comme Dornier et Messerschmitt, des entreprises pharmaceutiques comme Hoescht. Et cette brève liste n’inclut pas les saisies personnelles d’œuvres d’art, d’or et d’argent, de pierres précieuses et d’autres objets de valeur. Une fois de plus, une nation entière a été dépouillée jusqu’à l’os, mais cette fois-ci de manière beaucoup plus brutale que lors de la Première Guerre mondiale et, dans ce cas, entre 12 et 15 millions d’Allemands ont été tués de diverses manières avant, pendant et longtemps après le pillage. Les Allemands morts ne racontent pas leur victimisation, mais les Juifs vivants racontent depuis 75 ans comment ils ont été pillés par les Allemands. La vérité est assez différente.

 

Le pillage de l’Allemagne après la Seconde Guerre mondiale a été si vaste et si étendu que l’on ne peut permettre à cette catégorie de figurer sans entrée de fonds. Je fais donc une entrée de 10 000 milliards de dollars en dollars d’aujourd’hui, un chiffre que je crois facilement défendable et excessivement conservateur.

Entrée au registre : 10 000 milliards de dollars en dollars d’aujourd’hui

 

(19) L’appropriation de pays producteurs de pétrole

 

Il ne semble pas que l’on comprenne ou que l’on évalue le fait que l’Irak et la Libye ont été littéralement détournés, comme des avoirs, par les Juifs européens, l’armée américaine servant d’exécutant. Les deux pays ont été pris en charge, des gouvernements fantoches ont été installés, de nouvelles banques centrales juives privées ont été créées et, au moins dans le cas de l’Irak, pratiquement toutes les entreprises commerciales ont été confiées à de “nouveaux propriétaires”. Dans le cas de l’Irak, les banquiers juifs se sont attribués 65% du pétrole irakien – sans frais, laissant l’Irak avec les revenus de seulement 35% de sa propre production de pétrole. De plus, une grande partie du pétrole exporté d’Irak n’est pas mesurée, de sorte que personne ne sait réellement quelle part du pétrole irakien est littéralement volée par cette méthode. Seule la quantité mesurée est partagée à 65/35. Dans le cas de la Libye, tout le pétrole est confisqué par ces mêmes banquiers juifs, là encore avec une présence permanente de l’armée américaine. J’ai couvert ce sujet en détail dans un article précédent que je vous invite à lire [50].

 

Avec la Syrie, ils n’ont pas été en mesure de détourner l’ensemble du pays en raison de la présence de la Russie, mais l’armée américaine a réussi à prendre le contrôle total des champs pétrolifères de la Syrie pour le compte de ces mêmes banquiers. Aujourd’hui, la Syrie, comme la Libye, ne reçoit aucun revenu de la vente de son propre pétrole.

 

Qui plus est, la mafia juive de la City de Londres a installé ses propres banques centrales privées en Irak et en Libye et, par ce biais, pillera ces deux pays à hauteur de milliers de milliards supplémentaires. En Irak également, une grande partie, voire la majorité, de toutes les activités commerciales rentables ont été reprises par ces mêmes personnes. Il n’existe aucune source de données permettant d’estimer l’ampleur du pillage à partir de ces sources secondaires.

 

Il est extrêmement important de noter que le détournement de l’Irak, de la Libye et des champs pétrolifères de la Syrie a été entièrement réalisé par l’armée américaine agissant comme l’armée privée du banquier[51].

Le gouvernement américain a absorbé l’intégralité du coût des guerres – avec des milliers de milliards de dollars empruntés avec certains taux d’intérêt à ces mêmes Juifs. Il a subi toutes les pertes sur le champ de bataille, et a depuis agi comme l’exécuteur militaire à plein temps de la “propriété” des Juifs sur ces nations – sans aucun avantage pour les États-Unis. Tout l’argent et les avantages politiques sont allés aux Juifs khazars de la City de Londres. Le gouvernement américain ne fait qu’exécuter les ordres de son maître.

 

Les prix moyens du pétrole sont notoirement difficiles à calculer mais, pour les périodes récentes concernées ici, j’ai pris une moyenne ajustée à l’inflation de 80 dollars par baril. La production irakienne était historiquement d’environ 3 millions de barils par jour, elle est aujourd’hui de 3,5 millions, soit environ 300 millions de dollars par jour, dont 200 millions sont pris par les banquiers juifs de la City de Londres. Environ 1,5 trillion de dollars jusqu’à présent. La production de la Libye est tombée à zéro après l’invasion mais a depuis atteint une moyenne d’environ 1,5 million de barils par jour, soit environ 450 milliards de dollars à ce jour. La Syrie a produit 500 000 barils par jour, dont les banquiers juifs prennent la totalité. Environ 150 milliards de dollars à ce jour. En ajoutant ces trois, cela nous donne environ 2 trillions de dollars jusqu’à présent, ou environ 3 trillions si nous tenons compte des intérêts composés à 5%.

Entrée au registre : 3 trillions de dollars en dollars d’aujourd’hui

 

(20) Privatisation, 1ère partie

 

Certains pensent qu’il est judicieux de confier les services ou les biens de l’État à des entreprises privées, car, nous dit-on, les gouvernements sont hypertrophiés et inefficaces, et les entreprises privées peuvent presque inévitablement être beaucoup plus efficaces. Dans la vie réelle, je n’ai pas été en mesure de découvrir un seul cas où cette théorie mythique s’est avérée vraie. Au lieu de cela, les entreprises privées suivent inévitablement la même voie – celle de la maximisation du profit par l’augmentation des prix et la réduction des services. Pire encore, il semble impossible de trouver un exemple de privatisation qui ne soit pas entaché de corruption et de pots-de-vin de la part des législateurs et des fonctionnaires. Les exemples ne sont pas difficiles à trouver.

 

Au Royaume-Uni, nos amis banquiers juifs ont organisé la privatisation de British Rail, après quoi ils l’ont saigné à blanc et l’ont fait couler, de sorte que le gouvernement britannique a dû le reprendre et le reconstruire. Après avoir reconstruit le système ferroviaire et l’avoir fait fonctionner de manière stable et rentable, nos banquiers juifs ont obtenu un nouveau coup de pouce et l’ont privatisé à nouveau. Le coût pour le public britannique s’est élevé à plusieurs milliards.

 

Toujours au Royaume-Uni, ces mêmes banquiers ont arrangé (ou soudoyé) la privatisation de la Royal Mail. Cependant, juste avant la négociation du prix de vente, les syndicats de la Royal Mail sont devenus soudainement amers à l’égard de leur direction et ont proposé une grève totale à long terme, détruisant ainsi les fondations du prix de vente et rendant la Royal Mail presque sans valeur en vue des graves conflits de travail à venir. Mais, comme par magie, la vente s’est faite à un prix très réduit, les syndicats sont soudainement redevenus très heureux et aucune grève n’a eu lieu. Ce qui est encore plus décourageant, c’est que, d’une manière ou d’une autre, inexplicablement, le prix de vente semble n’avoir inclus que la valeur du service de distribution du courrier et avoir entièrement omis les milliards de dollars de biens immobiliers de premier ordre appartenant à la Royal Mail dans le centre de Londres. Un “oubli inexplicable” mais, dans une démocratie, il n’y a pas de coupables [52].

 

Au Canada, dans la province de l’Ontario, des représentants du gouvernement ont vendu, dans le cadre d’un bail de 99 ans, l’autoroute la plus fréquentée d’Amérique du Nord, pour 2 milliards de dollars. Quelques années plus tard, les nouveaux propriétaires ont vendu 10% de leur investissement à quelques amis pour 10 milliards de dollars, ce qui signifie que le gouvernement de l’Ontario a vendu un actif de 100 milliards de dollars pour 2 milliards de dollars. Pire encore, les nouveaux propriétaires ont augmenté les péages à un point tel que tous les automobilistes tentent d’utiliser d’autres autoroutes, créant ainsi une telle congestion que la province n’a d’autre choix que de construire de nouvelles autoroutes. Malheureusement, elle ne peut pas le faire puisque les termes de la vente initiale interdisent au gouvernement de construire de nouvelles autoroutes pour “concurrencer” l’ancienne, à moins que les nouvelles autoroutes ne soient également cédées aux “nouveaux propriétaires”.

 

Aux États-Unis, le système pénitentiaire coûtait 20 milliards de dollars par an. Après n’en avoir privatisé qu’une partie, ce même système coûte aujourd’hui aux contribuables américains plus de 80 milliards de dollars par an, et certaines prisons sont tellement inhumaines que les tribunaux ordonnent leur fermeture. Et il ne s’agit pas seulement du système carcéral, mais aussi du système de libération conditionnelle et de bien d’autres choses encore, qui ensanglantent toute la nation. Dans tous les pays occidentaux, ces mêmes banquiers juifs et leurs amis poussent sans cesse à la privatisation de presque tout ce qui peut rapporter de l’argent. Normalement, ils licencient la majorité du personnel pour réduire les coûts, et évitent également toute maintenance qui n’est pas critique. La théorie, dans le cadre de ces “baux” à long terme, consiste à cannibaliser l’actif lui-même de sorte qu’à la fin de la période de location, lorsque l’actif est rendu, sa valeur est précisément nulle. C’est la théorie de la maximisation du profit dans le cadre de la privatisation.

 

Dans tous les pays occidentaux, tout, des aéroports aux prisons, en passant par l’éducation, les communications, les transports et toutes sortes de services gouvernementaux, absolument tout se voit lentement “privatisé”, produisant littéralement des billions de bénéfices pour les nouveaux locataires, et mettant lentement les nations en faillite. Il s’agit d’un programme tellement énorme, impliquant tant de pays, tant de types d’infrastructures et tant de types de services gouvernementaux, qu’il est impossible d’estimer le pillage de manière sensée. Je n’en ferai donc pas état, mais j’affirmerai catégoriquement que le pillage ici – le transfert d’actifs souverains entre les mains de quelques banquiers – se chiffre en dizaines de trillions de dollars. [53][54]

Entrée au registre : 0 trillion en dollars d’aujourd’hui

 

(20) Privatisation, deuxième partie

 

De plus, il y a au moins des centaines, et plus probablement des milliers, de sous-entendus dans cette affaire de privatisation qui est le plus souvent menée comme un vol pur et simple. Il convient de souligner que les plus de 50 pays où les États-Unis ont renversé un gouvernement légitime et installé un dictateur complaisant auraient très rapidement subi le même processus de “privatisation”, l’armée et le département d’État américains indiquant au nouveau dictateur les parties de l’infrastructure de son pays à saisir. Rien de tout cela n’aurait été payé, et de telles occasions se sont produites dans de nombreux autres pays. À titre d’exemple, il a été rapporté initialement dans le NYT, puis rapidement supprimé partout, qu’après la destruction de la Yougoslavie, George Soros et Madeleine Albright ont reçu la “propriété” de l’ensemble de l’infrastructure de communication du Kosovo – d’une valeur déclarée de 800 millions de dollars. Il est probable que toute l’ex-Yougoslavie a subi le même sort, mais la couverture médiatique est totale et aucune information n’est autorisée à fuir. Tout l’Irak et la Libye ont subi la même conséquence, et tant d’autres nations sont dans la même situation. Sans une carte mondiale de cette soi-disant “privatisation”, nous ne pourrons jamais connaître le véritable total mais il doit être immense[55].

Entrée au registre : 0 trillion en dollars d’aujourd’hui

 

(21) La Banque mondiale et le FMI. Infrastructures et dette

 

Cette catégorie est un peu plus facile que la précédente. Généralement, nos banquiers juifs financent les prêts gouvernementaux de manière privée ou par le biais du FMI ou de la Banque mondiale, et le font lorsque les taux d’intérêt américains sont au plus bas. Ils augmentent ensuite la dette d’un pays jusqu’à ce qu’elle dépasse tout niveau raisonnable, puis font en sorte que la FED américaine augmente les taux d’intérêt et mette effectivement ces nations en faillite. Puisque les pays n’ont pas l’argent nécessaire pour rembourser leurs prêts, nos banquiers juifs prennent les infrastructures en guise de paiement. Ils prendront également des terres arables, ce qui est arrivé récemment à l’Ukraine, bien que les médias (juifs) ne semblent pas en avoir connaissance. Les médias ont récemment rapporté que Rothschild avait dû créer une nouvelle banque uniquement pour détenir toutes les terres arables qui avaient été confisquées par ces méthodes. Les juifs khazars en ont également après l’eau, le président de Nestlé déclarant publiquement que “l’eau potable n’est pas un droit. C’est une marchandise et son prix doit être fixé et vendu comme n’importe quelle autre marchandise”. Il y a quelques années, Jenna Bush, la fille de GW, a repris pour une somme dérisoire la propriété de la plus grande nappe aquifère d’Amérique du Sud – au nom de ses amis juifs. Il existe des pays où plus de 70% de toutes les infrastructures, y compris les chemins de fer, les compagnies aériennes et les aéroports, les ports d’expédition, les banques, les terres arables – et l’eau – et bien d’autres choses encore sont la propriété de ces mêmes banquiers juifs de la City de Londres.

Un bon exemple actuel : la Grèce [56].

La situation était si pitoyable, et la cupidité des banquiers si puissante, que la Grèce a été contrainte de placer l’ensemble des infrastructures du pays – tout – dans un trust luxembourgeois “privé” qui était “entièrement en dehors du pouvoir ou de l’influence” du gouvernement grec. La valeur était d’environ 3 000 milliards de dollars, et elle a disparu au prix que les banquiers ont choisi de payer pour ses parties – si tant est qu’il y en ait un. Je n’inclus que la Grèce dans cette entrée de compte, et je choisis d’ignorer les dizaines d’autres nations qui ont été placées dans cette position il y a 100 ans. Les totaux sont très certainement de l’ordre de plusieurs dizaines de trillions, mais nous ne disposons pas des détails sur lesquels baser une estimation . [57] [58] [59]

Entrée au registre : 3 trillions de dollars en dollars d’aujourd’hui

 

(22) Le financement de la guerre

 

Ce n’est plus vraiment un secret que ces mêmes banquiers juifs ont généralement financé les deux côtés de la plupart, sinon de toutes les guerres de l’histoire récente. Le consensus général est que la guerre en Irak a coûté aux États-Unis environ 2 000 milliards de dollars,[60] et Forbes affirme que le coût en Libye s’élève à 2 milliards de dollars par jour,[61] dont la totalité a été empruntée à la FED. Nous ne pouvons pas savoir combien d’argent a été emprunté aux banquiers juifs de la City de Londres pour financer tous les conflits militaires de l’histoire récente, et nous ne pouvons donc pas mettre un prix sur les intérêts payés, mais il est de la plus haute importance de réaliser que ces totaux ne sont pas petits. Pour donner une idée du coût réel, l’Empire britannique était à une époque le maître du monde, un empire sur lequel le soleil ne se couchait jamais, et “Britannia ruled the waves” pendant très longtemps. Mais les Juifs ont poussé l’Angleterre dans deux guerres dont personne ne voulait et, à la fin, la Grande-Bretagne était en faillite et suppliait les États-Unis de lui prêter de l’argent pour éviter un “Dunkerque financier”. L’Angleterre a emprunté tout l’argent nécessaire pour financer sa participation à la Première Guerre mondiale et a perdu 40 % de son empire pour rembourser ces prêts. La Seconde Guerre mondiale a coûté à l’Angleterre le reste de son empire et a laissé la nation en faillite. La Première Guerre mondiale a coûté à la Grande-Bretagne environ 7 000 milliards de dollars en dollars d’aujourd’hui, et la Seconde Guerre mondiale a été bien pire. Encore une fois, nous ne pouvons pas savoir précisément combien d’argent a été emprunté aux banquiers juifs, ni le montant des intérêts payés, mais l’ampleur des deux aurait été considérable puisque le coût estimé pour tous les pays était de près de 50 000 milliards de dollars d’aujourd’hui [62] [63] [64] [65]

Nous savons que lorsque la guerre civile avait été déclenchée aux États-Unis, les Rothschild de Londres soutenaient l’Union et les Rothschild français soutenaient le Sud. Tout le monde a fait fortune et, en 1861, les États-Unis avaient une dette de 100 millions de dollars. Mais nous n’avons aucune information sur le montant total des intérêts payés. Nous savons que Rothschild (par l’intermédiaire de Jacob Schiff) a prêté 200 millions de dollars au Japon en 1905 pour financer leur guerre contre la Russie. Cela représenterait environ 60 milliards de dollars en dollars d’aujourd’hui, et un autre groupe de banquiers juifs a financé la Russie dans la même mesure, les deux parties vendant des armes provenant des usines d’armement de Rothschild en Allemagne. Dans ce cas, nous connaissons les montants empruntés mais aucune information sur les montants de remboursement des intérêts ni sur les revenus et les bénéfices de la vente des armes de guerre. Il n’y a tout simplement pas assez de détails publics pour déterminer l’augmentation de la richesse de ces banquiers grâce à l’instigation et au financement de toutes ces guerres. Les totaux doivent atteindre des milliers de milliards, mais nous ne disposons pas d’une base solide pour les estimer, donc pas d’inscription au registre.

À l’approche de la Seconde Guerre mondiale, ces mêmes banquiers ont non seulement poussé les États-Unis à entrer en guerre, mais ont également prêté aux Américains l’argent nécessaire pour la payer. À la fin de la Seconde Guerre mondiale, les États-Unis sont passés de 33 à 285 milliards de dollars de dettes, tout cela pour aider nos amis banquiers juifs à lancer et à mener une guerre que personne d’autre qu’eux ne voulait. C’est encore pire que ce que vous imaginez. Ces banquiers avaient besoin des autres pays dans la guerre, mais ne voulaient pas leur prêter l’argent parce que leurs économies n’étaient pas considérées comme suffisamment sans risque, et cela s’appliquait à l’Angleterre elle-même. La solution consistait à prêter l’argent aux États-Unis, puis à pousser les Américains à faire tous ces prêts de guerre, afin de satisfaire les Juifs non seulement en maintenant tous les pays dans la guerre, mais aussi en faisant en sorte que les États-Unis garantissent effectivement toutes leurs dettes. D’où la dette de 285 milliards de dollars qui, à titre de comparaison, représenterait environ 12 000 milliards de dollars en dollars d’aujourd’hui. La dette n’a jamais été remboursée ; il n’existe pas suffisamment de documents permettant de déterminer le montant total des intérêts versés aux banquiers juifs pour financer la guerre, que ce soit pour les États-Unis ou pour toutes les nations du monde. En termes de magnitude, cependant, le montant est très certainement de l’ordre de dizaines de trillions en dollars d’aujourd’hui.

Au registre : 0 trillion en dollars d’aujourd’hui.

 

(23) C’est ma monnaie, mais c’est  votre problème

 

Après la fin de la Seconde Guerre mondiale, les principales nations du monde ont mis en place ce que nous appelons “l’étalon-or”, c’est-à-dire qu’un pays ne pouvait pas imprimer plus de monnaie qu’il n’en avait en réserves d’or. Cette mesure visait à maintenir la stabilité et à éviter toute impression excessive de monnaie qui aurait conduit à l’inflation et aurait pu détruire le système monétaire international – comme les Juifs l’avaient fait à plusieurs reprises dans le passé. En théorie, toutes les dettes internationales devaient être réglées en or, mais dans la pratique, cela s’avérait lourd et peu pratique. Puisque le dollar américain existait en grande quantité et qu’il était – en théorie – totalement garanti échangeable contre de l’or à tout moment, toutes les nations réglaient simplement leurs comptes en dollars américains. Mais la confiance qu’elles y mettaient reposait sur la promesse que toute nation pouvait, à tout moment, échanger ses avoirs en dollars américains contre de l’or réel.

Le système a fonctionné assez bien pendant une vingtaine d’années, jusqu’à ce que, début 1971, les États-Unis subissent une pression financière énorme en raison des sommes considérables qu’ils avaient empruntées pour financer leurs atrocités militaires au Vietnam. La goutte d’eau a fait déborder le vase lorsque la France, qui n’était pas aveugle à ce qui se passait et qui s’inquiétait de la capacité des États-Unis à maintenir la valeur du dollar, a insisté pour échanger tous ses avoirs en dollars contre de l’or, conformément à l’accord. L’offre d’or des États-Unis était insuffisante pour se conformer à cette demande, et la FED a dû faire face à la possibilité très réelle que toutes les nations exigent un échange. Face à cette pression, les banquiers juifs ont déclaré unilatéralement que l’accord financier mondial était nul et non avenu, ont forcé les États-Unis à se retirer de leur participation à l’étalon-or; et la FED a refusé de convertir en or les avoirs en dollars des nations étrangères. Tous les pays du monde détenaient donc d’innombrables milliards de dollars américains qui n’avaient plus aucune valeur fixe ou garantie, mais qui étaient sûrs de se déprécier puisque les États-Unis imprimaient effectivement d’énormes volumes de dollars pour financer leur guerre au Vietnam. À l’époque, le secrétaire américain au Trésor, John Connally, avait déclaré au monde entier : “C’est notre monnaie, mais c’est votre problème”.

Puisque toutes les nations avaient accumulé des dollars américains de bonne foi, mais qu’elles n’avaient désormais aucun moyen de s’en débarrasser, elles n’avaient d’autre choix que de continuer à utiliser le même dollar américain, dont la valeur était désormais indéterminée, pour toutes les transactions internationales. Ce seul acte de capitalisme prédateur juif a imposé une pénalité financière stupéfiante au monde entier, dévastant les valeurs des réserves monétaires des autres nations. Après avoir renoncé à l’étalon-or (les accords de Bretton Woods), la FED a continué à imprimer d’énormes volumes de monnaie, entraînant le monde occidental dans une spirale inflationniste intense. Entre la date du défaut de paiement des États-Unis en 1971 et 1981 ou 1982, le dollar américain s’est déprécié de plus de 95 %, ce qui représente un transfert de richesse presque inimaginable du monde entier vers les Juifs de la FED, car toutes les nations détenant des dollars américains ont subi ce degré de perte dans leurs réserves de change, tandis que les dettes américaines sont restées en dollars américains fortement dépréciés, remboursant ainsi la dette étrangère à 5 cents sur le dollar. En 1971, une belle maison aux États-Unis ne coûtait que 25 000 dollars. En 1976, cette même maison coûtait plus de 100 000 dollars, et en 1983, le prix était d’environ 250 000 dollars. Ces prix représentent fidèlement la dépréciation du dollar américain au cours de cette décennie.

L’avantage pour nos banquiers juifs préférés ? Eh bien, le prix de l’or en 1971, lorsqu’ils ont tué l’étalon-or, était d’environ 40 dollars l’once. Aujourd’hui, cet or vaut 1 700 $ l’once. D’un autre côté, la monnaie papier que tous les autres gouvernements ont dû accepter à la place de leur or s’est dépréciée d’environ 95 % depuis cette époque. Il n’existe aucun moyen précis d’évaluer ce phénomène. Le préjudice financier accumulé pour les économies nationales du monde se chiffre au moins en centaines de trillions de dollars, si ce n’est en milliers de trillions. Les dommages sont si vastes, si étendus et si globaux qu’il est impossible d’envisager de les mesurer.

Guy de Rothschild, l’homme le plus riche du monde

Mais ne perdons pas de vue l’essentiel. Ce n’est pas le “gouvernement américain” ou le “Trésor américain” qui a pris cette décision. C’est Rothschild et les autres propriétaires juifs de la FED et de la City de Londres qui l’ont prise pour eux, afin de maintenir leurs avoirs en or et de protéger leur valeur. Il s’agissait simplement d’un nouveau renflouement pour les banquiers juifs, dans ce cas au grand détriment du monde entier. Si seulement nous pouvions mettre un chiffre sur ce coût. Mais nous ne pouvons pas.

Entrée au registre : 0 trillion de dollars en dollars d’aujourd’hui

 

Epilogue :

“La conspiration de l’homme le plus riche du monde”

 

Comme on peut le déduire de ce qui précède, la vraie richesse du monde n’est jamais venue de la propriété des entreprises, mais du financement des guerres, de la propriété des banques centrales des nations, et du vol et des activités criminelles à une vaste échelle internationale. La grande quantité d’entreprises juives détenues aujourd’hui ne signe pas le début de l’accumulation de la richesse, mais simplement la dernière étape du processus. Comme c’est le cas pour tout le secteur du crime organisé, les milliards de dollars impliqués dans la propriété d’entreprises, dont on parle au début, ne sont que le réinvestissement des profits criminels dans des entreprises légitimes.

 

Il devrait être évident, au vu de ce qui précède, que des personnes comme Gates, Buffett et Bezos ne sont pas des prétendants au titre d’homme le plus riche du monde. Elon Musk et ses 200 milliards de dollars supposés sont à peine de l’argent de poche, et des gens comme George Soros et ses milliards dérisoires ne sont même pas de la petite monnaie. Les médias nous ont menti pendant des décennies et nous ont lancés sur de fausse pistes. Les publications juives d’aujourd’hui contiennent de nombreux articles sur “Les Juifs les plus riches du monde[66] ou “Les Juifs les plus influents”,[67] mais ce sont tous des non-sens, listant des individus comme Zuckerberg ou Soros, ou Sheldon Adelson au sommet. Rien de tout cela n’est accidentel ; il s’agit simplement d’un moyen de détourner l’attention des véritables sources d’argent et de pouvoir, et il n’est peut-être pas surprenant que tous les journaux et magazines traitant de ce sujet suivent le même schéma. Ce qui est surprenant, c’est que des gens comme Bill Gates et Warren Buffett participent à cette mascarade alors qu’ils doivent parfaitement connaître la vérité sur leurs propres positions. Aucun de ces hommes ne peut être aussi naïf ou ignorant, ce qui implique définitivement une conspiration du silence.

 

Soit dit en passant, la plupart des hommes qui construisent quelque chose d’important ont un besoin presque génétique de le transmettre à leur progéniture, afin de créer peut-être même une petite dynastie familiale qui pourrait se perpétuer dans le temps. Mais quelqu’un a-t-il remarqué que seuls des gens comme Bill Gates et Warren Buffet n’ont pas cette envie et sont déterminés à tout donner à la fin ? Pourquoi n’y a-t-il aucun Rothschild sur cette liste, aucun Sassoon, aucun Kadoory, aucun Goldman Sachs ? Cette philanthropie terminale est-elle un défaut propre aux goyim ? Nous pouvons raisonnablement supposer que cette tendance résulte d’une pression, et ma suspicion est que cette pression résulterait d’obligations dues au financement. Cela signifie que Gates et Buffett n’ont pas créé leurs empires entièrement par eux-mêmes ; je suppose qu’ils ont bénéficié d’idées, d’une planification, d’un financement important et d’une diplomatie juive intimidante pour accomplir ce qu’ils ont fait. Le prix à payer est que vous ne l’emportez pas avec vous lorsque vous partez. Une chose que les Juifs ne financent pas, c’est la concurrence contre eux-mêmes.

 

La fondation et la construction de grandes fortunes d’entreprise ne sont généralement pas un processus rapide. Il y a toujours des exceptions bien sûr, mais généralement les choses prennent du temps. La sagesse conventionnelle, qui s’est avérée vraie à maintes reprises, est qu'”il faut la première génération pour réussir, et la deuxième génération pour réussir vraiment”. Les Juifs qui fonctionnent comme une unité organique, peuvent court-circuiter ce processus. Prenons l’exemple de la firme Indigo Books & Music, lancée par Heather Reisman il y a seulement 25 ans environ; elle a entraîné la faillite financière du plus grand libraire indépendant du Canada et le rachat ou l’élimination de tous les autres concurrents qui ont soudainement rencontré des “difficultés financières”. Aujourd’hui, Indigo est la seule grande chaîne de librairies de langue anglaise au Canada et le plus grand détaillant de livres, de cadeaux et de jouets spécialisés du pays, avec un chiffre d’affaires annuel de plus d’un milliard de dollars. Les juifs qui  contrôlent l’industrie de l’édition peuvent faire en sorte que votre librairie n’ait plus de stock si vous refusez de vendre. Ils contrôlent collectivement une grande partie du financement et de la distribution et peuvent imposer des rachats ou des faillites. Il n’y a aucune parade contre un assaut déterminé de  ces  Juifs. Ces gens fonctionnent comme des gangsters et disposent d’un financement illimité pour prendre le contrôle d’un secteur industriel presque à volonté.

 

Ce qu’il faut retenir, c’est que la planification de ces rachats de secteurs est rarement le fait de la partie publique de l’opération. Au contraire, il s’agit souvent de parties liées à un plan mondial à long terme pour le contrôle de ces secteurs. J’ai abordé certains de ces aspects dans un article précédent intitulé “Les héros juifs d’entreprise d’aujourd’hui – Virgin Births All”[68]. J’y traite de Google, de Facebook et de quelques autres. Il est évident que ni Zuckerberg ni ses jumeaux de Google n’étaient capables de créer presque instantanément un leader mondial dans leurs secteurs respectifs. Pour obtenir un tel résultat, il faut un financement illimité et l’application d’énormes pressions financières et politiques, ainsi qu’une planification déterminée et un soutien médiatique intense. Cela s’applique également à d’autres entreprises telles que Wikipedia, Amazon, Starbucks et bien d’autres qui semblent être parties de presque nulle part pour devenir des leaders mondiaux en très peu de temps. Le processus a été le même dans tous les cas, et il s’applique certainement aujourd’hui à l’actuel “homme le plus riche du monde”, Elon Musk.

 

Tout ce que vous avez à faire, c’est de réfléchir. Si l’on prend l’exemple d’Elon Musk, cet homme semble venir de nulle part et pourtant, il est soudainement “propriétaire” du plus grand constructeur automobile du monde. Dans le même temps, Musk a lancé un programme agressif de lancement de dizaines de milliers de satellites de communication, puis SpaceX, “la société privée de vols spatiaux d’Elon Musk”, le fabricant du Starship, qui prévoit des missions à la Station spatiale internationale, rien de moins. Après quoi, Musk a acheté Twitter pour 44 milliards de dollars.

 

Au cours des 100 dernières années, quiconque a tenté de créer une nouvelle entreprise et une nouvelle marque automobile a connu des désastres, mais Musk n’a apparemment pas connu le moindre accroc avec la Tesla qui est soudainement devenue la favorite du monde entier. Cela aurait peut-être nécessité dix ans de planification et de conception, la planification des usines et de la production, la création de lignes d’approvisionnement, les tests et la certification, et bien d’autres choses encore, mais avec Tesla, tout cela s’est apparemment produit du jour au lendemain, dans le vide. Devons-nous croire que c’est Elon Musk qui a conçu la Tesla ? Rien ne prouve que Musk soit capable de concevoir ne serait-ce qu’une baguette, et encore moins une voiture entière. Alors comment tout cela s’est-il produit et quelle a été la source des milliards d’arrière-plan nécessaires pour mener à bien ce projet ? Musk n’a joué aucun rôle dans la création de la Tesla. Il s’est simplement retrouvé à la fin, “propriétaire” de l’entreprise.

 

De même, le programme agressif de satellites de communication lancé par “Elon Musk” aurait nécessité lui aussi de nombreuses années de planification et de conception, sans parler de la mise en place des installations de lancement et de l’obtention des milliers de clients payants nécessaires. Cela aussi nécessiterait des années et des milliards de dollars de financement mais, comme le programme de vol spatial de Bezos, celui-ci est soudainement apparu en pleine floraison, opérationnel, lancé et prêt à décoller. Qui a planifié tout cela ? Ce n’était certainement pas Musk; alors qui était derrière tout ça ? Et d’où venait l’argent pour tout cela ? La Tesla de “Musk” n’a jamais fait de bénéfices, alors où trouverait-il les milliards pour un système de dizaines de milliers de satellites de communication ? Rien de tel ne peut se faire sans une décennie ou plus de planification intensive et un investissement énorme, et évidemment rien de tout cela ne vient de Musk.

 

Ce serait un défi suffisant pour n’importe quel homme, mais ensuite nous avons eu “Elon Musk” qui a acheté Twitter pour 44 milliards de dollars. Comment cela a-t-il pu se produire ? On nous dit que Musk possède soudainement une fortune de – vaguement – 200 milliards de dollars, sans aucun détail, mais vraisemblablement grâce aux actions détenues dans “sa” Tesla. Mais devons-nous supposer que Musk dispose de 44 milliards de dollars supplémentaires en espèces sonnantes et trébuchantes à la banque pour acheter Twitter ? Ce n’est pas possible, et Musk ne vend pas la moitié de ses actions Tesla pour le financer, alors d’où vient l’argent ? Les médias brouillent les pistes en ne fournissant que quelques extraits sonores, mais aucun détail, et nous pensons donc vaguement que Musk est très riche et qu’il aurait pu, d’une manière ou d’une autre, se permettre d’acheter Twitter, mais il suffit de réfléchir pour comprendre que c’est impossible.

 

L’image est brouillée parce que les ambitions politiques des juifs khazars ne peuvent être séparées de leurs intentions financières. Le système satellitaire de “Musk” devrait à terme se composer de 35 000 satellites de communication – militaires, pas civils – dont certains sont déjà utilisés en Ukraine. Les Juifs khazars de la City de Londres souhaitent désespérément une troisième guerre mondiale, mais ils n’ont pas d’armée en propre et doivent compter sur les États-Unis (en tant qu’armée privée des banquiers) pour maintenir la suprématie militaire.

 

Si vous n’y avez pas encore pensé, la raison de cette évolution de la situation est que les Chinois ont prouvé qu’ils pouvaient abattre les satellites de surveillance et de communication américains, présentant ainsi une menace existentielle au bellicisme américain avec la Chine et la Russie. La solution est intelligente, mais aussi évidente : on ne peut pas abattre 35 000 petits satellites de communication, ce qui permet aux États-Unis de conserver leur suprématie en matière de communication sur le champ de bataille. Le financement est intéressant car, normalement, les Juifs poussent les États-Unis à faire tous ces investissements militaires, mais les États-Unis n’ont plus d’argent pour tous ces efforts et n’ont donc pas eu d’autre choix que de financer eux-mêmes cette opération – et de la faire transiter par Musk pour en masquer l’origine. Il n’existe aucune autre source de financement pour un projet d’une telle ampleur.

 

Il est donc évident que le financement ne provient pas d'”Elon Musk”, puisque “sa” Tesla ne peut toujours pas faire de bénéfices, alors où aurait-il trouvé l’argent pour le développement du satellite ? Les banquiers juifs de la City de Londres sont la seule source.

 

C’est la même chose avec “Mark Zuckerberg”, il y a quelques années, achetant et formant des entreprises pour fabriquer des drones militaires et des ballons à haute altitude, ces derniers parce que ce cher Mark voulait que tout le monde dans le monde ait accès à Internet. Pas tout à fait, cependant. Les ballons à haute altitude n’étaient pas destinés à l’accès à Internet mais aux communications militaires avec les drones que “Facebook” fabriquait, des drones porteurs d’ogives qui pourraient communiquer par le biais des ballons si la Chine détruisait tous les satellites de communication militaires américains.

 

Pour autant que je sache, personne ne s’est demandé pourquoi “Facebook” fabriquait des drones militaires et leurs systèmes de communication. Encore une fois, il n’était pas possible de faire supporter ce coût à l’armée américaine, alors les juifs de la City de Londres l’ont fait passer par Facebook pour le déguiser en entreprise civile et cacher la véritable source – et l’intention – d’un examen minutieux.

 

Revenons à Tesla. Si vous prenez le temps de lire le traité de niveau lycée de Musk sur le transport par hyperloop [69] ou d’écouter ses interventions dans les médias, il est évident que l’homme n’a pas l’intelligence pour avoir atteint sa position de manière indépendante. Il n’est pas évident, du moins pas pour moi, qu’il sache quoi que ce soit sur quoi que ce soit, et je dirais la même chose pour Zuckerberg et ses jumeaux de Google. Ces personnes ne sont que des façades pour quelqu’un qui a vraiment tout l’argent. Et les plans. Mais nous sommes censés croire qu’Elon (“voyez mes adorables photos quand j’avais trois et huit ans avec mon léger strabisme qui fait que vous ne réalisez pas à quel point je suis stupide”) Musk, est soudainement devenu l’homme le plus riche du monde pour avoir conçu des voitures, des satellites, des vaisseaux spatiaux et Dieu sait quoi d’autre. Quelle plaisanterie.

 

Ce dernier point mérite qu’on s’y attarde. Voyez-vous Warren Buffett posant avec un sourire stupide et d’adorables yeux de travers pour séduire toutes les mères afin qu’elles encouragent leurs filles à acheter des actions de sa société ? Quel genre d’homme, apparemment PDG de sociétés internationales valant des billions de dollars, se comporte de manière aussi stupide ? Un nain mental avec de graves problèmes émotionnels, personne d’autre.

 

Des arguments similaires valent pour Zuckerberg, Bezos, leurs jumeaux de Google et d’autres. Aucun d’entre eux n’a les connaissances ou les capacités, ni l’énorme financement requis pour faire les choses qu’ils sont censés faire. Ni leurs fortunes ni leurs capacités ne peuvent être réelles. Il est plus facile d’accepter un Bill Gates, qui a commencé avec un petit Microsoft et qui, en 40 ans, s’est transformé en une fortune de 50 milliards de dollars, mais prétendre qu’un Elon Musk qui, tout d’un coup, dormant dans sa voiture et mangeant des feuilles d’arbres, conçoit et produit des voitures électriques, des satellites de communication militaires, des véhicules spatiaux et bien d’autres choses encore, c’est une perspective trop ridicule pour qu’on la réfute.

 

Certains prétendent qu’Elon Musk n’est pas juif. Elon (אֵילוֹן), ou Alon (אַלוֹן) est un nom masculin hébreu qui ne figurerait pas sur une liste de noms païens. Musk a fréquenté des écoles juives en Afrique du Sud. Sa mère, Maye Haldeman, est juive mais listée comme “canadienne”, ce qui n’est guère un groupe ethnique. Il existe des relations familiales juives et autres (le frère d’Elon a épousé Jen Lewin), et plus encore. Les liens de Musk avec Israël et les juifs puissants ne datent pas d’hier. Les relations étroites de Tesla avec la technologie israélienne remontent à de nombreuses années et sa technologie de conduite autonome est 100 % juive, provenant de la société israélienne Mobileye. Musk a des contacts étroits et de haut niveau en Israël, ayant rencontré Netanyahu (dans sa résidence privée) à plus d’une occasion.

La mort d’Evelyn de Rothschild à un âge avancé a fait la une des journaux très récemment [70].

Le NYT a écrit une notice nécrologique complètement fictive, remarquable principalement pour les mensonges étonnants, comme le NYT le fait pour chaque criminel juif qui quitte ce monde. Vous pourriez lire le traité affectueux du NYT sur Madeline Albright pour vous rafraîchir la mémoire sur la folie criminelle des rédacteurs du NYT. Selon eux, ce Rothschild ”initialement peu prometteur, a finalement rejoint la société familiale et s’est élevé au rang de président, exerçant une grande influence dans les affaires financières et politiques de la Grande-Bretagne.” Cette partie est certainement vraie. L’homme possédait des banques, des banques d’investissement, des filiales d’investissement et bien plus encore dans une trentaine de pays, et il n’était pas question de sa “vaste influence dans les affaires financières et politiques de la Grande-Bretagne”, puisqu’il était le principal personnage impliqué dans la vente par Margaret Thatcher de tous les actifs britanniques à des banquiers juifs. Mais ensuite le NYT nous a dit qu’Evelyn de Rothschild valait peut-être la bagatelle de 2 milliards de dollars.

 

Donc, Evelyn de Rothschild, descendant et propriétaire de la plus grande dynastie bancaire criminelle de l’histoire du monde, une dynastie dont les actifs ont été récoltés au cours de centaines d’années de pillage, un homme qui possède littéralement des centaines de banques et de sociétés financières dans le monde entier, était si ennuyeux, si lent et stupide, que même une petite merde comme Zuckerberg pouvait venir de nulle part et, en quelques années seulement, valoir dix fois plus. Comme Buddy Holly aimait tant à nous dire, “Ce sera le jour…”.

 

Alors, qui sont vraiment les hommes les plus riches du monde ? Eh bien, qui a financé les deux côtés de chaque guerre depuis 300 ans ? Starbucks ? Qui a pillé l’Afrique du Sud de tout son or et ses diamants ces 150 dernières années ? Le président de Victoria’s Secret Underpants ? Est-ce Mark Zuckerberg qui vole des milliers de milliards de dollars de pétrole irakien chaque année ? Je ne doute pas que Jeff Bezos soit un criminel, mais ce n’est pas Bezos qui a organisé le vol de tout l’or de toutes les banques du monde dans les années 1930. Qui possède 75 ou 80 des banques centrales des nations du monde ? Des goyim du Kansas ?

 

On me dit qu’il y a 13 familles qui contrôlent l’ensemble du clan mondial, opérant depuis la City de Londres. Les dirigeants de cette liste sont incontestablement des Rothschild, en commençant probablement par Jacob Rothschild, “le roi des Juifs”, suivi de ses proches. La liste comprendrait très probablement un Sassoon, un Warburg, un Goldman, un Moses Seif, un Kuhn, un Loeb, un Salomon, un Sebag-Montefiori, ce groupe se partageant des actifs totaux de plusieurs centaines de trillions de dollars. Nous ne pouvons que deviner les autres, mais nous pouvons être très certains que ni Bill Gates ni Warren Buffett n’ont jamais figuré sur cette liste, et qu’Elon Musk et Jeff Bezos peuvent être écartés avec un mépris mérité.

 

L’objectif de cet essai était triple : (1) attirer l’attention des lecteurs sur l’existence d’une conspiration de longue date concernant l’identification de “l’homme le plus riche du monde”, (2) écarter la liste actuelle des candidats médiatisés, et (3) démontrer qu’un petit nombre de familles bancaires juives opérant depuis la City de Londres détiennent depuis des générations ces records de richesse avec des fortunes qui dépassent de plusieurs ordres de grandeur tout ce que nous aurions pu imaginer. J’espère avoir été à la hauteur des attentes de mes lecteurs.

 

*

Sur l’auteur:

Les écrits de M. Romanoff ont été traduits en 32 langues et ses articles ont été publiés sur plus de 150 sites Web d’information et de politique en langue étrangère dans plus de 30 pays, ainsi que sur plus de 100 plateformes en langue anglaise. Larry Romanoff est un consultant en gestion et un homme d’affaires à la retraite. Il a occupé des postes de direction dans des sociétés de conseil internationales et a été propriétaire d’une entreprise internationale d’import-export. Il a été professeur invité à l’université Fudan de Shanghai, où il a présenté des études de cas dans le domaine des affaires internationales aux classes supérieures de l’EMBA. M. Romanoff vit à Shanghai et écrit actuellement une série de dix livres portant sur la Chine et l’Occident. Il est l’un des auteurs ayant contribué à la nouvelle anthologie de Cynthia McKinney intitulée When China sneezes (Chapt. 2 – Dealing with Demons). Voir Quand la Chine éternue

Ses archives complètes peuvent être consultées à l’adresse suivante

https://www.bluemoonofshanghai.com/ + https://www.moonofshanghai.com/

Courriel: 2186604556@qq.com

*

Notes (toutes en anglais)

[1] Visualisation des 200 ans d’histoire des taux d’intérêt américains

https://advisor.visualcapitalist.com/us-interest-rates/

[2] 800 ans de taux d’intérêt. Les taux d’intérêt élevés ont-ils déclenché la guerre des Roses ou même Game of Thrones ?

https://boscobelandpartners.com/politics/800-years-interest-rates-high-interest-rates-set-off-wars-roses-even-game-thrones/

[3] Qui possède le monde ? La trace de la moitié des actions des géants de l’industrie jusqu’à 30 propriétaires.

https://theconversation.com/who-owns-the-world-tracing-half-the-corporate-giants-shares-to-30-owners-59963

[4] À qui appartient le monde ?

https://thethrivinginvestor.com/who-owns-the-world/

[5] Qui possède les plus grandes entreprises du monde ?

https://www.smartcompany.com.au/finance/owns-worlds-largest-corporations/

[6] Histoire juive ancienne : Banques et banquiers

https://www.jewishvirtuallibrary.org/banking-and-bankers

[7] L’histoire de la banque juive

https://www.manfredlehmann.com/news/news_detail.cgi/173/0

[8] Les Juifs et la finance

https://www.myjewishlearning.com/article/usury-and-moneylending-in-judaism/

[9] L’histoire de la maison Rothschild

https://rense.com/general88/hist.htm

[10] SASSOON : Par : Joseph Jacobs, Goodman Lipkind, J. Hyams

https://jewishencyclopedia.com/articles/13218-sassoon

[11] Précurseur du syndicat mondial du crime : Le commerce de l’opium au 19ème siècle

https://www.winterwatch.net/2022/08/precursor-to-the-global-crime-syndicate-the-19th-century-opium-trade/

[12] La guerre des monnaies, Song Hongbing

https://www.goodreads.com/book/show/18618477-currency-wars

[13] BRÈVE HISTOIRE DE L’EXPLOITATION DE L’OR EN AFRIQUE DU SUD

https://www.miningforschools.co.za/lets-explore/gold/brief-history-of-gold-mining-in-sa

[14] HISTORIQUE DE LA PRODUCTION DE DIAMANTS

https://www.dmr.gov.za/LinkClick.aspx?fileticket=kTsuDj3GMDM%3D&portalid=0

[15] Prix de l’or par décennie

https://sdbullion.com/gold-price-by-year

[16] Le canal de Panama et la manière intrigante dont il a été financé

https://panamaadvisoryinternationalgroup.com/testblog/news-from-panama/the-panama-canal-and-the-intriguing-way-it-was-financed/

[17] Les gouvernements n’ont pas toujours dû payer des intérêts lorsqu’ils empruntaient à la Banque du Canada.

https://thereview.ca/2019/02/01/governments-did-not-always-have-to-pay-interest-when-borrowing-from-bank-of-canada/

[18] La dette fédérale du Canada

https://qualicuminstitute.ca/federal-debt/

[19] L’usure au Canada : 1,1 billion d’euros d’intérêts payés sur 600 milliards de dette

https://medium.com/toronto-life/usury-in-canada-287001af6abe

[20] Le Canada paie inutilement 1 000 milliards de dollars d’intérêts

https://www.chroniclejournal.com/opinion/letters_to_editor/canada-needlessly-pays-1-trillion-in-interest/article_b3885d76-97d4-11e6-a036-93b019abedd3.html

[21] L’intérêt annuel sur la dette publique du Canada se traduit par 7 000 $ pour une famille de quatre personnes.

https://www.fraserinstitute.org/article/annual-interest-on-canadas-government-debt-translates-into-7000-for-a-family-of-four

[22] Vidéo de l’honorable Paul Hellyer – Public Banking In America (Cliquez sur ‘Skip Ads’)

[23] Horloge de la dette de l’Italie : Démonstration en temps réel de la taille de la dette publique de l’Italie.

https://commodity.com/data/italy/debt-clock/

[24] Organisons une crise financière : D’abord, nous avons besoin d’une banque centrale

https://www.bluemoonofshanghai.com/politics/lets-have-a-financial-crisis-first-we-need-a-central-bank-october-07-2019-2/

[25] Il faut une crise financière : Nous avons d’abord besoin d’une banque centrale

https://www.bluemoonofshanghai.com/politics/lets-have-a-financial-crisis-first-we-need-a-central-bank-october-07-2019-2/

[26] Hershey Jr, Robert D. (21 juin 1981). “How the Oil Glut Is Changing Business”. The New York Times. Consulté le 30 décembre 2015].

https://www.nytimes.com/1981/06/21/business/how-the-oil-glut-is-changing-business.html?pagewanted=all

[27] Destructeurs de la démocratie américaine

https://consortiumnews.com/2022/11/07/chris-hedges-destroyers-of-us-democracy/

[28] Tendances des revenus de 1975 à 2018

https://www.rand.org/pubs/working_papers/WRA516-1.html

[29] Les 1 % d’Américains les plus riches ont pris 50 000 milliards de dollars aux 90 % les plus pauvres.

https://time.com/5888024/50-trillion-income-inequality-america/

[30] Combien d’or a été confisqué en 1933 ? | Histoire de la confiscation de l’or, l’ordre exécutif 6102

https://www.sgtreport.com/2022/02/how-much-gold-was-confiscated-in-1933-gold-confiscation-history-executive-order-6102/

[31] La confiscation de l’or par FDR en 1933 était un renflouement de la Federal Reserve Bank.

http://www.moonlightmint.com/bailout.htm

[32] Loi sur la réserve d’or de 1934

https://www.federalreservehistory.org/essays/gold-reserve-act

[33] Loi bancaire de 1935

https://www.federalreservehistory.org/essays/banking-act-of-1935

[34] Loi américaine sur l’achat d’argent de 1934

https://www.cato.org/publications/commentary/americas-plan-destabilize-china

[35] Effet de la loi sur l’achat d’argent de 1934 sur les États-Unis, la Chine, le Mexique et l’Inde.

https://ia801201.us.archive.org/29/items/effectofsilverpu00rand/effectofsilverpu00rand.pdf

[36] Milton Friedman et Anna J. Schwartz: A Monetary History of the United States, 1867-193660 (Princeton : Princeton University Press, 1963), p. 485.

https://fee.org/articles/origins-of-the-chinese-hyperinflation/

[37] Chronologie de la dette fédérale américaine

https://www.debt.org/faqs/united-states-federal-debt-timeline/

[38] Combien d’or y a-t-il dans le monde ?

https://www.bbc.com/news/magazine-21969100

[39] La Chine se souvient d’un vaste crime – The New York Times

https://www.nytimes.com/2010/10/22/arts/22iht-MELVIN.html

[40] GUERRIERS DE L’OR

https://www.bluemoonofshanghai.com/wp-content/uploads/2022/10/Gold-Warriors.pdf

[41] Le projet japonais du Lys d’or

https://www.voltairenet.org/article30068.html

[42] Projet japonais des lys d’or

https://www.amazon.ca/Gold-Warriors-Americas-Recovery-Yamashitas/dp/184467531

[43] Projet japonais sur les lys d’or

https://rense.com/general49/sece.htm

[44] Critique de Chalmers Johnson sur les ” Gold Warriors ” de Seagrave,

https://www.lrb.co.uk/the-paper/v25/n22/chalmers-johnson/the-looting-of-asia

[45] GUERRIERS DE L’OR

https://www.bluemoonofshanghai.com/wp-content/uploads/2022/10/Gold-Warriors.pdf

[46] Edward Michaud “Corregidor : l’île au trésor de la Seconde Guerre mondiale”,

https://www.corregidor.org/chs_trident/trident_01.htm

[47] Edward Michaud Corregidor

https://corregidor.org/chs_trident/trident_03.htm

[48] Nations construites sur des mensonges – Volume 1 – Comment les Etats-Unis sont devenus riches

https://www.bluemoonofshanghai.com/wp-content/uploads/2022/10/ENGLISH-NATIONS-BUILT-ON-LIES-VOLUME-1-How-the-US-Became-Rich.pdf

[49] Le plus grand vol de propriété intellectuelle de l’histoire : L’opération Paperclip

https://www.bluemoonofshanghai.com/politics/the-greatest-intellectual-property-theft-in-history-operation-paperclip-november-16-2019/

[50] L’humanité à la croisée des chemins – Relier les points de notre Brave New World.

https://www.bluemoonofshanghai.com/politics/2331/

[51] L’armée privée des banquiers

https://www.bluemoonofshanghai.com/politics/the-bankers-private-army/

[52] L’entreprise privée et le bien national

https://www.bluemoonofshanghai.com/politics/5652/

[53] Un regard supplémentaire sur la privatisation

https://www.bluemoonofshanghai.com/politics/5647/

[54] Carte mondiale de la privatisation

https://www.bluemoonofshanghai.com/politics/5634/

[55] Carte mondiale de la privatisation

https://www.bluemoonofshanghai.com/politics/5634/

[56] L’humanité à la croisée des chemins – Relier les points à notre nouveau monde meilleur

https://www.bluemoonofshanghai.com/politics/2331/

[57] LIBOR – taux d’intérêt actuels du LIBOR

https://www.global-rates.com/en/interest-rates/libor/libor.aspx

[58] ANALYSE : Le FMI et la Banque mondiale sont-ils responsables du fardeau de la dette extérieure de l’Afrique ?

https://africacheck.org/fact-checks/blog/analysis-are-imf-world-bank-blame-africas-foreign-debt-burden

[59] Des intérêts d’emprunt horribles au FMI et à la Banque mondiale

https://www.ukessays.com/essays/economics/horrifying-loan-interest-in-the-imf-and-world-bank-economics-essay.php

[60] La guerre en Irak a coûté près de 2 000 milliards de dollars aux États-Unis.

https://www.militarytimes.com/opinion/commentary/2020/02/06/the-iraq-war-has-cost-the-us-nearly-2-trillion/

[61] Le coût réel de la présence américaine en Libye ? Deux milliards de dollars par jour.

https://www.forbes.com/sites/beltway/2011/03/28/the-real-cost-of-u-s-in-libya-two-billion-dollars-per-day/?sh=7b83dad07b5f

[62]Le financement d’une guerre étrangère : Jacob H. Schiff et le Japon, 1904-05

https://www.jstor.org/stable/23880523

[63] Le financement de la guerre (Grande-Bretagne et Irlande)

https://encyclopedia.1914-1918-online.net/article/war_finance_great_britain_and_ireland

[64] Les finances et la guerre de Trente Ans

https://www.historylearningsite.co.uk/the-thirty-years-war/the-social-and-economic-impact-of-the-thirty-years-war/finance-and-the-thirty-years-war/

[65] Liste des guerres

https://www.britannica.com/topic/list-of-wars-2031197

[66] Les 50 Juifs les plus riches du monde : 1-10

https://www.jpost.com/jewish-world/jewish-features/the-worlds-50-richest-jews-1-10

[67] Les 50 Juifs les plus influents du monde. La première liste annuelle du Jerusalem Post de ceux qui façonnent l’avenir.

https://www.jpost.com/jewish-world/jewish-features/worlds-50-most-influential-jews-176071

[68] Héros juifs d’entreprise d’aujourd’hui – Virgin Births All

https://www.bluemoonofshanghai.com/politics/3909/

[69] Hyperloop Alpha

https://www.tesla.com/sites/default/files/blog_images/hyperloop-alpha.pdf

[70] Evelyn de Rothschild, descendant de la dynastie bancaire, décède à 91 ans.

https://www.nytimes.com/2022/11/08/business/evelyn-de-rothschild-dead.html

 

Copyright © Larry RomanoffBlue Moon of ShanghaiMoon of Shanghai, 2022

 


 

 

CROATIAN  ENGLISH   ESPAÑOL FRANÇAIS  GREEK  NEDERLANDS  POLSKI  PORTUGUÊS EU   PORTUGUÊS BR  ROMANIAN  РУССКИЙ

What part will your country play in World War III?

By Larry Romanoff, May 27, 2021

The true origins of the two World Wars have been deleted from all our history books and replaced with mythology. Neither War was started (or desired) by Germany, but both at the instigation of a group of European Zionist Jews with the stated intent of the total destruction of Germany. The documentation is overwhelming and the evidence undeniable. (1) (2) (3) (4) (5) (6) (7) (8) (9) (10) (11)

READ MORE

L.Romanoff´s interview

Larry Romanoff,

contributing author

to Cynthia McKinney's new COVID-19 anthology

'When China Sneezes'

When China Sneezes: From the Coronavirus Lockdown to the Global Politico-Economic Crisis

 

 

CROATIAN  ENGLISH   ESPAÑOL FRANÇAIS  GREEK  NEDERLANDS  POLSKI  PORTUGUÊS EU   PORTUGUÊS BR  ROMANIAN  РУССКИЙ

What part will your country play in World War III?

By Larry Romanoff, May 27, 2021

The true origins of the two World Wars have been deleted from all our history books and replaced with mythology. Neither War was started (or desired) by Germany, but both at the instigation of a group of European Zionist Jews with the stated intent of the total destruction of Germany. The documentation is overwhelming and the evidence undeniable. (1) (2) (3) (4) (5) (6) (7) (8) (9) (10) (11)

READ MORE